fbpx

Tag: icebergs

Arrivée en Islande & Anniversaire de Paps 14 – 16 juillet

Blog 3 – Arrivée en Islande & Anniversaire de Paps 14 – 16 juillet

Aux premières heures du 14 juillet, nous avons finalement aperçu l’Islande au loin. Nous avions alors navigué pendant 4 jours d’affilée depuis notre départ du sud de l’Irlande. Je sais ce que vous pensez… 4 jours, ça ne semble pas très long, mais si je peux me permettre, laissez-moi essayer de vous brosser un tableau de ce que ces 4 jours ont été pour nous, marins amateurs :

Vous vous retrouvez dans une petite capsule en aluminium, qui oscille sans cesse de haut en bas, de gauche à droite, voyageant à travers l’espace et le temps. Si vous avez de la chance (ou si vous vous appelez Mike Horn ou Bernard Stamm), le balancement et le roulement ne vous atteignent pas… mais pour tous les autres êtres humains normaux, le mouvement constant commence très vite à prendre le contrôle.

Vous venez à peine de quitter le monde de la stabilité, mais vous commencez déjà à vous sentir somnolent. Très vite, vous perdez la notion du temps et vous luttez pour ne pas manger trop (même si c’est délicieux). Alors, vous optez pour cette position horizontale et essayez de distraire votre esprit. Soudain, même les actes les plus simples se transforment en efforts de déplacement en montagne. Alors, vous fermez les yeux et écoutez le rugissement continu des moteurs… vous le sentez aussi, tremblant sous et autour de vous. (Les voiles sont généralement sorties, mais dans des conditions difficiles ou par vent léger, nous utilisons les moteurs pour nous aider à prendre de l’élan). Le rugissement est fort, plus fort que le son que vous imaginez en ce moment. Ajoutez à cela le chant aigu des murs et du plancher en bois, qui se tordent et se plient sous la pression du blindage en aluminium du navire qui se balance. Heureusement, vous n’êtes pas seul… 9 autres compagnons se joignent à vous pour la balade, une bonne nouvelle, non ? Mais en réalité, dès que vous quittez la terre ferme, chacun commence à s’occuper de ses affaires, et les échanges amicaux se transforment rapidement en grognements et en haussements d’épaules.

Le seul endroit où l’on pourrait dire que “l’action réelle” a lieu, c’est dans la maison pilote. C’est là que le capitaine Bernard trace notre itinéraire en fonction des désirs d’aventure de Paps ; et chacun à son tour, nous, marins amateurs, jouons notre petit rôle en veillant à ce que le bateau reste sur sa trajectoire, et en toute sécurité. En fait, à bien y penser, une bonne partie de l’action se déroule également dans la cuisine, surtout avant les heures de repas. C’est généralement à ce moment que vous trouverez Laure dans sa légendaire tenue de cuisinière, s’accrochant à tout ce qu’elle peut saisir d’une main et remuant le contenu bouillant d’une marmite familiale sur le feu de l’autre… la soupe de légumes ou le poulet au curry s’éclaboussant au rythme des vagues sur la citation “Sophistiqué, séduisant, complexe et corsé (et le vin n’est pas mauvais non plus)” qui orne son tablier.

Mais aussi chaotique et désagréable que puisse paraître la description ci-dessus, des voyages comme celui-ci vous marquent. Ils vous rappellent que vous êtes humain, que vous êtes petit face à la nature et que vous avez encore beaucoup à apprendre sur le monde, mais surtout sur vous-même.

Notre arrivée en Islande était particulière… Je suppose qu’une partie de moi s’attendait à être déconcertée dès la première observation de la terre, comme je l’étais lorsque nous avons navigué en Irlande.

Mais non, loin de là…

L’Islande est comme un homme fatigué de la nature, le genre qui vit dans la solitude dans une cabane dans les bois… lointain et froid au premier abord, le genre que vous ne voulez pas déranger. C’est difficile à décrire, mais j’avais le sentiment que cette âme nordique fatiguée était une terre qui voulait être abordée et découverte avec soin et respect. Un air d’hostilité se dégageait des nuages bas suspendus et des éclats de roche volcanique sombre, mais quelque chose me disait que ce n’était qu’une façade… ou peut-être un avertissement destiné au visiteur qui arrivait. Préparez-vous à ce que j’ai à vous offrir, je pouvais presque entendre les paysages murmurer…

Quelques-uns d’entre nous sont sortis sur le pont pour découvrir ce nouvel environnement étranger. Nous avancions en silence ; je pouvais dire que je n’étais pas le seul à tenter de déchiffrer l’enchevêtrement des premières impressions que nous avions reçues. Il était clair que l’Islande allait avoir le premier mot… et elle parlait dans le sifflement des oiseaux. Des centaines d’entre eux volaient au-dessus et autour de nous, et à perte de vue.

D’après la carte, nous étions arrivés à proximité de la petite ville de Höfn, située au sud. Nous étions bien trop loin pour apercevoir des maisons, mais on pouvait apercevoir au loin de grands bâtiments industriels blancs… des usines de transformation de la pêche, apparemment. Un homme qui parlait un anglais parfait avec un fort accent nous a accueillis à la radio et nous a demandé plus d’informations. Notre plan était de nous mettre à l’abri pendant quelques jours et d’attendre la prochaine tempête avant de nous rendre au Groenland. Ce à quoi la voix a répondu : “N’hésitez pas à vous mettre à l’aise partout où vous trouverez un endroit décent !”

 

Honnêtement, l’endroit où nous avions atterri ne ressemblait à rien du tout. Nous avons réussi à nous amarrer à une sorte de cour de pierre désolée. Des portes rouillées recyclées et de vieux pneus usés jusqu’à la moelle nous ont servi de plate-forme d’accostage… Le seul signe d’espoir perceptible dans les environs était une tache de marguerites à l’air fier qui s’enfonçait la tête entre les morceaux de caoutchouc et de rouille.

L’accent de la radio nous a ensuite demandé si nous voulions aller sur la terre ferme, ce à quoi nous avons évidemment répondu oui. Il nous a donc dit qu’il passerait en voiture pour nous fournir les documents que nous devions remplir pour entamer notre processus d’immigration. “Combien de temps cela va lui prendre pour venir jusqu’ici ?” Je me suis demandé, parce que nous semblions si loin.

Une demi-heure plus tard, un gros blond est apparu et a crié “Bonjour !” de la même voix grave que celle que j’avais entendue à la radio. Il portait un t-shirt malgré le froid, des gants d’hôpital bleus, un masque à l’air sérieux et des lunettes transparentes comme un bouclier. Plus de 5 mètres le séparaient de nous à bord, à terre. La première chose qu’il a dite lorsque nous sommes allés sur le pont pour le saluer a été “Je sais que cela a l’air absolument ridicule, mais ce sont nos nouvelles règles sanitaires. Désolé pour l’accueil bizarre en Islande !” On ne peut pas dire le contraire. Le grand étranger pâle avait raison, cette situation avait l’air absolument ridicule, mais nous étions arrivés sur leur territoire, et nous n’avions donc pas d’autre choix que de jouer selon leurs règles.

Il s’est agenouillé et a placé les documents avec une paire de gants chirurgicaux sur le gravier humide et a utilisé une pierre quelconque comme presse-papiers. Il a dit qu’il serait de retour dans quelques minutes et est parti. Pendant sa brève absence, Bernard devait mettre les gants, remplir les formulaires et les replacer sous la pierre improvisée servant de presse-papiers… On aurait vraiment dit qu’ils manipulaient une sorte de bombe à retardement. Une fois que Bernard a dûment accompli cette tâche périlleuse et qu’il est remonté à bord pour se mettre à l’abri, l’agent d’immigration est revenu pour récupérer les papiers et nous a informés que le personnel médical serait bientôt en route, à quoi il a ajouté : “Bon séjour en Islande ! Oh, et vous pouvez garder les gants au passage” et il a disparu derrière les marguerites.

Je n’arrivais pas à croire la scène à laquelle j’assistais. Bien que je comprenne et respecte totalement les mesures prises pour contrôler la pandémie et empêcher sa propagation, cette situation m’a un peu pincé le cœur. Je me sentais triste à l’idée que notre monde change, et pas nécessairement pour le mieux. Ce qui était autrefois la poignée de main amicale entre deux étrangers, ou l’arrivée en douceur et excitante dans un pays étranger, n’était plus… Juste comme ça, en l’espace de quelques mois, j’ai eu l’impression que notre monde était au bord de l’apocalypse.

Une heure plus tard, un 4×4 noir a fait son apparition et s’est arrêté au milieu de la vaste cour de pierre. Le vent hurlait et la pluie se mettait à tomber. Deux figures ressemblant à des astronautes sont sorties du véhicule et se sont lentement dirigées vers nous au milieu d’un épais brouillard. Cela ressemblait au décor d’un film d’horreur. Ils étaient équipés de leur combinaison de protection complète de la tête aux pieds, prêts à nous prélever pour savoir si nous allions réussir ou non le test Covid-19. Après un échange bref mais cordial avec les deux astronautes, suivi d’une réunion d’équipe rapide, nous avons décidé à l’unanimité de ne pas passer le test coûteux, car nous étions simplement en transit. “Inutile de dépenser plus de mille dollars pour une escale de deux jours”, a déclaré Paps, “nous allons rester dans la cour de pierre et visiter les îles et les glaciers éloignés avec le canot pneumatique. Et nous reviendrons à Höfn, quand le monde sera libéré du corona”, à laquelle je pense que nous avons tous croisé les doigts derrière notre dos, discrètement…

Les trois jours suivants n’ont pas été particulièrement riches en événements en raison du temps et de notre périmètre restreint. Nous avons exploré la cour de pierre à l’envers, tenté de nous aventurer sur un glacier massif mais nous nous sommes retrouvés pris dans des eaux peu profondes en chemin, alors nous nous sommes contentés de quelques petites balades sur des îles inhabitées à la place. Le point culminant de ces journées venteuses a sans aucun doute été l’anniversaire de Paps. Pour fêter l’occasion, Paps et Bernard ont enfilé leur combinaison de plongée, ont traversé la cour en pierre et se sont directement heurtés aux vagues géantes qui se sont écrasées sur l’emblématique plage de sable noir. Les voir tous les deux sauter comme des enfants au rythme de la houle n’avait pas de prix. C’était le spectacle d’hommes libres, épanouis et insouciants.

Plus tard, une fois que nous étions de retour dans la chaleur du bateau et que nous venions de terminer un des délicieux repas maison de Laure, j’ai demandé à Paps par curiosité : “Les anniversaires sont-ils spéciaux pour toi, Paps ?” Il n’a même pas eu besoin d’une seconde pour répondre, on voyait bien qu’il avait déjà réfléchi à la question : “Les anniversaires sont de bons rappels que vous avez un an de moins pour faire encore toutes les choses que vous voulez. J’adore qu’on me rappelle que mon temps sur terre est limité ! C’est pour cette raison que je vis chaque jour comme si c’était le dernier”. J’ai adoré cette réponse, alors je l’ai immédiatement mise par écrit… et à ce moment précis, je me suis promis de toujours faire de mon mieux pour vivre le reste de ma vie avec la même attitude.

Annika Horn

 


 

Blog entry 3 – Arrival in Iceland & Paps’ Birthday
14th – 16th of July

In the early hours of the 14th of July, we finally caught sight of Iceland in the far distance. By then, we had been sailing for 4 days straight since we had left southern Ireland. I know what you’re thinking…4 days doesn’t seem like a long time, but if I may, let me attempt painting a picture of what those 4 days were like for us amateur sailors:

You find yourself in a little aluminium capsule, endlessly bobbing up and down, left and right, traveling through space and time. If you’re lucky, (or if your name is Mike Horn or Bernard Stamm), the rocking and rolling just doesn’t get to you…but for all the other regular human beings out there, the constant movement will quite quickly start taking control.

You’ve only just left the world of stability behind, but you’re already starting to feel dozy. Soon enough you lose track of time and struggle to keep your food down (no matter how delicious it is). So, you opt for that horizontal position and try to distract your mind. Suddenly, even the simplest of acts turn into mountain-moving efforts. So, you close your eyes and listen to the engines’ ongoing roar…you feel it too, trembling beneath and everywhere around you. (The sails are usually out, but in rough conditions or in light winds, we use the engines to help with momentum.) The roar is loud, louder than the sound you’re imagining right now. Add to that the high-pitched singing of the wooden walls and floorboards, bending and twisting under the pressure of the swaying vessel’s aluminium armour. Thankfully you’re not alone…9 other companions are joining you for the ride, great news, right? But in reality, as soon as you leave solid ground everyone just starts minding their own business, and friendly exchanges rapidly turn into grumpy grumbles and shoulder shrugs.

The only place where one could say “real action” takes place, is in the pilot house. This is where captain Bernard maps out our itinerary based on Paps’ adventurous desires; and each our turn, we amateur sailors, play our little role in ensuring that the boat remains on course, and in safety. Actually, come to think of it, a fair amount of action also takes place down in the galley, especially before meal hours. That’s usually when you’ll find Laure in her legendary cooking attire, hanging on to whatever she can get a hold of with one hand and stirring the boiling contents of a family-sized pot over the stove with the other…vegetable soup or chicken curry splishing and splashing to the rhythm of the waves over the “Sophisticated, Seductive, Complex, and Full-Bodied (and the wine’s not bad, either)” quote decorating her apron.

But however chaotic and unpleasant the above description may sound, journeys like these, mark you. They remind you that you are human, that you are small in the face of nature and that you still have so much to learn about the world, but above all, about yourself.

Our arrival in Iceland was peculiar…I guess a part of me was expecting to be baffled from the first sighting of land, the way I was when we sailed into Ireland.

But no, quite far from that….

Iceland is like a weary man of nature, the kind that lives in solitude in a cabin in the woods…distant and cold at first encounter, the kind you do not want to bother. It’s difficult to describe, but I had a feeling this weary northern soul was a land that wanted to be approached and discovered with care and respect. An air of hostility arose from the low hanging clouds and slivers of dark volcanic rock, but something told me that was just a facade…or perhaps a forewarning destined to the incoming visitor. Brace yourself for what I have to offer, I could almost hear the landscapes whisper…

A couple of us stepped out on deck to take in this new and foreign surrounding. We advanced in silence; I could tell I wasn’t the only one attempting to decipher the tangle of first impressions we had been received with. Clearly, Iceland would get the first word…and it spoke in the whistling of birds. Hundreds of them flying over and around us, and as far as the eye could see.

According to the map, we had arrived in proximity to the small southerly town of Höfn. We were way too far to spot any houses, but large white industrial buildings could be made out in the distance…fishing processing plants, apparently. A man who spoke a perfect English in a strong accent welcomed us over the radio and asked for more info. Our plan was to take shelter for a couple of days and wait out the upcoming storm before proceeding to Greenland. To which the voice responded: “Feel free to make yourselves at home wherever you find a decent spot!”

Honestly, the place we had landed in looked like absolutely nothing. We managed to dock ourselves to some sort of desolate stone yard. Rusty recycled doors and old tires worn out to the core served as our docking platform…The only noticeable sign of hope in the vicinity, was a patch of proud-looking daisies sticking their heads out between the pieces of rubber and rust.

The accent over the radio then asked if we wanted to go on land, to which we obviously said yes. So, he told us he’d drive by to provide us with documents we needed to fill in order to start our immigration process. “How much time is it going to take for him to drive all the way here?” I wondered, because we seemed so far out.

Half an hour later a bulky blond-haired guy appeared and shouted “Hello!” in the same deep voice I heard over the radio. He was wearing a t-shirt in spite of the cold weather, blue hospital gloves, a serious-looking mask and shield-like transparent glasses. Over 5 meters were separating him on land from us onboard. First thing he said when we went out on deck to greet him was: “I know this looks absolutely ridiculous, but these are our new sanitary regulations. Sorry for the bizarre welcome to Iceland!” One couldn’t argue with that. The tall pale stranger was right, this situation did look absolutely ridiculous, but we had arrived in their turf, and thus had no choice but to play by their rules.

He kneeled down and placed the documents along with a pair of surgical gloves on the wet gravel and used a random stone as paperweight. He said he’d be back in a couple minutes and left. During his brief absence, Bernard was to put the gloves on, fill in the forms and place them back under the improvised paperweight stone…It honestly looked like they were handling some sort of time-ticking bomb. Once Bernard had duly completed this perilous task and hopped back onboard to safety, the immigration officer re-emerged to collect the paperwork and informed us that medical staff would shortly be on their way, to that he added: “Enjoy your stay in Iceland! Oh, and you can keep the gloves by the way!” and he disappeared behind the daisies.

I couldn’t believe the scene I was witnessing. Although I wholly understand and respect the measures taken to control the pandemic and prevent it from spreading, this situation pinched my heart a little. I felt sad at the thought of our world changing, and not necessarily for the best. What used to be the amicable handshake between two strangers, or the smooth and exciting arrival in a foreign country, was no longer…Just like that, in the span of a couple months, it felt like our world was on the brink of the apocalypse.

An hour later, a black 4×4 made its appearance and stopped in the middle of the vast stone yard. The wind was howling, and the rain started pouring. Two astronaut-like figures exited the vehicle and slowly made their way towards us amidst the heavy fog. It looked like the setting of a horror movie. They were geared with their full head-to-toe protective suits, ready to swab us to find out whether or not we’d pass or fail the Covid-19 test. (The results would determine whether or not we’d be able to visit the town.) After a brief but cordial exchange with the two spacemen, followed by a speedy team meeting, we unanimously decided against taking the costly test due to the fact that we were simply here in transit. “No point spending over a thousand bucks for a two-day layover” said Paps, “we’ll stick around the stone yard and visit the remote islands and faraway glaciers with the dinghy. And we’ll come back to Höfn, when the world is corona-free!” to which I think we all crossed our fingers behind our backs discreetly…

The next 3 days were not particularly eventful due to weather as well as our restricted perimeter. We explored the stone yard inside out, attempted to venture onto a massive glacier but got caught up in shallow waters on our way there, so we settled for some small strolls on uninhabited islands instead. The highlight of those windy days was without a doubt, Paps’ birthday. To celebrate the occasion, Paps and Bernard got into their wetsuits ran across the stone yard and straight into the giant waves crushing onto the iconic black sand beach. Watching the two of them jumping around like children to the rhythm of the swells, was priceless. It was the sight of free men, fulfilled and carefree.

Later, once we were back in the warmth of the boat and had just finished one of Laure’s delicious home-cooked meals, I asked Paps out of curiosity: “Are birthdays special to you, Paps?” He didn’t even need a second to answer, you could tell he had already thought this one through: “Birthdays are great reminders that you have one year less to still do all the things you want to. I love being reminded that my time on earth is limited! It is for that reason that I live everyday like it’s my last.” I loved this response, so I immediately wrote it down…and in that very moment, I promised myself I’d always try my best to live the rest of my life with the same attitude.

 

Annika Horn

10.07.20 – BREST – SKULL

 

C’est l’heure du premier blog de cette aventure !

Il y a deux jours, au matin du mercredi 8 juillet, nous avons enfin quitté le port de Brest en France et mis le cap sur l’Arctique. L’Arctique ! !! Nous partons à la découverte de la pittoresque côte est du Groenland et du Svalbard, l’archipel habité le plus septentrional du monde, pendant les interminables journées d’été du grand nord ! Mais d’abord, nous devons nous y rendre. Une navigation semi-atlantique de 7 jours nous attend… et la navigation en eaux libres n’est jamais une tâche facile ; tant pour l’esprit que pour le corps. Mais c’est ainsi que les choses fonctionnent dans la famille Horn : si vous voulez profiter de la récompense à la fin du voyage, vous devez d’abord souffrir un peu pour la mériter ;)

Le soleil n’était pas au rendez-vous ce matin-là, ce qui ne m’étonne pas vraiment pour Brest. A chaque visite, nous avons été accueillis par du vent et du gris. Mais cela n’enlève rien au charme de cette ville maritime. Le temps rude est le reflet des gens qui y vivent… des marins passionnés qui ont le goût de l’aventure : la maison des durs, dit-on.

Quoi qu’il en soit, qui a besoin de soleil pour vous voir partir alors qu’à la place, vous pouvez être embrassé par la chaleur d’une foule qui vous fait signe avant de partir et vous souhaite de voyager en toute sécurité depuis le quai ! Près de 100 personnes réunies et blotties sur la plus grande jetée du port du château de Brest pour observer le lancement du voilier Pangée dans l’Atlantique. Bien que le fait d’avoir autant de paires d’yeux qui vous fixent vous donne un peu l’impression d’être un animal de zoo, vous ne pouvez pas vous empêcher d’éprouver un immense respect pour ces avides adeptes de tous les horizons et de tous les âges qui se sont donné du mal un mercredi matin pour partager l’intensité du moment.

L’un de ces avides adeptes a d’ailleurs saisi mon intention : un garçon de 18 ans se tenant sur le quai en tenue de cycliste, admirant Paps avec des yeux rêveurs… Je me suis demandé ce qu’il faisait là en bas sur le quai, alors que tous les autres se tenaient là-haut sur la jetée… et je ne sais toujours pas comment il est arrivé là, mais j’ai une idée assez sûre de ce qui l’a amené là : sa passion et sa détermination. Il s’avère que ce gamin, avait appris aux nouvelles que Mike quittait Brest ce matin-là, alors il s’est réveillé à 3 heures du matin et a fait plus de 100 km à vélo pour venir nous dire au revoir. Mais comme il était un peu en retard et qu’il ne voulait pas manquer le départ de 9 heures, il a attaché son vélo et a fait du stop pour faire les 30 derniers kilomètres de son voyage jusqu’au port de Brest… difficile de ne pas se sentir ému par une histoire comme celle-ci ; surtout quand on pense que c’est totalement quelque chose que Paps aurait fait.

Je dois avouer que ça fait un peu bizarre de partir pour une terre lointaine. Après des mois de confinement encouragé, de restrictions de voyage et de craintes d’une seconde vague imminente, rester à la maison est en quelque sorte devenu notre nouvelle normalité ; même pour nous, une famille agitée incapable de ralentir le rythme et de rester au même endroit. Ainsi, lorsque nous quittons le port et que nous nous dirigeons vers l’Atlantique, nous avons presque l’impression d’être de vieux explorateurs têtus : nous ne comptons sur personne d’autre que nous pour partir vers l’inconnu.

La première journée de navigation a été intense, les premiers jours le sont généralement… mais cette fois-ci, cela semble un peu plus difficile que les précédentes. C’était probablement dû à la forte odeur de diesel qui envahissait le bateau alors que nous prenions la mer. Nous venions juste de quitter la terre ferme, mais quelque chose n’allait manifestement pas. Il n’est pas inhabituel de sentir un peu de diesel ici et là lorsque les moteurs commencent à tourner, mais cela ne m’avait jamais dérangé à ce point. Les vapeurs enivrantes nous faisaient tourner la tête et nos estomacs se retournaient ou était-ce les vagues ! La mer n’était pas agitée, mais en même temps, elle était loin d’être calme. Les vents soufflaient du nord-ouest, poussant Pangaea sur son côté tribord…youpi pour ceux qui ont une couchette à bâbord…ou pas. Il n’a pas fallu longtemps pour qu’un objet se détache, ou une personne d’ailleurs, se balance de gauche à droite. J’ai réussi à trouver un moyen d’accrocher mon bras droit dans un casier pour éviter d’être projeté du lit du haut sur le sol…bien que légèrement douloureuse, cette méthode a été un succès, j’ai réussi à rester collé à mon lit toute la nuit. On ne peut pas en dire autant de Jess, qui avait tiré sur la couchette du bas et qui n’a donc pas craint la chute autant que moi… mais peut-être aurait-elle dû, le lendemain matin au lever du soleil, je n’ai trouvé que son matelas et ses draps en désordre étalés de façon chaotique sur le sol, ce qui a dû être une chute difficile à réveiller.

C’est étrange de voir comment l’océan vous berce pour vous endormir, ou peut-être serait-il plus juste de dire : “comment l’océan vous assomme pour dormir”. Il est presque impossible de rester alerte et éveillé. Peu importe les efforts que vous déployez pour rester concentré sur l’horizon et prêter attention aux dispositifs du bateau pendant votre quart de travail, vous ne pouvez pas vous empêcher de vous assoupir… Bien sûr, on ne peut pas en dire autant des experts à bord. Alors que la majorité d’entre nous, marins amateurs, luttons contre la somnolence dans une position verticale constante, Mike, Bernard, Laure et Jacek sont sur la route, sifflant joyeusement au son de la brise de l’océan. Le Quattro mérite sans aucun doute leur pied marin après avoir perdu de vue le nombre de milles marins qu’ils ont parcourus au cours de décennies de navigation et de travail sur des bateaux.

On dit que le mal de mer s’atténue avec l’expérience… ou alors, et à mon avis, c’est plus exactement ce à quoi on s’habitue. Après quelques jours d’incessants allers-retours, de gauche à droite – ou de balancement comme aime à le dire Paps – on s’habitue à se sentir fatigué et somnolent et on n’a pas d’autre choix que de s’adapter à ce nouveau mode de vie. Cela dit, cela en vaut toujours la peine au final. Parce qu’à chaque fois que l’on quitte un endroit familier pour découvrir un nouvel endroit, on sait qu’on est parti pour une aventure qui va changer notre vie… et c’est pourquoi nous faisons ce que nous faisons et continuons à le faire : parce que nous vivons pour le frisson de l’aventure et que nous aspirons à l’inconnu.

Environ 30 heures après avoir quitté la côte bretonne et navigué vers le nord en pleine mer, nous avons repéré notre première terre : L’Irlande nous attendait fièrement à l’horizon. Bien que le voyage ne fasse que commencer et que nous nous soyons tous préparés pour une navigation directe de 7 jours vers le Groenland, nous étions tous ravis de voir la terre… on peut dire que le sentiment de joie était sans aucun doute renforcé par le départ difficile dont nous, les marins amateurs, avions tous souffert. Paps a donc décidé de céder à notre excitation et nous nous sommes approchés de l’Irlande jusqu’à ce que nous trouvions une petite baie confortable dans laquelle nous pourrions nous abriter pour la nuit. Tout ce qu’on dit sur la beauté des côtes irlandaises est vrai… les paysages étaient absolument époustouflants. Alors que nous naviguions vers la terre ferme, nous avons été accueillis par le phare le plus spectaculaire que j’ai jamais vu. Situé sur un petit îlot d’argile et d’ardoise qui porte le nom de Fastnet, ce phare se trouve à l’endroit le plus au sud de l’Irlande. Nous avons tous sauté sur le pont pour admirer la tour qui passait… c’était impressionnant. Alors que les vagues s’écrasaient majestueusement contre le rocher sombre qui émergeait, Paps nous a expliqué que dans des conditions météorologiques difficiles, les vagues pouvaient atteindre le sommet du phare… On peut dire sans risque de se tromper que nous sommes tous restés là, tranquilles, rassurés à l’idée de ne pas nous retrouver dans ce genre de conditions météorologiques difficiles… Paps a vraiment un don pour rationaliser.

Alors que nous avancions dans la baie, les collines verdoyantes et les falaises découpées brossaient le tableau exact que l’on pouvait imaginer de l’Irlande. Une par une, de jolies petites maisons ont fait leur apparition derrière les arbres luxuriants qui recouvraient les champs parfaits de la côte, jusqu’à ce qu’un groupe de points blancs soit repéré au loin : la ville de Skull. Les bouches pleines d’eau à l’idée de sauter sur la terre ferme pour remplir nos ventres vides d’une bonne dose de poisson et de frites, après la lutte acharnée pour arriver jusqu’ici, nous avons choisi de jouer la carte de la sagesse et de rester à bord pour éviter de provoquer un chaos lié au coronaire et nous avons plutôt appelé ça une journée. Nous nous sommes tous réjouis d’une bonne nuit de sommeil dans les eaux calmes de la baie, sans avoir à crocheter les bras dans les cageots ou à nous envoler des lits superposés…

Annika Horn

 


 

Time for this adventure’s first blog!

Two days ago, on the morning of Wednesday 8th of July, we finally left the port of Brest in France and set sail towards the Arctic. The Arctic!!! Off we go to discover the picturesque east coast of Greenland and the world’s northernmost inhabited archipelago of Svalbard during the great north’s endless summer days! But first, we need to get there. A 7-day semi-trans-Atlantic sail awaits us…and open water navigation is never an easy task; both for the mind and the body. But that’s how things work in the Horn family: if you want to enjoy the reward at the end of the journey, you first have to suffer a little to deserve it ;)

The sun wasn’t out to see us off that morning, which doesn’t really surprise me for Brest. Each time we’ve visited, we were greeted with wind and grey. But this doesn’t take away from the charm of this maritime city. The rugged weather is a reflection of the people who live there…passionate sailors with a taste for adventure: home to the tough ones they say.

Anyways, who needs sunshine to see you off when instead you can be embraced with the warmth of a crowd waving you goodbye and wishing you safe travels from the pier?! What must have been close to a 100 people gathered and huddled up on Brest’s Castle Port’s largest pier to observe the launch of sailing vessel Pangaea into the Atlantic. Although having so many pairs of eyes staring at you kind of makes you feel like a zoo animal, you can’t help but feel an immense amount of respect for those avid followers of all walks of lives and all ages who went out of their way on a Wednesday morning to share the intensity of the moment.

One of these avid followers actually caught my intention: an 18-year old boy standing on the dock in his cycling gear, admiring Paps with dreamy eyes…I wondered what he was doing there down on the dock, while everyone else was up there standing on the pier…and I still don’t know how he got there, but I have a pretty sure idea of what got him there: his passion and determination. Turns out this kid, had found out in the news that Mike was leaving Brest that morning, so he woke up at 3am and rode his bike over 100km to come wave us goodbye. But since he was running a little late and didn’t want to miss the 9am departure, he tied up his bike and hitchhiked to catch a ride for the last 30km of his journey to the port of Brest…hard not to feel moved by a story like this one; especially when you think that’s totally something Paps would have done.

I must admit, it does feel a little weird leaving for some faraway land. After months of encouraged confinement, travel restrictions and fears of imminent second waves, staying home kind of became our new normal; even for us, a restless family incapable of ever slowing down the pace and remaining in one place. So, as we leave port and head into the Atlantic, it almost feels like we’re stubborn old-time explorers: not relying on anybody but ourselves to head out into the unknown.

The first day of sailing was intense, first days usually are…but this time seemed to be a bit more difficult than the previous times. It was probably due to the strong smell of diesel invading the boat as we head out to sea. We had only just left land, but something was evidentially wrong. It’s nothing unusual to get a little whiff of diesel here and there when the engines start running, but it had never bothered me to such an extent. The intoxicating fumes made our heads spin and our stomachs turn or was it the waves?! The sea wasn’t rough, but at the same time, it was far from calm. The winds were blowing from the northwest, pushing Pangaea onto its starboard side…yippee for those with port bunks…or not. It didn’t take long for any loose object, or person for that matter, to swing from left to right. I managed to find a way to hook my right arm into a cubbyhole to avoid getting thrown from the top bunk onto the floor…although slightly painful, this method was a success, I managed to stay glued to my bed throughout the night. The same can’t be said for Jess, who had shotgun the bottom bunk and as a result didn’t fear the fall as much as I did…but maybe she should have, the next morning as the sun rose, I found nothing but her mattress and messy sheets spread out chaotically on the floor, that must have been a hard fall to wake-up to.

It’s weird how the ocean just rocks you to sleep, or perhaps it would be more accurate to say: “how the ocean knocks you out to sleep”. It’s almost impossible to stay alert and awake. No matter how hard you try to stay focused on the horizon and pay attention to the boat’s devices during your shift, you just can’t help yourself but nod off…Of course, the same can’t be said for the experts on board. While the majority of us amateur sailors are fighting off the drowsiness in a constant vertical position, Mike, Bernard, Laure and Jacek are out and about, whistling joyfully to sound of the ocean breeze. The Quattro definitely deserve their sea legs after losing track of the amount of sea miles they’ve covered over decades of sailing and working on boats.

They say seasickness fades with experience…alternatively, and in my opinion more accurately, it is just something you get used to. After a couple days of never-ending up and down, left and right – or rocking and rolling as Paps likes to call it – you get used to feeling tired and drowsy and you have no choice but to adapt to the new lifestyle. That being said, it’s always worth it in the end. Because every time we leave somewhere familiar to discover somewhere new, you just know you’re in for a life-changing adventure…and that’s why we do what we do and keep on doing it: because we live for the thrill of adventure and long for the unknown.

About 30 hours after leaving the coast of Brittany behind and sailing northwards into open water, we spotted our first land: Ireland was waiting for us proudly on the horizon. Although the journey had only just began and we all had prepared ourselves for a 7-day-straight sail to Greenland, we were all overjoyed with the sight of land…safe to say, the feeling of joy was undoubtably enhanced by the tough start us amateur-sailors had all suffered from. So Paps decided to give into our excitement and we approached Ireland until we found a cozy little bay to shelter ourselves in for the night. Everything they say about a beautiful coastal Ireland is true…the sceneries were absolutely jaw-dropping. As we sailed in towards land, we were welcomed with the most dramatic-looking lighthouse I’ve ever seen. Standing tall on a tiny clay-slate islet that goes by the name of Fastnet, this lighthouse finds itself at the most southerly point of Ireland. We all jumped out on deck to admire the passing tower…it was impressive. As the waves were majestically crashing against the emerged dark rock, Paps explained to us that in tough weather conditions, waves could reach as far as the top of the lighthouse…safe to say we all stood there quietly, reassured at the thought of not finding ourselves in those types of rough weather conditions…Paps sure has a gift when it comes to rationalising.

As we progressed into the bay, the rolling green hills, and clear-cut cliffs painted the exact picture one would imagine of Ireland. One by one, cute little cottages made their appearance from behind the lush trees covering the coast’s perfect fields, until a cluster of white dots were spotted in the distance: the town of Skull. Mouths watering at the thought of jumping on land to fill our empty bellies with a decent dose of fish and chips following the starving struggle it was to get here, we chose to play it wise and stay onboard to avoid causing any corona-related chaos and called it a day instead. We all looked forward to a good night’s sleep in the bay’s calm waters, without having to hook arms in cubbyholes or flying off bunkbeds…

Annika Horn

 

 

BLOG 5 – 06 – 10.09.2019 : SAILING ICE

BLOG 5 – 06 – 10.09.2019
September 6th, 2am: We finally started sailing through ice today! We all had impatiently been waiting for this moment. Once we had passed the mark of 81 degrees North, the guys on watch shouted: “Ice! I can see Ice!”. I immediately jumped out on deck to see it for myself. They were right, we could spot small pieces floating in the distance. “Finally” I thought to myself…This meant we were getting closer. Excitement started building up inside me, I could feel it…I bet the others could have guessed it by the massive smile on my face.
Although we were all longing to set sight on the first bits and pieces of floating ice, I knew this also meant that the more challenging part of our sailing itinerary would finally begin: navigating through ice.
Ice navigation is a lot more complex than one can imagine. So far we have been talking about the drop-off at 85 degrees North, as if it was an easy point to achieve. Whereas in fact, the expedition will only be possible if we first manage to get to the drop-off point with Pangaea. By carefully studying daily satellite images sent to us by the Norwegian Ice Survey – on which different colour schemes represent varying ice thicknesses – we put together what seems like the most accessible  course by pinpointing progressive GPS waypoints in order for us to reach a point of departure that suits both Borge and myself. This process needs to be repeated and recalculated on a daily basis because of the drifting of the sea ice. Meaning that every day new satellite images come in and new GPS waypoints need to be pinpointed to define our new itinerary for the day. A process like this would be impossible without the new satellite connection system my new partner Speedcast installed on the boat. Without satellite connection, we would have had to navigate through the ice solely by visual means, similarly to what had been done by the explorers that inspired us when we were kids, such as Nansen and Amundsen.
Although satellite communications is a definite plus, navigating through ice on a sailing vessel still. requires a lot of effort and attention. Someone constantly needs to manually manoeuvre the boat from the helm while we are in movement. In order to manoeuvre steadily and efficiently, we hoist someone to the top of the mast to get a better overall view of the ice and its passageways. The person on top of the mast calculates the best looking itinerary while keeping in mind our desired course. He then yells indications and directions to the person steering the boat. The trick is to sail from one stretch of open water to the next by following open-water leads or by breaking our way through thin ice. Although Pangaea is designed to break ice, its small size, weight and engine power does not allow us to break through thick ice. Often, in situations with a high percentage of ice coverage, it is difficult to judge where the boat can and should venture or not. As a result, we occasionally reach dead-ends; spots where the boat cannot go any further, requiring us to reverse in our tracks (sometimes for very large distances), in order to take an alternative lead further back. 
There is a very small margin for error when it comes to finding that ideal departure spot. We need to sail as far north as possible without risking to get the boat stuck in the ice, but we also have to sail far enough north to find thick enough ice for Borge and myself to safely start our expedition on. Which is why every degree counts in these conditions. If we do not manage to make it to (or close enough to) 85 degrees North, Borge and I have will have no choice but to give up on our expedition. The reasons for this are quite simple, but can be difficult to conceive for those reading these lines in the warmths of their homes. 
I’ll explain: 
  • The departure point of 85 degrees North has been precisely calculated by Borge and myself to ensure that we can make the crossing in time before the Arctic winter begins.
  • If the Arctic winter begins, this means two things:
    • Pangaea will not be able to sail as far north as planned to make it in time to the pickup location on the Norwegian side before the ice over the Arctic Ocean starts expanding and thickening in November/December.
    • Borge and I will run out of food rations faster because we will have a longer distance to cover to meet up with the boat. In addition to that, due to the cooler temperatures during winter, we will have to consume a larger amounts of calories in order to have enough energy to make progress. And at the same time, we cannot afford to pack too much extra portions because that would mean extra weight, which in turn means slower progress.

 

  • The ice conditions below the mark of (or close enough to) 85 degrees North are not stable enough to allow us to make progress without risking falling in the water openings found between ice floes. So long as Pangaea can make progress through the ice, we shouldn’t be walking on it.
  • However if we do not make it to 85 degrees North but find a departure point above 84 degrees North where the ice seems solid enough for us to walk on, we would be willing to start our expedition from that point. 
  • Borge and myself have nevertheless anticipated potential delays and have as a result packed sufficient food to spend a maximum of 3 months on the ice in case we start from a more southern point OR if the upcoming winter season slows down our progress. 
  • One thing to also keep in mind is the drifting ice. Given that the Arctic is an ocean and not a continent, the ice and the water below it is in constant movement. Borge and myself have been studying the drift patterns carefully in order to pick a departure point and an itinerary adaptable to drift patterns. These can be affected by tide cycles, wind, water temperatures, amongst other factors.
Given all the unknown and unpredictable variables that come into play, it is a pretty tough gamble to make, as well as a tough one to be fully confident about. But that’s also what makes this expedition particularly exciting. Similarly to K2, nature has the first word here. Either the conditions are in our favour and the timing is right, or they’re simply not. 
Climate change also has an effect on the success of this expedition. The ice covering the Arctic Ocean has been melting at a staggering speed. The quest to achieve the latitude of 85 degrees degree North in a sailing vessel would have never been possible in the past. Which means that Pangaea too, will be on a world first mission. No sailing vessel has ever passed the mark of 85 degrees North because of the sea ice would have prevented them from reaching that latitude sooner. If we manage to completed this quest with Pangaea, it will not so much be seen as an achievement, but rather as undeniable evidence that our polar regions are undergoing drastic changes. Ironically, the success of this expedition is in correlation to the melting sea and should as a consequence also serve as a warning of the increasing issues of climate change.
As a team we have decided not to set ourselves too many limitations and expectations. Given the uniqueness of this trip, we agreed to head into it with an open and observing mind. I can predict that the next couple of days are going to be challenging, but they will also be extremely interesting. There is a lot to learn about nature when you venture into some of its more remote corners. That is also why I find it important to share this journey with as many people as possible through words, photos and videos, because this part of the world deserves to be spoken about and cared for.
[edgtf_separator class_name=”” type=”normal” position=”center” color=”” border_style=”” width=”” thickness=”” top_margin=”” bottom_margin=””]

[edgtf_separator class_name=”” type=”normal” position=”center” color=”” border_style=”” width=”” thickness=”” top_margin=”” bottom_margin=””]

Le 6 septembre à 2h du matin : Nous avons enfin commencé à naviguer sur la glace aujourd’hui ! Nous attendions tous ce moment avec impatience. Une fois que nous avons passé la marque du 81° Nord, les gars de quart ont crié : “Glace ! Je vois Ice !”. J’ai immédiatement sauté sur le pont pour m’en rendre compte par moi-même. Ils avaient raison, nous pouvions voir de petits morceaux flotter au loin. “Enfin”, me suis-je dit… Ça voulait dire qu’on se rapprochait. L’excitation a commencé à s’accumuler en moi, je l’ai sentie… Je parie que les autres l’ont deviné par le sourire massif sur mon visage… Bien que nous souhaitions tous voir les premiers morceaux de glace flottante, je savais aussi que la partie la plus difficile de notre itinéraire de navigation allait enfin commencer : la navigation sur la glace.la navigation dans la glace est beaucoup plus complexe que je peux imaginer. Jusqu’à présent, nous avons parlé du déclin à 85 degrés nord, comme si c’était un point facile à atteindre. Alors qu’en fait, l’expédition ne sera possible que si nous arrivons d’abord au point de débarquement avec Pangaea. En étudiant attentivement les images satellites quotidiennes qui nous sont envoyées par le Norwegian Ice Survey – sur lesquelles différents schémas de couleurs représentent différentes épaisseurs de glace – nous mettons ensemble ce qui semble être le parcours le plus accessible en identifiant les points de cheminement GPS progressifs afin d’atteindre un point de départ qui nous convient à Borge et à moi-même.

Ce processus doit être répété et recalculé quotidiennement en raison de la dérive de la glace de mer. Ce qui signifie que chaque jour de nouvelles images satellites arrivent et que de nouveaux points de cheminement GPS doivent être localisés pour définir notre nouvel itinéraire de la journée. Un tel processus serait impossible sans le nouveau système de connexion par satellite que mon nouveau partenaire Speedcast a installé sur le bateau. Sans connexion par satellite, nous aurions dû naviguer dans les glaces uniquement par des moyens visuels, tout comme les explorateurs qui nous ont inspirés quand nous étions enfants, comme Nansen et Amundsen.

Bien que les communications par satellite soient un avantage certain, naviguer dans les glaces sur un voilier demande encore beaucoup d’efforts et d’attention. Quelqu’un doit constamment manœuvrer manuellement le bateau depuis la barre pendant que nous sommes en mouvement. Afin de manœuvrer de façon régulière et efficace, nous hissons quelqu’un en haut du mât pour avoir une meilleure vue d’ensemble de la glace et de ses passages. La personne en haut du mât calcule l’itinéraire le plus beau tout en gardant à l’esprit notre parcours désiré. Il crie ensuite des indications et des directions à la personne qui dirige le bateau. L’astuce consiste à naviguer d’une étendue d’eau libre à l’autre en suivant les chenaux d’eau libre ou en se frayant un chemin à travers la glace mince. Bien que la Pangaea soit conçue pour briser la glace, sa petite taille, son poids et la puissance de son moteur ne nous permettent pas de briser la glace épaisse. Souvent, dans les situations où le pourcentage de couverture de glace est élevé, il est difficile de juger où le bateau peut et doit s’aventurer ou non. En conséquence, nous arrivons parfois à des impasses, des endroits où le bateau ne peut pas aller plus loin, ce qui nous oblige à faire marche arrière dans nos traces (parfois sur de très grandes distances), afin de prendre un autre chemin plus loin en arrière.

Il y a une très petite marge d’erreur lorsqu’il s’agit de trouver le point de départ idéal. Nous devons naviguer le plus au nord possible sans risquer de coincer le bateau dans les glaces, mais nous devons aussi naviguer assez au nord pour trouver suffisamment de glace pour que Borge et moi-même puissions commencer notre expédition en toute sécurité. C’est pourquoi chaque degré compte dans ces conditions. Si nous n’arrivons pas à atteindre (ou assez près de) 85 degrés Nord, Borge et moi n’aurons d’autre choix que d’abandonner notre expédition. Les raisons en sont très simples, mais peuvent être difficiles à concevoir pour ceux qui lisent ces lignes dans la chaleur de leur foyer. 

Je vais t’expliquer :

  • Le point de départ du 85° Nord a été calculé avec précision par Borge et moi-même pour nous assurer que nous pourrons faire la traversée à temps avant le début de l’hiver arctique.

 

  •  Si l’hiver arctique commence, cela signifie deux choses : Si l’hiver arctique commence,
    • Pangaea ne pourra pas naviguer aussi loin au nord que prévu pour arriver à temps au point de ramassage du côté norvégien avant que la glace sur l’océan Arctique ne commence à s’étendre et à épaissir en novembre/décembre.
    • Borge et moi serons à court de rations alimentaires plus rapidement car nous aurons une distance à parcourir pour rejoindre le bateau plus tard. De plus, en raison des températures plus fraîches en hiver, nous devrons consommer davantage de calories pour avoir assez d’énergie pour progresser. En même temps, nous ne pouvons pas nous permettre d’emballer trop de portions supplémentaires, car cela signifierait un surpoids, ce qui ralentirait les progrès.

 

  • Les conditions glacielles sous la marque de 85 degrés nord (ou assez près) ne sont pas assez stables pour nous permettre de progresser sans risquer de tomber dans les ouvertures d’eau situées entre les floes de glace.
  • Tant que Pangaea peut progresser à travers la glace, nous ne devrions pas marcher dessus, mais si nous n’arrivons pas jusqu’à 85 degrés nord mais que nous trouvons un point de départ au-dessus de 84 degrés nord où la glace semble assez solide pour que nous puissions marcher dessus, nous serions prêts à commencer notre expédition depuis ce point.

 

  • Borge et moi avons néanmoins anticipé des retards potentiels et avons donc emporté suffisamment de nourriture pour passer un maximum de 3 mois sur la glace au cas où nous partirions d’un point plus au sud OU si la prochaine saison d’hiver ralentissait notre progression.

 

  • Il faut aussi garder à l’esprit la dérive des glaces. Étant donné que l’Arctique est un océan et non un continent, la glace et l’eau qui l’entoure sont en mouvement constant. Borge et moi-même avons étudié attentivement les modèles de dérive afin de choisir un point de départ et un itinéraire adaptable aux modèles de dérive.

Compte tenu de toutes les variables inconnues et imprévisibles qui entrent en jeu, c’est un pari assez difficile à faire, ainsi qu’un pari difficile dont il faut avoir pleinement confiance. Mais c’est aussi ce qui rend cette expédition particulièrement passionnante. Tout comme K2, la nature a le premier mot ici. Soit les conditions sont en notre faveur et le moment est bien choisi, soit elles ne le sont tout simplement pas. 

Le changement climatique a également un effet sur le succès de cette expédition. La glace qui recouvre l’océan Arctique fond à une vitesse vertigineuse. Par le passé, il n’aurait jamais été possible d’atteindre la latitude de 85 degrés nord à bord d’un voilier. Ce qui signifie que Pangaea aussi, sera en première mission mondiale. Aucun voilier n’a jamais franchi la barre des 85 degrés nord, car la glace de mer les aurait empêchés d’atteindre cette latitude plus tôt. Si nous parvenons à mener à bien cette quête avec Pangaea, elle ne sera pas tant perçue comme une réussite, mais plutôt comme une preuve indéniable que nos régions polaires sont en train de subir des changements radicaux. Ironiquement, le succès de cette expédition est en corrélation avec la fonte des neiges et devrait par conséquent également servir d’avertissement face aux problèmes croissants du changement climatique, et nous avons décidé en équipe de ne pas nous fixer trop de limites et d’attentes.

Étant donné le caractère unique de ce voyage, nous avons accepté d’y aller avec un esprit ouvert et observateur. Je peux prédire que les deux prochains jours seront difficiles, mais ils seront aussi extrêmement intéressants. Il y a beaucoup à apprendre sur la nature lorsque vous vous aventurez dans certains de ses coins les plus reculés. C’est aussi pour cela qu’il me semble important de partager ce voyage avec le plus de gens possible par des mots, des photos et des vidéos, parce que cette partie du monde mérite d’être connue et soignée.

 

 

Mike is in a constant state of travel and adventure , so keep up to date on all his expeditions !