fbpx

Mike Horn

BLOG 5 – 06 – 10.09.2019 : SAILING ICE

BLOG 5 – 06 – 10.09.2019
September 6th, 2am: We finally started sailing through ice today! We all had impatiently been waiting for this moment. Once we had passed the mark of 81 degrees North, the guys on watch shouted: “Ice! I can see Ice!”. I immediately jumped out on deck to see it for myself. They were right, we could spot small pieces floating in the distance. “Finally” I thought to myself…This meant we were getting closer. Excitement started building up inside me, I could feel it…I bet the others could have guessed it by the massive smile on my face.
Although we were all longing to set sight on the first bits and pieces of floating ice, I knew this also meant that the more challenging part of our sailing itinerary would finally begin: navigating through ice.
Ice navigation is a lot more complex than one can imagine. So far we have been talking about the drop-off at 85 degrees North, as if it was an easy point to achieve. Whereas in fact, the expedition will only be possible if we first manage to get to the drop-off point with Pangaea. By carefully studying daily satellite images sent to us by the Norwegian Ice Survey – on which different colour schemes represent varying ice thicknesses – we put together what seems like the most accessible  course by pinpointing progressive GPS waypoints in order for us to reach a point of departure that suits both Borge and myself. This process needs to be repeated and recalculated on a daily basis because of the drifting of the sea ice. Meaning that every day new satellite images come in and new GPS waypoints need to be pinpointed to define our new itinerary for the day. A process like this would be impossible without the new satellite connection system my new partner Speedcast installed on the boat. Without satellite connection, we would have had to navigate through the ice solely by visual means, similarly to what had been done by the explorers that inspired us when we were kids, such as Nansen and Amundsen.
Although satellite communications is a definite plus, navigating through ice on a sailing vessel still. requires a lot of effort and attention. Someone constantly needs to manually manoeuvre the boat from the helm while we are in movement. In order to manoeuvre steadily and efficiently, we hoist someone to the top of the mast to get a better overall view of the ice and its passageways. The person on top of the mast calculates the best looking itinerary while keeping in mind our desired course. He then yells indications and directions to the person steering the boat. The trick is to sail from one stretch of open water to the next by following open-water leads or by breaking our way through thin ice. Although Pangaea is designed to break ice, its small size, weight and engine power does not allow us to break through thick ice. Often, in situations with a high percentage of ice coverage, it is difficult to judge where the boat can and should venture or not. As a result, we occasionally reach dead-ends; spots where the boat cannot go any further, requiring us to reverse in our tracks (sometimes for very large distances), in order to take an alternative lead further back. 
There is a very small margin for error when it comes to finding that ideal departure spot. We need to sail as far north as possible without risking to get the boat stuck in the ice, but we also have to sail far enough north to find thick enough ice for Borge and myself to safely start our expedition on. Which is why every degree counts in these conditions. If we do not manage to make it to (or close enough to) 85 degrees North, Borge and I have will have no choice but to give up on our expedition. The reasons for this are quite simple, but can be difficult to conceive for those reading these lines in the warmths of their homes. 
I’ll explain: 
  • The departure point of 85 degrees North has been precisely calculated by Borge and myself to ensure that we can make the crossing in time before the Arctic winter begins.
  • If the Arctic winter begins, this means two things:
    • Pangaea will not be able to sail as far north as planned to make it in time to the pickup location on the Norwegian side before the ice over the Arctic Ocean starts expanding and thickening in November/December.
    • Borge and I will run out of food rations faster because we will have a longer distance to cover to meet up with the boat. In addition to that, due to the cooler temperatures during winter, we will have to consume a larger amounts of calories in order to have enough energy to make progress. And at the same time, we cannot afford to pack too much extra portions because that would mean extra weight, which in turn means slower progress.

 

  • The ice conditions below the mark of (or close enough to) 85 degrees North are not stable enough to allow us to make progress without risking falling in the water openings found between ice floes. So long as Pangaea can make progress through the ice, we shouldn’t be walking on it.
  • However if we do not make it to 85 degrees North but find a departure point above 84 degrees North where the ice seems solid enough for us to walk on, we would be willing to start our expedition from that point. 
  • Borge and myself have nevertheless anticipated potential delays and have as a result packed sufficient food to spend a maximum of 3 months on the ice in case we start from a more southern point OR if the upcoming winter season slows down our progress. 
  • One thing to also keep in mind is the drifting ice. Given that the Arctic is an ocean and not a continent, the ice and the water below it is in constant movement. Borge and myself have been studying the drift patterns carefully in order to pick a departure point and an itinerary adaptable to drift patterns. These can be affected by tide cycles, wind, water temperatures, amongst other factors.
Given all the unknown and unpredictable variables that come into play, it is a pretty tough gamble to make, as well as a tough one to be fully confident about. But that’s also what makes this expedition particularly exciting. Similarly to K2, nature has the first word here. Either the conditions are in our favour and the timing is right, or they’re simply not. 
Climate change also has an effect on the success of this expedition. The ice covering the Arctic Ocean has been melting at a staggering speed. The quest to achieve the latitude of 85 degrees degree North in a sailing vessel would have never been possible in the past. Which means that Pangaea too, will be on a world first mission. No sailing vessel has ever passed the mark of 85 degrees North because of the sea ice would have prevented them from reaching that latitude sooner. If we manage to completed this quest with Pangaea, it will not so much be seen as an achievement, but rather as undeniable evidence that our polar regions are undergoing drastic changes. Ironically, the success of this expedition is in correlation to the melting sea and should as a consequence also serve as a warning of the increasing issues of climate change.
As a team we have decided not to set ourselves too many limitations and expectations. Given the uniqueness of this trip, we agreed to head into it with an open and observing mind. I can predict that the next couple of days are going to be challenging, but they will also be extremely interesting. There is a lot to learn about nature when you venture into some of its more remote corners. That is also why I find it important to share this journey with as many people as possible through words, photos and videos, because this part of the world deserves to be spoken about and cared for.

Le 6 septembre à 2h du matin : Nous avons enfin commencé à naviguer sur la glace aujourd’hui ! Nous attendions tous ce moment avec impatience. Une fois que nous avons passé la marque du 81° Nord, les gars de quart ont crié : “Glace ! Je vois Ice !”. J’ai immédiatement sauté sur le pont pour m’en rendre compte par moi-même. Ils avaient raison, nous pouvions voir de petits morceaux flotter au loin. “Enfin”, me suis-je dit… Ça voulait dire qu’on se rapprochait. L’excitation a commencé à s’accumuler en moi, je l’ai sentie… Je parie que les autres l’ont deviné par le sourire massif sur mon visage… Bien que nous souhaitions tous voir les premiers morceaux de glace flottante, je savais aussi que la partie la plus difficile de notre itinéraire de navigation allait enfin commencer : la navigation sur la glace.la navigation dans la glace est beaucoup plus complexe que je peux imaginer. Jusqu’à présent, nous avons parlé du déclin à 85 degrés nord, comme si c’était un point facile à atteindre. Alors qu’en fait, l’expédition ne sera possible que si nous arrivons d’abord au point de débarquement avec Pangaea. En étudiant attentivement les images satellites quotidiennes qui nous sont envoyées par le Norwegian Ice Survey – sur lesquelles différents schémas de couleurs représentent différentes épaisseurs de glace – nous mettons ensemble ce qui semble être le parcours le plus accessible en identifiant les points de cheminement GPS progressifs afin d’atteindre un point de départ qui nous convient à Borge et à moi-même.

Ce processus doit être répété et recalculé quotidiennement en raison de la dérive de la glace de mer. Ce qui signifie que chaque jour de nouvelles images satellites arrivent et que de nouveaux points de cheminement GPS doivent être localisés pour définir notre nouvel itinéraire de la journée. Un tel processus serait impossible sans le nouveau système de connexion par satellite que mon nouveau partenaire Speedcast a installé sur le bateau. Sans connexion par satellite, nous aurions dû naviguer dans les glaces uniquement par des moyens visuels, tout comme les explorateurs qui nous ont inspirés quand nous étions enfants, comme Nansen et Amundsen.

Bien que les communications par satellite soient un avantage certain, naviguer dans les glaces sur un voilier demande encore beaucoup d’efforts et d’attention. Quelqu’un doit constamment manœuvrer manuellement le bateau depuis la barre pendant que nous sommes en mouvement. Afin de manœuvrer de façon régulière et efficace, nous hissons quelqu’un en haut du mât pour avoir une meilleure vue d’ensemble de la glace et de ses passages. La personne en haut du mât calcule l’itinéraire le plus beau tout en gardant à l’esprit notre parcours désiré. Il crie ensuite des indications et des directions à la personne qui dirige le bateau. L’astuce consiste à naviguer d’une étendue d’eau libre à l’autre en suivant les chenaux d’eau libre ou en se frayant un chemin à travers la glace mince. Bien que la Pangaea soit conçue pour briser la glace, sa petite taille, son poids et la puissance de son moteur ne nous permettent pas de briser la glace épaisse. Souvent, dans les situations où le pourcentage de couverture de glace est élevé, il est difficile de juger où le bateau peut et doit s’aventurer ou non. En conséquence, nous arrivons parfois à des impasses, des endroits où le bateau ne peut pas aller plus loin, ce qui nous oblige à faire marche arrière dans nos traces (parfois sur de très grandes distances), afin de prendre un autre chemin plus loin en arrière.

Il y a une très petite marge d’erreur lorsqu’il s’agit de trouver le point de départ idéal. Nous devons naviguer le plus au nord possible sans risquer de coincer le bateau dans les glaces, mais nous devons aussi naviguer assez au nord pour trouver suffisamment de glace pour que Borge et moi-même puissions commencer notre expédition en toute sécurité. C’est pourquoi chaque degré compte dans ces conditions. Si nous n’arrivons pas à atteindre (ou assez près de) 85 degrés Nord, Borge et moi n’aurons d’autre choix que d’abandonner notre expédition. Les raisons en sont très simples, mais peuvent être difficiles à concevoir pour ceux qui lisent ces lignes dans la chaleur de leur foyer. 

Je vais t’expliquer :

  • Le point de départ du 85° Nord a été calculé avec précision par Borge et moi-même pour nous assurer que nous pourrons faire la traversée à temps avant le début de l’hiver arctique.

 

  •  Si l’hiver arctique commence, cela signifie deux choses : Si l’hiver arctique commence,
    • Pangaea ne pourra pas naviguer aussi loin au nord que prévu pour arriver à temps au point de ramassage du côté norvégien avant que la glace sur l’océan Arctique ne commence à s’étendre et à épaissir en novembre/décembre.
    • Borge et moi serons à court de rations alimentaires plus rapidement car nous aurons une distance à parcourir pour rejoindre le bateau plus tard. De plus, en raison des températures plus fraîches en hiver, nous devrons consommer davantage de calories pour avoir assez d’énergie pour progresser. En même temps, nous ne pouvons pas nous permettre d’emballer trop de portions supplémentaires, car cela signifierait un surpoids, ce qui ralentirait les progrès.

 

  • Les conditions glacielles sous la marque de 85 degrés nord (ou assez près) ne sont pas assez stables pour nous permettre de progresser sans risquer de tomber dans les ouvertures d’eau situées entre les floes de glace.
  • Tant que Pangaea peut progresser à travers la glace, nous ne devrions pas marcher dessus, mais si nous n’arrivons pas jusqu’à 85 degrés nord mais que nous trouvons un point de départ au-dessus de 84 degrés nord où la glace semble assez solide pour que nous puissions marcher dessus, nous serions prêts à commencer notre expédition depuis ce point.

 

  • Borge et moi avons néanmoins anticipé des retards potentiels et avons donc emporté suffisamment de nourriture pour passer un maximum de 3 mois sur la glace au cas où nous partirions d’un point plus au sud OU si la prochaine saison d’hiver ralentissait notre progression.

 

  • Il faut aussi garder à l’esprit la dérive des glaces. Étant donné que l’Arctique est un océan et non un continent, la glace et l’eau qui l’entoure sont en mouvement constant. Borge et moi-même avons étudié attentivement les modèles de dérive afin de choisir un point de départ et un itinéraire adaptable aux modèles de dérive.

Compte tenu de toutes les variables inconnues et imprévisibles qui entrent en jeu, c’est un pari assez difficile à faire, ainsi qu’un pari difficile dont il faut avoir pleinement confiance. Mais c’est aussi ce qui rend cette expédition particulièrement passionnante. Tout comme K2, la nature a le premier mot ici. Soit les conditions sont en notre faveur et le moment est bien choisi, soit elles ne le sont tout simplement pas. 

Le changement climatique a également un effet sur le succès de cette expédition. La glace qui recouvre l’océan Arctique fond à une vitesse vertigineuse. Par le passé, il n’aurait jamais été possible d’atteindre la latitude de 85 degrés nord à bord d’un voilier. Ce qui signifie que Pangaea aussi, sera en première mission mondiale. Aucun voilier n’a jamais franchi la barre des 85 degrés nord, car la glace de mer les aurait empêchés d’atteindre cette latitude plus tôt. Si nous parvenons à mener à bien cette quête avec Pangaea, elle ne sera pas tant perçue comme une réussite, mais plutôt comme une preuve indéniable que nos régions polaires sont en train de subir des changements radicaux. Ironiquement, le succès de cette expédition est en corrélation avec la fonte des neiges et devrait par conséquent également servir d’avertissement face aux problèmes croissants du changement climatique, et nous avons décidé en équipe de ne pas nous fixer trop de limites et d’attentes.

Étant donné le caractère unique de ce voyage, nous avons accepté d’y aller avec un esprit ouvert et observateur. Je peux prédire que les deux prochains jours seront difficiles, mais ils seront aussi extrêmement intéressants. Il y a beaucoup à apprendre sur la nature lorsque vous vous aventurez dans certains de ses coins les plus reculés. C’est aussi pour cela qu’il me semble important de partager ce voyage avec le plus de gens possible par des mots, des photos et des vidéos, parce que cette partie du monde mérite d’être connue et soignée.