fbpx

Tag: P2P

Arrivée en Islande & Anniversaire de Paps 14 – 16 juillet

Blog 3 – Arrivée en Islande & Anniversaire de Paps 14 – 16 juillet

Aux premières heures du 14 juillet, nous avons finalement aperçu l’Islande au loin. Nous avions alors navigué pendant 4 jours d’affilée depuis notre départ du sud de l’Irlande. Je sais ce que vous pensez… 4 jours, ça ne semble pas très long, mais si je peux me permettre, laissez-moi essayer de vous brosser un tableau de ce que ces 4 jours ont été pour nous, marins amateurs :

Vous vous retrouvez dans une petite capsule en aluminium, qui oscille sans cesse de haut en bas, de gauche à droite, voyageant à travers l’espace et le temps. Si vous avez de la chance (ou si vous vous appelez Mike Horn ou Bernard Stamm), le balancement et le roulement ne vous atteignent pas… mais pour tous les autres êtres humains normaux, le mouvement constant commence très vite à prendre le contrôle.

Vous venez à peine de quitter le monde de la stabilité, mais vous commencez déjà à vous sentir somnolent. Très vite, vous perdez la notion du temps et vous luttez pour ne pas manger trop (même si c’est délicieux). Alors, vous optez pour cette position horizontale et essayez de distraire votre esprit. Soudain, même les actes les plus simples se transforment en efforts de déplacement en montagne. Alors, vous fermez les yeux et écoutez le rugissement continu des moteurs… vous le sentez aussi, tremblant sous et autour de vous. (Les voiles sont généralement sorties, mais dans des conditions difficiles ou par vent léger, nous utilisons les moteurs pour nous aider à prendre de l’élan). Le rugissement est fort, plus fort que le son que vous imaginez en ce moment. Ajoutez à cela le chant aigu des murs et du plancher en bois, qui se tordent et se plient sous la pression du blindage en aluminium du navire qui se balance. Heureusement, vous n’êtes pas seul… 9 autres compagnons se joignent à vous pour la balade, une bonne nouvelle, non ? Mais en réalité, dès que vous quittez la terre ferme, chacun commence à s’occuper de ses affaires, et les échanges amicaux se transforment rapidement en grognements et en haussements d’épaules.

Le seul endroit où l’on pourrait dire que “l’action réelle” a lieu, c’est dans la maison pilote. C’est là que le capitaine Bernard trace notre itinéraire en fonction des désirs d’aventure de Paps ; et chacun à son tour, nous, marins amateurs, jouons notre petit rôle en veillant à ce que le bateau reste sur sa trajectoire, et en toute sécurité. En fait, à bien y penser, une bonne partie de l’action se déroule également dans la cuisine, surtout avant les heures de repas. C’est généralement à ce moment que vous trouverez Laure dans sa légendaire tenue de cuisinière, s’accrochant à tout ce qu’elle peut saisir d’une main et remuant le contenu bouillant d’une marmite familiale sur le feu de l’autre… la soupe de légumes ou le poulet au curry s’éclaboussant au rythme des vagues sur la citation “Sophistiqué, séduisant, complexe et corsé (et le vin n’est pas mauvais non plus)” qui orne son tablier.

Mais aussi chaotique et désagréable que puisse paraître la description ci-dessus, des voyages comme celui-ci vous marquent. Ils vous rappellent que vous êtes humain, que vous êtes petit face à la nature et que vous avez encore beaucoup à apprendre sur le monde, mais surtout sur vous-même.

Notre arrivée en Islande était particulière… Je suppose qu’une partie de moi s’attendait à être déconcertée dès la première observation de la terre, comme je l’étais lorsque nous avons navigué en Irlande.

Mais non, loin de là…

L’Islande est comme un homme fatigué de la nature, le genre qui vit dans la solitude dans une cabane dans les bois… lointain et froid au premier abord, le genre que vous ne voulez pas déranger. C’est difficile à décrire, mais j’avais le sentiment que cette âme nordique fatiguée était une terre qui voulait être abordée et découverte avec soin et respect. Un air d’hostilité se dégageait des nuages bas suspendus et des éclats de roche volcanique sombre, mais quelque chose me disait que ce n’était qu’une façade… ou peut-être un avertissement destiné au visiteur qui arrivait. Préparez-vous à ce que j’ai à vous offrir, je pouvais presque entendre les paysages murmurer…

Quelques-uns d’entre nous sont sortis sur le pont pour découvrir ce nouvel environnement étranger. Nous avancions en silence ; je pouvais dire que je n’étais pas le seul à tenter de déchiffrer l’enchevêtrement des premières impressions que nous avions reçues. Il était clair que l’Islande allait avoir le premier mot… et elle parlait dans le sifflement des oiseaux. Des centaines d’entre eux volaient au-dessus et autour de nous, et à perte de vue.

D’après la carte, nous étions arrivés à proximité de la petite ville de Höfn, située au sud. Nous étions bien trop loin pour apercevoir des maisons, mais on pouvait apercevoir au loin de grands bâtiments industriels blancs… des usines de transformation de la pêche, apparemment. Un homme qui parlait un anglais parfait avec un fort accent nous a accueillis à la radio et nous a demandé plus d’informations. Notre plan était de nous mettre à l’abri pendant quelques jours et d’attendre la prochaine tempête avant de nous rendre au Groenland. Ce à quoi la voix a répondu : “N’hésitez pas à vous mettre à l’aise partout où vous trouverez un endroit décent !”

 

Honnêtement, l’endroit où nous avions atterri ne ressemblait à rien du tout. Nous avons réussi à nous amarrer à une sorte de cour de pierre désolée. Des portes rouillées recyclées et de vieux pneus usés jusqu’à la moelle nous ont servi de plate-forme d’accostage… Le seul signe d’espoir perceptible dans les environs était une tache de marguerites à l’air fier qui s’enfonçait la tête entre les morceaux de caoutchouc et de rouille.

L’accent de la radio nous a ensuite demandé si nous voulions aller sur la terre ferme, ce à quoi nous avons évidemment répondu oui. Il nous a donc dit qu’il passerait en voiture pour nous fournir les documents que nous devions remplir pour entamer notre processus d’immigration. “Combien de temps cela va lui prendre pour venir jusqu’ici ?” Je me suis demandé, parce que nous semblions si loin.

Une demi-heure plus tard, un gros blond est apparu et a crié “Bonjour !” de la même voix grave que celle que j’avais entendue à la radio. Il portait un t-shirt malgré le froid, des gants d’hôpital bleus, un masque à l’air sérieux et des lunettes transparentes comme un bouclier. Plus de 5 mètres le séparaient de nous à bord, à terre. La première chose qu’il a dite lorsque nous sommes allés sur le pont pour le saluer a été “Je sais que cela a l’air absolument ridicule, mais ce sont nos nouvelles règles sanitaires. Désolé pour l’accueil bizarre en Islande !” On ne peut pas dire le contraire. Le grand étranger pâle avait raison, cette situation avait l’air absolument ridicule, mais nous étions arrivés sur leur territoire, et nous n’avions donc pas d’autre choix que de jouer selon leurs règles.

Il s’est agenouillé et a placé les documents avec une paire de gants chirurgicaux sur le gravier humide et a utilisé une pierre quelconque comme presse-papiers. Il a dit qu’il serait de retour dans quelques minutes et est parti. Pendant sa brève absence, Bernard devait mettre les gants, remplir les formulaires et les replacer sous la pierre improvisée servant de presse-papiers… On aurait vraiment dit qu’ils manipulaient une sorte de bombe à retardement. Une fois que Bernard a dûment accompli cette tâche périlleuse et qu’il est remonté à bord pour se mettre à l’abri, l’agent d’immigration est revenu pour récupérer les papiers et nous a informés que le personnel médical serait bientôt en route, à quoi il a ajouté : “Bon séjour en Islande ! Oh, et vous pouvez garder les gants au passage” et il a disparu derrière les marguerites.

Je n’arrivais pas à croire la scène à laquelle j’assistais. Bien que je comprenne et respecte totalement les mesures prises pour contrôler la pandémie et empêcher sa propagation, cette situation m’a un peu pincé le cœur. Je me sentais triste à l’idée que notre monde change, et pas nécessairement pour le mieux. Ce qui était autrefois la poignée de main amicale entre deux étrangers, ou l’arrivée en douceur et excitante dans un pays étranger, n’était plus… Juste comme ça, en l’espace de quelques mois, j’ai eu l’impression que notre monde était au bord de l’apocalypse.

Une heure plus tard, un 4×4 noir a fait son apparition et s’est arrêté au milieu de la vaste cour de pierre. Le vent hurlait et la pluie se mettait à tomber. Deux figures ressemblant à des astronautes sont sorties du véhicule et se sont lentement dirigées vers nous au milieu d’un épais brouillard. Cela ressemblait au décor d’un film d’horreur. Ils étaient équipés de leur combinaison de protection complète de la tête aux pieds, prêts à nous prélever pour savoir si nous allions réussir ou non le test Covid-19. Après un échange bref mais cordial avec les deux astronautes, suivi d’une réunion d’équipe rapide, nous avons décidé à l’unanimité de ne pas passer le test coûteux, car nous étions simplement en transit. “Inutile de dépenser plus de mille dollars pour une escale de deux jours”, a déclaré Paps, “nous allons rester dans la cour de pierre et visiter les îles et les glaciers éloignés avec le canot pneumatique. Et nous reviendrons à Höfn, quand le monde sera libéré du corona”, à laquelle je pense que nous avons tous croisé les doigts derrière notre dos, discrètement…

Les trois jours suivants n’ont pas été particulièrement riches en événements en raison du temps et de notre périmètre restreint. Nous avons exploré la cour de pierre à l’envers, tenté de nous aventurer sur un glacier massif mais nous nous sommes retrouvés pris dans des eaux peu profondes en chemin, alors nous nous sommes contentés de quelques petites balades sur des îles inhabitées à la place. Le point culminant de ces journées venteuses a sans aucun doute été l’anniversaire de Paps. Pour fêter l’occasion, Paps et Bernard ont enfilé leur combinaison de plongée, ont traversé la cour en pierre et se sont directement heurtés aux vagues géantes qui se sont écrasées sur l’emblématique plage de sable noir. Les voir tous les deux sauter comme des enfants au rythme de la houle n’avait pas de prix. C’était le spectacle d’hommes libres, épanouis et insouciants.

Plus tard, une fois que nous étions de retour dans la chaleur du bateau et que nous venions de terminer un des délicieux repas maison de Laure, j’ai demandé à Paps par curiosité : “Les anniversaires sont-ils spéciaux pour toi, Paps ?” Il n’a même pas eu besoin d’une seconde pour répondre, on voyait bien qu’il avait déjà réfléchi à la question : “Les anniversaires sont de bons rappels que vous avez un an de moins pour faire encore toutes les choses que vous voulez. J’adore qu’on me rappelle que mon temps sur terre est limité ! C’est pour cette raison que je vis chaque jour comme si c’était le dernier”. J’ai adoré cette réponse, alors je l’ai immédiatement mise par écrit… et à ce moment précis, je me suis promis de toujours faire de mon mieux pour vivre le reste de ma vie avec la même attitude.

Annika Horn

 


 

Blog entry 3 – Arrival in Iceland & Paps’ Birthday
14th – 16th of July

In the early hours of the 14th of July, we finally caught sight of Iceland in the far distance. By then, we had been sailing for 4 days straight since we had left southern Ireland. I know what you’re thinking…4 days doesn’t seem like a long time, but if I may, let me attempt painting a picture of what those 4 days were like for us amateur sailors:

You find yourself in a little aluminium capsule, endlessly bobbing up and down, left and right, traveling through space and time. If you’re lucky, (or if your name is Mike Horn or Bernard Stamm), the rocking and rolling just doesn’t get to you…but for all the other regular human beings out there, the constant movement will quite quickly start taking control.

You’ve only just left the world of stability behind, but you’re already starting to feel dozy. Soon enough you lose track of time and struggle to keep your food down (no matter how delicious it is). So, you opt for that horizontal position and try to distract your mind. Suddenly, even the simplest of acts turn into mountain-moving efforts. So, you close your eyes and listen to the engines’ ongoing roar…you feel it too, trembling beneath and everywhere around you. (The sails are usually out, but in rough conditions or in light winds, we use the engines to help with momentum.) The roar is loud, louder than the sound you’re imagining right now. Add to that the high-pitched singing of the wooden walls and floorboards, bending and twisting under the pressure of the swaying vessel’s aluminium armour. Thankfully you’re not alone…9 other companions are joining you for the ride, great news, right? But in reality, as soon as you leave solid ground everyone just starts minding their own business, and friendly exchanges rapidly turn into grumpy grumbles and shoulder shrugs.

The only place where one could say “real action” takes place, is in the pilot house. This is where captain Bernard maps out our itinerary based on Paps’ adventurous desires; and each our turn, we amateur sailors, play our little role in ensuring that the boat remains on course, and in safety. Actually, come to think of it, a fair amount of action also takes place down in the galley, especially before meal hours. That’s usually when you’ll find Laure in her legendary cooking attire, hanging on to whatever she can get a hold of with one hand and stirring the boiling contents of a family-sized pot over the stove with the other…vegetable soup or chicken curry splishing and splashing to the rhythm of the waves over the “Sophisticated, Seductive, Complex, and Full-Bodied (and the wine’s not bad, either)” quote decorating her apron.

But however chaotic and unpleasant the above description may sound, journeys like these, mark you. They remind you that you are human, that you are small in the face of nature and that you still have so much to learn about the world, but above all, about yourself.

Our arrival in Iceland was peculiar…I guess a part of me was expecting to be baffled from the first sighting of land, the way I was when we sailed into Ireland.

But no, quite far from that….

Iceland is like a weary man of nature, the kind that lives in solitude in a cabin in the woods…distant and cold at first encounter, the kind you do not want to bother. It’s difficult to describe, but I had a feeling this weary northern soul was a land that wanted to be approached and discovered with care and respect. An air of hostility arose from the low hanging clouds and slivers of dark volcanic rock, but something told me that was just a facade…or perhaps a forewarning destined to the incoming visitor. Brace yourself for what I have to offer, I could almost hear the landscapes whisper…

A couple of us stepped out on deck to take in this new and foreign surrounding. We advanced in silence; I could tell I wasn’t the only one attempting to decipher the tangle of first impressions we had been received with. Clearly, Iceland would get the first word…and it spoke in the whistling of birds. Hundreds of them flying over and around us, and as far as the eye could see.

According to the map, we had arrived in proximity to the small southerly town of Höfn. We were way too far to spot any houses, but large white industrial buildings could be made out in the distance…fishing processing plants, apparently. A man who spoke a perfect English in a strong accent welcomed us over the radio and asked for more info. Our plan was to take shelter for a couple of days and wait out the upcoming storm before proceeding to Greenland. To which the voice responded: “Feel free to make yourselves at home wherever you find a decent spot!”

Honestly, the place we had landed in looked like absolutely nothing. We managed to dock ourselves to some sort of desolate stone yard. Rusty recycled doors and old tires worn out to the core served as our docking platform…The only noticeable sign of hope in the vicinity, was a patch of proud-looking daisies sticking their heads out between the pieces of rubber and rust.

The accent over the radio then asked if we wanted to go on land, to which we obviously said yes. So, he told us he’d drive by to provide us with documents we needed to fill in order to start our immigration process. “How much time is it going to take for him to drive all the way here?” I wondered, because we seemed so far out.

Half an hour later a bulky blond-haired guy appeared and shouted “Hello!” in the same deep voice I heard over the radio. He was wearing a t-shirt in spite of the cold weather, blue hospital gloves, a serious-looking mask and shield-like transparent glasses. Over 5 meters were separating him on land from us onboard. First thing he said when we went out on deck to greet him was: “I know this looks absolutely ridiculous, but these are our new sanitary regulations. Sorry for the bizarre welcome to Iceland!” One couldn’t argue with that. The tall pale stranger was right, this situation did look absolutely ridiculous, but we had arrived in their turf, and thus had no choice but to play by their rules.

He kneeled down and placed the documents along with a pair of surgical gloves on the wet gravel and used a random stone as paperweight. He said he’d be back in a couple minutes and left. During his brief absence, Bernard was to put the gloves on, fill in the forms and place them back under the improvised paperweight stone…It honestly looked like they were handling some sort of time-ticking bomb. Once Bernard had duly completed this perilous task and hopped back onboard to safety, the immigration officer re-emerged to collect the paperwork and informed us that medical staff would shortly be on their way, to that he added: “Enjoy your stay in Iceland! Oh, and you can keep the gloves by the way!” and he disappeared behind the daisies.

I couldn’t believe the scene I was witnessing. Although I wholly understand and respect the measures taken to control the pandemic and prevent it from spreading, this situation pinched my heart a little. I felt sad at the thought of our world changing, and not necessarily for the best. What used to be the amicable handshake between two strangers, or the smooth and exciting arrival in a foreign country, was no longer…Just like that, in the span of a couple months, it felt like our world was on the brink of the apocalypse.

An hour later, a black 4×4 made its appearance and stopped in the middle of the vast stone yard. The wind was howling, and the rain started pouring. Two astronaut-like figures exited the vehicle and slowly made their way towards us amidst the heavy fog. It looked like the setting of a horror movie. They were geared with their full head-to-toe protective suits, ready to swab us to find out whether or not we’d pass or fail the Covid-19 test. (The results would determine whether or not we’d be able to visit the town.) After a brief but cordial exchange with the two spacemen, followed by a speedy team meeting, we unanimously decided against taking the costly test due to the fact that we were simply here in transit. “No point spending over a thousand bucks for a two-day layover” said Paps, “we’ll stick around the stone yard and visit the remote islands and faraway glaciers with the dinghy. And we’ll come back to Höfn, when the world is corona-free!” to which I think we all crossed our fingers behind our backs discreetly…

The next 3 days were not particularly eventful due to weather as well as our restricted perimeter. We explored the stone yard inside out, attempted to venture onto a massive glacier but got caught up in shallow waters on our way there, so we settled for some small strolls on uninhabited islands instead. The highlight of those windy days was without a doubt, Paps’ birthday. To celebrate the occasion, Paps and Bernard got into their wetsuits ran across the stone yard and straight into the giant waves crushing onto the iconic black sand beach. Watching the two of them jumping around like children to the rhythm of the swells, was priceless. It was the sight of free men, fulfilled and carefree.

Later, once we were back in the warmth of the boat and had just finished one of Laure’s delicious home-cooked meals, I asked Paps out of curiosity: “Are birthdays special to you, Paps?” He didn’t even need a second to answer, you could tell he had already thought this one through: “Birthdays are great reminders that you have one year less to still do all the things you want to. I love being reminded that my time on earth is limited! It is for that reason that I live everyday like it’s my last.” I loved this response, so I immediately wrote it down…and in that very moment, I promised myself I’d always try my best to live the rest of my life with the same attitude.

 

Annika Horn

Sail from Ireland towards Iceland

 

Entrée 2 du blog d’Annika (naviguer d’Irlande vers l’Islande)
11 – 13 juillet

 

Nous avons quitté l’Irlande sur un coup de tête : bien reposés après une bonne nuit de sommeil et avec le goût du poisson et des frites qui s’attarde sur nos lèvres et le bout de nos doigts.

La nouvelle qu’un navire étranger avait dormi dans la baie de Skull s’est rapidement répandue… comme c’est généralement le cas dans les petites villes. Alors que le soleil se levait pour révéler une fois de plus le décor saisissant qui nous avait accueillis, un défilé permanent de curieux locaux flottant sur leurs divers navires se sont succédés pour découvrir le nouveau venu bizarre de la baie. Des canots pneumatiques, des bateaux de pêche, des voiliers… nous avons été salués par des visages enjoués, des appareils photo et des vagues de main amicales. “Les bateaux sont tout à fait opportuns pour pratiquer la distanciation sociale”, me suis-je dit. “On pourrait faire le tour du monde et peu importe d’où l’on vient, tant que l’on reste sur sa maison flottante, on est reçu, oui avec de la distance, mais avec un sourire accueillant !…Peut-être que cela deviendra la nouvelle méthode de voyage d’un futur proche ?”. Alors que ce genre de pensées amusantes mais distrayantes me trottent dans la tête et m’empêchent de travailler, par la fenêtre, je vois un canot qui ralentit et trois hommes échangent quelques mots avec celui qui est sur le pont. Quelques minutes plus tard, Etienne redescend dans la salle de conférence où j’essaie de me concentrer avec un regard satisfait : “Mike ces gars te connaissent” dit-il, “ils reviendront dans une heure environ avec une caisse pleine de fish and chips pour nous !”

Chapeaux aux hommes sympathiques qui nous ont donné les plus délicieux fish and chips et à L’Escale pour les avoir préparés avec tant d’amour.

Nous pourrions maintenant quitter l’Irlande en paix et poursuivre notre voyage vers le nord !

Il s’avère que l’Irlande est un grand pays. Nous avons quitté Skull le vendredi 10 juillet et plus de 24 heures plus tard, nous naviguions toujours vers le nord le long de ses côtes occidentales. Je préfère assez souvent la navigation côtière à la navigation en haute mer. C’est rassurant d’avoir la terre comme point de référence et d’admirer les panoramas qui se déroulent devant vous alors que vous progressez dans les eaux littorales plus calmes. Mais il est inutile de partager ce genre d’informations à voix haute car je pourrais déjà répondre à Paps : “Oui ! mais la navigation côtière n’est pas un défi suffisant ! Pourquoi sommes-nous ici ? La navigation de plaisance ou une VRAIE aventure ?! Il est tellement prévisible… passez assez de temps à ses côtés et vous ne perdrez jamais votre temps à vous plaindre ou à souhaiter autre chose que ce que nous avons ici et maintenant dans le moment présent, je l’aime pour cela… et alors que nous avons lentement mais sûrement perdu de vue le dernier petit bout de terre derrière nous et que nous nous sommes frayé un chemin tout droit dans les étendues ouvertes de l’Atlantique, je pourrais jurer que c’est un sourire malicieux que j’ai repéré sur son visage.

C’est dans des cas comme celui-ci, lorsque l’on voyage avec Paps, que tout a un sens. Des choses aussi simples que de perdre de vue le rivage, de réveiller quelque chose en lui et il faudrait être aveugle pour ne pas le remarquer. C’est une personne complètement différente quand il met sa casquette d’aventurier. C’est comme si la flamme de l’explorateur passionné s’allumait soudain en lui. Il s’agite et se laisse envahir par l’excitation ; il est évident qu’il ne peut pas attendre tout ce qui est encore à venir. Il serait impossible de tuer ses vibrations, même si l’on voulait vraiment essayer. C’est quelque chose de plus fort que lui, une force intérieure, ou peut-être un 6ème sens. À bien y penser, c’est en fait une véritable bénédiction d’être témoin du véritable bonheur d’un être cher, et d’en faire partie, peu importe à quel point on voudrait essayer ! Et chaque jour, je me rappelle la chance que j’ai de partager l’amour de Paps pour l’inconnu et de me lancer dans des aventures incroyables avec lui et Jess, avec notre mère ange qui nous suit de près.

 

Mais assez parlé des philosophies de notre famille et du déversement de mon abondante gratitude… du moins pour l’instant, car je suis sûr que j’y reviendrai tout au long de notre voyage dans le nord. Maintenant, laissez-moi vous parler un peu des précieuses personnes qui travaillent à bord… Vous avez peut-être déjà entendu parler de Bernard, Jacek et Laure par le biais de précédents articles de blog ou de vidéos YouTube, mais ils méritent certainement une autre introduction.

Bernard Stamm, alias le capitaine de Pangaea. L’amitié de Bernard avec Paps a commencé il y a de nombreuses années, vers 1998 selon eux. Ils commencent tous deux à vieillir et semblent avoir perdu le compte des années… Ils se sont rencontrés par l’intermédiaire d’un ami commun, mais pas n’importe lequel. Un homme avec une poche profonde, mais au-delà de cela, un cœur énorme. Il s’appelait Marco. C’est grâce à lui, à sa générosité et à sa confiance en de jeunes intrépides aux moyens modestes comme Paps et Bernard, qu’ils ont pu réaliser leurs rêves les plus fous… et c’est par Marco que les chemins de Paps et de Bernard se sont croisés pour la première fois et depuis lors, leurs chemins intrépides ne se sont jamais éloignés l’un de l’autre.

Un des événements qui a renforcé les liens de leur amitié a eu lieu en 2003 lors de l’expédition Arktos de Paps autour du monde en suivant le cercle arctique. Paps avait demandé à Bernard une énorme faveur… le genre de faveur à laquelle on ne peut pas vraiment dire non car le succès de l’expédition de son copain en dépendait. Il avait besoin de quelqu’un de bien expérimenté, mais assez fou pour faire naviguer son trimaran de Kirkenes en Norvège à travers la mer de Barents et la mer Blanche, passer les frégates russes et atteindre Topseda en Sibérie. Cela permettrait à Paps de poursuivre son aventure autour du globe sans autres contretemps ou interruptions. De toute évidence, Bernard n’a même pas eu besoin de temps pour réfléchir. Il a sauté sur l’occasion, comme je saute sur une fournée de biscuits aux pépites de chocolat frais. Je me demande s’il savait vraiment pour quoi il s’engageait, mais quand je les entends parler de cette aventure et que je vois leurs visages s’illuminer en racontant les histoires, cela a dû être une sacrée aventure épique.

Et puis il y a Jacek, alias l’ingénieur de Pangaea. Pour présenter Jacek, c’est aussi simple que cela : sans Jacek, le bateau ne bouge pas. Il fait partie du mobilier depuis plus de 10 ans et connaît les tenants et aboutissants de Pangaea comme personne d’autre. La salle des machines est sans aucun doute l’endroit où il passe le plus de temps. Je ne pourrais pas vous dire exactement ce qu’il y fait, mais il refait toujours surface avec d’épaisses traces noires maculées partout (à la grande consternation de Laure d’ailleurs, vous comprendrez pourquoi dans un instant). Jacek ne parle pas beaucoup, c’est un polonais tranquille, la cinquantaine, qui aime beaucoup fumer ses cigarettes. Son parcours de vie est loin d’être banal. Il avait l’habitude de skier pour son pays avant d’échapper au service militaire polonais en désertant vers la Hollande. Plus tard, il s’est retrouvé dans le commerce d’antiquités à Hambourg, en Allemagne, et a finalement trouvé un emploi sur un chantier dans les Alpes suisses… et vous l’avez deviné, c’est là qu’il a rencontré Paps, en 1997. Ils sont devenus copains instantanément et ont rarement passé du temps séparés depuis. On peut dire que Paps fait confiance à Jacek pour sa vie.

Et enfin, il y a Laure, alias l’aide-soignante de Pangaea. La meilleure façon de la présenter serait : sans elle, le bateau serait un désastre total! Le réfrigérateur serait toujours vide, les ventres toujours vides et les taches sombres de Jacek s’étendraient non seulement à son visage et à ses vêtements, mais aussi au reste du bateau. Vous voyez ce que je veux dire maintenant ? C’est une poche pleine de soleil, une Frenchie pétillante dans la trentaine. Jacek l’a attirée en 2013 après leur rencontre dans un pub alpin, elle était gérante de restaurant à la recherche d’une aventure et depuis, elle est une véritable bénédiction pour le bateau.

 

13 juillet, 23:50

Je viens de me réveiller pour ma garde de minuit. “C’était un réveil facile” ca a été la première pensée qui m’est venue à l’esprit lorsque j’ai ouvert les yeux. “…pour une fois ! Peut-être que je me mets lentement dans le rythme des choses et que je m’adapte aux courtes heures de sommeil du marin !” Je saute de ma couchette du haut et comme d’habitude, je fais de mon mieux pour ne pas tomber sur le joli visage de Jess en descendant. Succès de la mission ! J’ai mis une polaire chaude, pris mon téléphone, mes écouteurs et ma bouteille d’eau… l’essentiel que j’ai toujours avec moi, moins mon livre – parce qu’il n’est pas facile de lire dans le noir pendant mon quart de nuit. L’obscurité… attendez, où est l’obscurité ? Je monte les deux marches qui mènent de notre chambre à la salle de conférence et je regarde autour de moi dans la confusion… quelque chose ne va pas. Je passe devant les ronfleurs de la salle de conférence (oui, Etienne et Lisa ont fait de notre espace commun leur lit et c’est compréhensible, donc… j’y reviendrai plus tard). Je passe la symphonie de ronflements dans la partie arrière du bateau, je monte encore quelques marches et j’arrive à la destination finale de mon trajet quotidien : la maison du pilote. Je sors sur le pont pour prendre une bouffée d’air frais afin d’aider au processus de réveil, et c’est là que ça me frappe ! Le soleil ne s’est pas encore couché, ou alors il se lève déjà ! Alors que je profite de la fraîcheur de l’air, je ne peux m’empêcher d’admirer les tons du coucher de soleil qui illuminent le ciel à l’horizon. L’océan est lisse, plus lisse que je ne l’ai jamais vu au cours de ce voyage. Il ressemble presque à la nappe de pétrole. “C’est pourquoi le réveil a été si facile”, je me suis dit, “la lumière du jour était là pour m’aider !” Excité par cette nouvelle découverte, je rentre dans la maison pilote pour relever Paps de ses fonctions de veille. Alors que je commence à remplir le journal de bord de 00:00, Paps me dit “regarde un dauphin !”. En effet, un couple d’entre eux dansait de façon ludique autour de la coque du bateau sous le soleil de minuit… quel spectacle à voir ! Collé à la fenêtre, je regardais l’eau dorée et lisse et j’admirais le spectacle. “Bon, je vais me coucher” a dit Paps, et en quittant la maison pilote, il a ajouté “Et au fait, bonne nouvelle ! Nous devrions arriver en Islande à 6 heures du matin”.

 

Annika Horn

 


 

Annika’s Blog Entry 2 (sail from Ireland towards Iceland)
11th – 13th of July

 

We left Ireland on an absolute high: well rested after a good night’s sleep and with the taste of fish and chips lingering on our lips and fingertips.

News that a foreign vessel had slept in the bay of Skull spread quickly…as things usually do in small towns. As the sun rose to reveal yet again the striking decor we had been greeted with, an ongoing parade of curious locals floating about on their diverse vessels each took their turn at checking out the bay’s bizarre newcomer. Dinghies, fishing boats, sailing yachts…we were saluted with cheerful faces, snapping cameras and friendly hand waves. “Boats are quite opportune to practice social distancing” I remember thinking to myself. “One could voyage around the globe and no matter where you’d come from, so long as you remain on your floating home, you will be received, yes with distance, but with a welcoming smile!…Maybe this will become the near future’s new traveling method?”. As these types of amusing yet distracting thoughts run around my head and prevent me from getting any work done, through the window, I spot a dinghy slow down and three men exchange a couple words with whoever’s out on deck. Minutes later, Etienne comes back down into the conference room where I’m trying to focus with a satisfied look on his face: “Mike those guys know you” he said, “they’ll be coming back in an hour or so with a crate full of fish and chips for us!”

Big shout out to the friendly men that fed us the most delicious fish and chips and to L’Escale for preparing them with so much love.

We could now leave Ireland in peace and pursue our journey up north!

Turns out, Ireland is a large country. We left Skull on Friday 10th of July and over 24 hours later we were still sailing northwards along its western shoreline. I prefer coastal sailing a fair amount more than open water sailing. It’s reassuring to have land as a reference point and to admire the panoramas unroll before you as you make progress in the calmer littoral waters. But no point sharing that type of information out loud because I could already Paps’ response: “Yes! But coastal navigation is not enough of a challenge! What are we here for? Pleasure cruising or a REAL adventure?!” He’s so predictable…spend enough time by his side and you’ll never waste your time complaining or wishing for something else than what we have here and now in the present moment, I love him for that…and as we slowly but surely lost sight of the last wee bit of land behind us and made our way straight into the open stretches of the Atlantic, I could swear that was a mischievous smile I spotted on his face.

It is instances like these, when traveling with Paps, that everything makes sense. Things as simple as losing sight of shore, awake something within him and one would have to be blind not to notice it. He’s an entirely different person when he throws on that adventure cap of his. It’s as if the flame of the passionate explorer suddenly lights up inside him. He becomes restless and overcome with excitement; he clearly can’t wait for all that’s yet to come. It would be impossible to kill his vibe, no matter how hard one would want to try. It’s something stronger than him, an inner force, or perhaps a 6th sense. Come to think of it, it’s actually a true blessing to witness a loved one’s genuine happiness, and to be a part no matter how hard one would want to try, of it! And every day I remind myself of how lucky I am to share Paps’ love for the unknown and to embark on incredible adventures with him and Jess, with our angel mother following us closely.

But enough of our family’s philosophies and the spilling out of my abundant gratitude…at least for now, as I’m sure I’ll get back to it throughout our northern voyage. Now let me tell you a little about the precious people who work onboard…You might have already heard of Bernard, Jacek and Laure from previous blog posts or YouTube videos, but they definitely deserve another intro.

Bernard Stamm, aka Pangaea’s Captain. Bernard’s friendship with Paps started many years ago, sometime around 1998 they believe. They’re both starting to get old and seem to have lost count of the years…They met through a friend a common, but not just any friend. A man with a deep pocket, but above that, an enormous heart. His name was Marco. It was thanks to him, his generosity and belief in young intrepid fellows with modest means like Paps and Bernard, that they got a decent shot at chasing their wildest dreams…and it was via Marco that Paps and Bernard’s paths first crossed and since then their intrepid paths never moved very far apart.

One of the events that strengthened the bonds of their friendship took place in 2003 during Paps’ Arktos expedition around the world following the Arctic circle. Paps had asked Bernard for a massive favour…the type of favour you can’t really say no to because the success of his buddy’s expedition depended on it. He needed someone well experienced, yet crazy enough to sail his trimaran from Kirkenes in Norway across the Barents and White seas, passed the Russian frigates and into Topseda in Siberia. This would allow Paps to pursue his venture around the globe without further hiccups or interruptions. Obviously, Bernard didn’t even need time to think. He jumped on the occasion, the way I jump on a fresh batch of chocolate chip cookies. I wonder if he really knew what he was signing up for, but when I hear the pair of them talk of this adventure and watch their faces light up as they recount the stories, it must have been one heck of an epic ride.

Then there’s Jacek, aka Pangaea’s Engineer. To introduce Jacek, it’s as simple as this: without Jacek, the boat doesn’t move. He’s been a part of the furniture for over 10 years and knows the ins and outs of Pangaea like no other. The engine room is undoubtably where he spends most of his time. I couldn’t tell you exactly what he does in there, but he always resurfaces with thick black traces smudged all over him (much to Laure’s dismay by the way, you’ll understand why in a bit). Jacek doesn’t speak much, he’s a quiet polish guy in his mid-50s that thoroughly enjoys smoking his cigarettes. His lifepath is far from banal. He used to ski for his country before escaping the Polish military service by deserting to Holland. Later, he ended up in the antique’s business Hamburg, Germany and eventually got a job on a construction site in the Swiss Alps…and you guessed it, that’s where he met Paps, back in 1997. They became buddies instantly and have rarely spent time apart since. You can tell Paps’ trusts Jacek with his life.

And last but not least, there’s Laure, aka Pangaea’s Caregiver. The best way to introduce her would be: without her, the boat would be a complete and utter mess! The fridge would always be empty, bellies always empty and Jacek’s dark smudges would extend not only to his face and clothing, but to the rest of the boat. You see what I mean now? She’s a pocket full of sunshine, a bubbly Frenchie in her mid-30s. Jacek lured her in 2013 after they met in an Alpine pub, she was a restaurant manager in search for an adventure and she’s been a true blessing to the boat ever since.

 

13th of July, 23:50

I just woke up for my midnight watch. “That was an easy wake up” was the first thought that popped into my mind as I opened my eyes. “…for once! Maybe I’m slowly getting in the swing of things and adapting to the sailor’s short sleeps!” I hop out of my top bunk and as usual try my best not to fall on Jess’ pretty face on the way down. Mission success! I put on a warm fleece, grab my phone, earphones and water bottle…the essentials I always carry around with me, minus my book – because it isn’t easy to read in the dark during my midnight shift. The dark…wait, where is the dark? I climb up the couple of steps that lead from our room to the conference room and look around in confusion…something’s off. I pass the conference room snorers (yes, Etienne and Lisa have made our common space their beds and understandably so…I’ll get back to this later). I pass the snoring symphony into the back part of the boat, climb another couple of stairs and arrive at my daily commute’s final destination: the pilot house. I step outside on deck to take a breath of fresh air to help with the wake-up process, and that’s when hits me! The sun hasn’t set, or is it already rising?! As I take in the freshness of the air, I can’t help but admire the sunset tones lighting up the sky on the horizon. The ocean is smooth, smoother than I’ve ever seen it on this trip. It almost resembles the slickness of oil. “That’s why the wake up was so easy” I thought, “the day light was there to help me!” Excited by this new discovery, I make my way back in the pilot house to relieve Paps from his watch duties. Just as I start filling in the 00:00 logbook, Paps says “look a dolphin!”. Indeed, a couple of them were playfully dancing around the hull of the boat in the midnight sun…what a sight to see! Glued to the window, I stared out at the smooth golden water and admired the show. “Okay well I’m off to bed!” said Paps, and as he left the pilot house he added “And by the way, good news! We should be arriving in Iceland by 6am.”

Annika Horn

10.07.20 – BREST – SKULL

 

C’est l’heure du premier blog de cette aventure !

Il y a deux jours, au matin du mercredi 8 juillet, nous avons enfin quitté le port de Brest en France et mis le cap sur l’Arctique. L’Arctique ! !! Nous partons à la découverte de la pittoresque côte est du Groenland et du Svalbard, l’archipel habité le plus septentrional du monde, pendant les interminables journées d’été du grand nord ! Mais d’abord, nous devons nous y rendre. Une navigation semi-atlantique de 7 jours nous attend… et la navigation en eaux libres n’est jamais une tâche facile ; tant pour l’esprit que pour le corps. Mais c’est ainsi que les choses fonctionnent dans la famille Horn : si vous voulez profiter de la récompense à la fin du voyage, vous devez d’abord souffrir un peu pour la mériter ;)

Le soleil n’était pas au rendez-vous ce matin-là, ce qui ne m’étonne pas vraiment pour Brest. A chaque visite, nous avons été accueillis par du vent et du gris. Mais cela n’enlève rien au charme de cette ville maritime. Le temps rude est le reflet des gens qui y vivent… des marins passionnés qui ont le goût de l’aventure : la maison des durs, dit-on.

Quoi qu’il en soit, qui a besoin de soleil pour vous voir partir alors qu’à la place, vous pouvez être embrassé par la chaleur d’une foule qui vous fait signe avant de partir et vous souhaite de voyager en toute sécurité depuis le quai ! Près de 100 personnes réunies et blotties sur la plus grande jetée du port du château de Brest pour observer le lancement du voilier Pangée dans l’Atlantique. Bien que le fait d’avoir autant de paires d’yeux qui vous fixent vous donne un peu l’impression d’être un animal de zoo, vous ne pouvez pas vous empêcher d’éprouver un immense respect pour ces avides adeptes de tous les horizons et de tous les âges qui se sont donné du mal un mercredi matin pour partager l’intensité du moment.

L’un de ces avides adeptes a d’ailleurs saisi mon intention : un garçon de 18 ans se tenant sur le quai en tenue de cycliste, admirant Paps avec des yeux rêveurs… Je me suis demandé ce qu’il faisait là en bas sur le quai, alors que tous les autres se tenaient là-haut sur la jetée… et je ne sais toujours pas comment il est arrivé là, mais j’ai une idée assez sûre de ce qui l’a amené là : sa passion et sa détermination. Il s’avère que ce gamin, avait appris aux nouvelles que Mike quittait Brest ce matin-là, alors il s’est réveillé à 3 heures du matin et a fait plus de 100 km à vélo pour venir nous dire au revoir. Mais comme il était un peu en retard et qu’il ne voulait pas manquer le départ de 9 heures, il a attaché son vélo et a fait du stop pour faire les 30 derniers kilomètres de son voyage jusqu’au port de Brest… difficile de ne pas se sentir ému par une histoire comme celle-ci ; surtout quand on pense que c’est totalement quelque chose que Paps aurait fait.

Je dois avouer que ça fait un peu bizarre de partir pour une terre lointaine. Après des mois de confinement encouragé, de restrictions de voyage et de craintes d’une seconde vague imminente, rester à la maison est en quelque sorte devenu notre nouvelle normalité ; même pour nous, une famille agitée incapable de ralentir le rythme et de rester au même endroit. Ainsi, lorsque nous quittons le port et que nous nous dirigeons vers l’Atlantique, nous avons presque l’impression d’être de vieux explorateurs têtus : nous ne comptons sur personne d’autre que nous pour partir vers l’inconnu.

La première journée de navigation a été intense, les premiers jours le sont généralement… mais cette fois-ci, cela semble un peu plus difficile que les précédentes. C’était probablement dû à la forte odeur de diesel qui envahissait le bateau alors que nous prenions la mer. Nous venions juste de quitter la terre ferme, mais quelque chose n’allait manifestement pas. Il n’est pas inhabituel de sentir un peu de diesel ici et là lorsque les moteurs commencent à tourner, mais cela ne m’avait jamais dérangé à ce point. Les vapeurs enivrantes nous faisaient tourner la tête et nos estomacs se retournaient ou était-ce les vagues ! La mer n’était pas agitée, mais en même temps, elle était loin d’être calme. Les vents soufflaient du nord-ouest, poussant Pangaea sur son côté tribord…youpi pour ceux qui ont une couchette à bâbord…ou pas. Il n’a pas fallu longtemps pour qu’un objet se détache, ou une personne d’ailleurs, se balance de gauche à droite. J’ai réussi à trouver un moyen d’accrocher mon bras droit dans un casier pour éviter d’être projeté du lit du haut sur le sol…bien que légèrement douloureuse, cette méthode a été un succès, j’ai réussi à rester collé à mon lit toute la nuit. On ne peut pas en dire autant de Jess, qui avait tiré sur la couchette du bas et qui n’a donc pas craint la chute autant que moi… mais peut-être aurait-elle dû, le lendemain matin au lever du soleil, je n’ai trouvé que son matelas et ses draps en désordre étalés de façon chaotique sur le sol, ce qui a dû être une chute difficile à réveiller.

C’est étrange de voir comment l’océan vous berce pour vous endormir, ou peut-être serait-il plus juste de dire : “comment l’océan vous assomme pour dormir”. Il est presque impossible de rester alerte et éveillé. Peu importe les efforts que vous déployez pour rester concentré sur l’horizon et prêter attention aux dispositifs du bateau pendant votre quart de travail, vous ne pouvez pas vous empêcher de vous assoupir… Bien sûr, on ne peut pas en dire autant des experts à bord. Alors que la majorité d’entre nous, marins amateurs, luttons contre la somnolence dans une position verticale constante, Mike, Bernard, Laure et Jacek sont sur la route, sifflant joyeusement au son de la brise de l’océan. Le Quattro mérite sans aucun doute leur pied marin après avoir perdu de vue le nombre de milles marins qu’ils ont parcourus au cours de décennies de navigation et de travail sur des bateaux.

On dit que le mal de mer s’atténue avec l’expérience… ou alors, et à mon avis, c’est plus exactement ce à quoi on s’habitue. Après quelques jours d’incessants allers-retours, de gauche à droite – ou de balancement comme aime à le dire Paps – on s’habitue à se sentir fatigué et somnolent et on n’a pas d’autre choix que de s’adapter à ce nouveau mode de vie. Cela dit, cela en vaut toujours la peine au final. Parce qu’à chaque fois que l’on quitte un endroit familier pour découvrir un nouvel endroit, on sait qu’on est parti pour une aventure qui va changer notre vie… et c’est pourquoi nous faisons ce que nous faisons et continuons à le faire : parce que nous vivons pour le frisson de l’aventure et que nous aspirons à l’inconnu.

Environ 30 heures après avoir quitté la côte bretonne et navigué vers le nord en pleine mer, nous avons repéré notre première terre : L’Irlande nous attendait fièrement à l’horizon. Bien que le voyage ne fasse que commencer et que nous nous soyons tous préparés pour une navigation directe de 7 jours vers le Groenland, nous étions tous ravis de voir la terre… on peut dire que le sentiment de joie était sans aucun doute renforcé par le départ difficile dont nous, les marins amateurs, avions tous souffert. Paps a donc décidé de céder à notre excitation et nous nous sommes approchés de l’Irlande jusqu’à ce que nous trouvions une petite baie confortable dans laquelle nous pourrions nous abriter pour la nuit. Tout ce qu’on dit sur la beauté des côtes irlandaises est vrai… les paysages étaient absolument époustouflants. Alors que nous naviguions vers la terre ferme, nous avons été accueillis par le phare le plus spectaculaire que j’ai jamais vu. Situé sur un petit îlot d’argile et d’ardoise qui porte le nom de Fastnet, ce phare se trouve à l’endroit le plus au sud de l’Irlande. Nous avons tous sauté sur le pont pour admirer la tour qui passait… c’était impressionnant. Alors que les vagues s’écrasaient majestueusement contre le rocher sombre qui émergeait, Paps nous a expliqué que dans des conditions météorologiques difficiles, les vagues pouvaient atteindre le sommet du phare… On peut dire sans risque de se tromper que nous sommes tous restés là, tranquilles, rassurés à l’idée de ne pas nous retrouver dans ce genre de conditions météorologiques difficiles… Paps a vraiment un don pour rationaliser.

Alors que nous avancions dans la baie, les collines verdoyantes et les falaises découpées brossaient le tableau exact que l’on pouvait imaginer de l’Irlande. Une par une, de jolies petites maisons ont fait leur apparition derrière les arbres luxuriants qui recouvraient les champs parfaits de la côte, jusqu’à ce qu’un groupe de points blancs soit repéré au loin : la ville de Skull. Les bouches pleines d’eau à l’idée de sauter sur la terre ferme pour remplir nos ventres vides d’une bonne dose de poisson et de frites, après la lutte acharnée pour arriver jusqu’ici, nous avons choisi de jouer la carte de la sagesse et de rester à bord pour éviter de provoquer un chaos lié au coronaire et nous avons plutôt appelé ça une journée. Nous nous sommes tous réjouis d’une bonne nuit de sommeil dans les eaux calmes de la baie, sans avoir à crocheter les bras dans les cageots ou à nous envoler des lits superposés…

Annika Horn

 


 

Time for this adventure’s first blog!

Two days ago, on the morning of Wednesday 8th of July, we finally left the port of Brest in France and set sail towards the Arctic. The Arctic!!! Off we go to discover the picturesque east coast of Greenland and the world’s northernmost inhabited archipelago of Svalbard during the great north’s endless summer days! But first, we need to get there. A 7-day semi-trans-Atlantic sail awaits us…and open water navigation is never an easy task; both for the mind and the body. But that’s how things work in the Horn family: if you want to enjoy the reward at the end of the journey, you first have to suffer a little to deserve it ;)

The sun wasn’t out to see us off that morning, which doesn’t really surprise me for Brest. Each time we’ve visited, we were greeted with wind and grey. But this doesn’t take away from the charm of this maritime city. The rugged weather is a reflection of the people who live there…passionate sailors with a taste for adventure: home to the tough ones they say.

Anyways, who needs sunshine to see you off when instead you can be embraced with the warmth of a crowd waving you goodbye and wishing you safe travels from the pier?! What must have been close to a 100 people gathered and huddled up on Brest’s Castle Port’s largest pier to observe the launch of sailing vessel Pangaea into the Atlantic. Although having so many pairs of eyes staring at you kind of makes you feel like a zoo animal, you can’t help but feel an immense amount of respect for those avid followers of all walks of lives and all ages who went out of their way on a Wednesday morning to share the intensity of the moment.

One of these avid followers actually caught my intention: an 18-year old boy standing on the dock in his cycling gear, admiring Paps with dreamy eyes…I wondered what he was doing there down on the dock, while everyone else was up there standing on the pier…and I still don’t know how he got there, but I have a pretty sure idea of what got him there: his passion and determination. Turns out this kid, had found out in the news that Mike was leaving Brest that morning, so he woke up at 3am and rode his bike over 100km to come wave us goodbye. But since he was running a little late and didn’t want to miss the 9am departure, he tied up his bike and hitchhiked to catch a ride for the last 30km of his journey to the port of Brest…hard not to feel moved by a story like this one; especially when you think that’s totally something Paps would have done.

I must admit, it does feel a little weird leaving for some faraway land. After months of encouraged confinement, travel restrictions and fears of imminent second waves, staying home kind of became our new normal; even for us, a restless family incapable of ever slowing down the pace and remaining in one place. So, as we leave port and head into the Atlantic, it almost feels like we’re stubborn old-time explorers: not relying on anybody but ourselves to head out into the unknown.

The first day of sailing was intense, first days usually are…but this time seemed to be a bit more difficult than the previous times. It was probably due to the strong smell of diesel invading the boat as we head out to sea. We had only just left land, but something was evidentially wrong. It’s nothing unusual to get a little whiff of diesel here and there when the engines start running, but it had never bothered me to such an extent. The intoxicating fumes made our heads spin and our stomachs turn or was it the waves?! The sea wasn’t rough, but at the same time, it was far from calm. The winds were blowing from the northwest, pushing Pangaea onto its starboard side…yippee for those with port bunks…or not. It didn’t take long for any loose object, or person for that matter, to swing from left to right. I managed to find a way to hook my right arm into a cubbyhole to avoid getting thrown from the top bunk onto the floor…although slightly painful, this method was a success, I managed to stay glued to my bed throughout the night. The same can’t be said for Jess, who had shotgun the bottom bunk and as a result didn’t fear the fall as much as I did…but maybe she should have, the next morning as the sun rose, I found nothing but her mattress and messy sheets spread out chaotically on the floor, that must have been a hard fall to wake-up to.

It’s weird how the ocean just rocks you to sleep, or perhaps it would be more accurate to say: “how the ocean knocks you out to sleep”. It’s almost impossible to stay alert and awake. No matter how hard you try to stay focused on the horizon and pay attention to the boat’s devices during your shift, you just can’t help yourself but nod off…Of course, the same can’t be said for the experts on board. While the majority of us amateur sailors are fighting off the drowsiness in a constant vertical position, Mike, Bernard, Laure and Jacek are out and about, whistling joyfully to sound of the ocean breeze. The Quattro definitely deserve their sea legs after losing track of the amount of sea miles they’ve covered over decades of sailing and working on boats.

They say seasickness fades with experience…alternatively, and in my opinion more accurately, it is just something you get used to. After a couple days of never-ending up and down, left and right – or rocking and rolling as Paps likes to call it – you get used to feeling tired and drowsy and you have no choice but to adapt to the new lifestyle. That being said, it’s always worth it in the end. Because every time we leave somewhere familiar to discover somewhere new, you just know you’re in for a life-changing adventure…and that’s why we do what we do and keep on doing it: because we live for the thrill of adventure and long for the unknown.

About 30 hours after leaving the coast of Brittany behind and sailing northwards into open water, we spotted our first land: Ireland was waiting for us proudly on the horizon. Although the journey had only just began and we all had prepared ourselves for a 7-day-straight sail to Greenland, we were all overjoyed with the sight of land…safe to say, the feeling of joy was undoubtably enhanced by the tough start us amateur-sailors had all suffered from. So Paps decided to give into our excitement and we approached Ireland until we found a cozy little bay to shelter ourselves in for the night. Everything they say about a beautiful coastal Ireland is true…the sceneries were absolutely jaw-dropping. As we sailed in towards land, we were welcomed with the most dramatic-looking lighthouse I’ve ever seen. Standing tall on a tiny clay-slate islet that goes by the name of Fastnet, this lighthouse finds itself at the most southerly point of Ireland. We all jumped out on deck to admire the passing tower…it was impressive. As the waves were majestically crashing against the emerged dark rock, Paps explained to us that in tough weather conditions, waves could reach as far as the top of the lighthouse…safe to say we all stood there quietly, reassured at the thought of not finding ourselves in those types of rough weather conditions…Paps sure has a gift when it comes to rationalising.

As we progressed into the bay, the rolling green hills, and clear-cut cliffs painted the exact picture one would imagine of Ireland. One by one, cute little cottages made their appearance from behind the lush trees covering the coast’s perfect fields, until a cluster of white dots were spotted in the distance: the town of Skull. Mouths watering at the thought of jumping on land to fill our empty bellies with a decent dose of fish and chips following the starving struggle it was to get here, we chose to play it wise and stay onboard to avoid causing any corona-related chaos and called it a day instead. We all looked forward to a good night’s sleep in the bay’s calm waters, without having to hook arms in cubbyholes or flying off bunkbeds…

Annika Horn

 

 

BLOG 5 – 06 – 10.09.2019 : SAILING ICE

BLOG 5 – 06 – 10.09.2019
September 6th, 2am: We finally started sailing through ice today! We all had impatiently been waiting for this moment. Once we had passed the mark of 81 degrees North, the guys on watch shouted: “Ice! I can see Ice!”. I immediately jumped out on deck to see it for myself. They were right, we could spot small pieces floating in the distance. “Finally” I thought to myself…This meant we were getting closer. Excitement started building up inside me, I could feel it…I bet the others could have guessed it by the massive smile on my face.
Although we were all longing to set sight on the first bits and pieces of floating ice, I knew this also meant that the more challenging part of our sailing itinerary would finally begin: navigating through ice.
Ice navigation is a lot more complex than one can imagine. So far we have been talking about the drop-off at 85 degrees North, as if it was an easy point to achieve. Whereas in fact, the expedition will only be possible if we first manage to get to the drop-off point with Pangaea. By carefully studying daily satellite images sent to us by the Norwegian Ice Survey – on which different colour schemes represent varying ice thicknesses – we put together what seems like the most accessible  course by pinpointing progressive GPS waypoints in order for us to reach a point of departure that suits both Borge and myself. This process needs to be repeated and recalculated on a daily basis because of the drifting of the sea ice. Meaning that every day new satellite images come in and new GPS waypoints need to be pinpointed to define our new itinerary for the day. A process like this would be impossible without the new satellite connection system my new partner Speedcast installed on the boat. Without satellite connection, we would have had to navigate through the ice solely by visual means, similarly to what had been done by the explorers that inspired us when we were kids, such as Nansen and Amundsen.
Although satellite communications is a definite plus, navigating through ice on a sailing vessel still. requires a lot of effort and attention. Someone constantly needs to manually manoeuvre the boat from the helm while we are in movement. In order to manoeuvre steadily and efficiently, we hoist someone to the top of the mast to get a better overall view of the ice and its passageways. The person on top of the mast calculates the best looking itinerary while keeping in mind our desired course. He then yells indications and directions to the person steering the boat. The trick is to sail from one stretch of open water to the next by following open-water leads or by breaking our way through thin ice. Although Pangaea is designed to break ice, its small size, weight and engine power does not allow us to break through thick ice. Often, in situations with a high percentage of ice coverage, it is difficult to judge where the boat can and should venture or not. As a result, we occasionally reach dead-ends; spots where the boat cannot go any further, requiring us to reverse in our tracks (sometimes for very large distances), in order to take an alternative lead further back. 
There is a very small margin for error when it comes to finding that ideal departure spot. We need to sail as far north as possible without risking to get the boat stuck in the ice, but we also have to sail far enough north to find thick enough ice for Borge and myself to safely start our expedition on. Which is why every degree counts in these conditions. If we do not manage to make it to (or close enough to) 85 degrees North, Borge and I have will have no choice but to give up on our expedition. The reasons for this are quite simple, but can be difficult to conceive for those reading these lines in the warmths of their homes. 
I’ll explain: 
  • The departure point of 85 degrees North has been precisely calculated by Borge and myself to ensure that we can make the crossing in time before the Arctic winter begins.
  • If the Arctic winter begins, this means two things:
    • Pangaea will not be able to sail as far north as planned to make it in time to the pickup location on the Norwegian side before the ice over the Arctic Ocean starts expanding and thickening in November/December.
    • Borge and I will run out of food rations faster because we will have a longer distance to cover to meet up with the boat. In addition to that, due to the cooler temperatures during winter, we will have to consume a larger amounts of calories in order to have enough energy to make progress. And at the same time, we cannot afford to pack too much extra portions because that would mean extra weight, which in turn means slower progress.

 

  • The ice conditions below the mark of (or close enough to) 85 degrees North are not stable enough to allow us to make progress without risking falling in the water openings found between ice floes. So long as Pangaea can make progress through the ice, we shouldn’t be walking on it.
  • However if we do not make it to 85 degrees North but find a departure point above 84 degrees North where the ice seems solid enough for us to walk on, we would be willing to start our expedition from that point. 
  • Borge and myself have nevertheless anticipated potential delays and have as a result packed sufficient food to spend a maximum of 3 months on the ice in case we start from a more southern point OR if the upcoming winter season slows down our progress. 
  • One thing to also keep in mind is the drifting ice. Given that the Arctic is an ocean and not a continent, the ice and the water below it is in constant movement. Borge and myself have been studying the drift patterns carefully in order to pick a departure point and an itinerary adaptable to drift patterns. These can be affected by tide cycles, wind, water temperatures, amongst other factors.
Given all the unknown and unpredictable variables that come into play, it is a pretty tough gamble to make, as well as a tough one to be fully confident about. But that’s also what makes this expedition particularly exciting. Similarly to K2, nature has the first word here. Either the conditions are in our favour and the timing is right, or they’re simply not. 
Climate change also has an effect on the success of this expedition. The ice covering the Arctic Ocean has been melting at a staggering speed. The quest to achieve the latitude of 85 degrees degree North in a sailing vessel would have never been possible in the past. Which means that Pangaea too, will be on a world first mission. No sailing vessel has ever passed the mark of 85 degrees North because of the sea ice would have prevented them from reaching that latitude sooner. If we manage to completed this quest with Pangaea, it will not so much be seen as an achievement, but rather as undeniable evidence that our polar regions are undergoing drastic changes. Ironically, the success of this expedition is in correlation to the melting sea and should as a consequence also serve as a warning of the increasing issues of climate change.
As a team we have decided not to set ourselves too many limitations and expectations. Given the uniqueness of this trip, we agreed to head into it with an open and observing mind. I can predict that the next couple of days are going to be challenging, but they will also be extremely interesting. There is a lot to learn about nature when you venture into some of its more remote corners. That is also why I find it important to share this journey with as many people as possible through words, photos and videos, because this part of the world deserves to be spoken about and cared for.
[edgtf_separator class_name=”” type=”normal” position=”center” color=”” border_style=”” width=”” thickness=”” top_margin=”” bottom_margin=””]

[edgtf_separator class_name=”” type=”normal” position=”center” color=”” border_style=”” width=”” thickness=”” top_margin=”” bottom_margin=””]

Le 6 septembre à 2h du matin : Nous avons enfin commencé à naviguer sur la glace aujourd’hui ! Nous attendions tous ce moment avec impatience. Une fois que nous avons passé la marque du 81° Nord, les gars de quart ont crié : “Glace ! Je vois Ice !”. J’ai immédiatement sauté sur le pont pour m’en rendre compte par moi-même. Ils avaient raison, nous pouvions voir de petits morceaux flotter au loin. “Enfin”, me suis-je dit… Ça voulait dire qu’on se rapprochait. L’excitation a commencé à s’accumuler en moi, je l’ai sentie… Je parie que les autres l’ont deviné par le sourire massif sur mon visage… Bien que nous souhaitions tous voir les premiers morceaux de glace flottante, je savais aussi que la partie la plus difficile de notre itinéraire de navigation allait enfin commencer : la navigation sur la glace.la navigation dans la glace est beaucoup plus complexe que je peux imaginer. Jusqu’à présent, nous avons parlé du déclin à 85 degrés nord, comme si c’était un point facile à atteindre. Alors qu’en fait, l’expédition ne sera possible que si nous arrivons d’abord au point de débarquement avec Pangaea. En étudiant attentivement les images satellites quotidiennes qui nous sont envoyées par le Norwegian Ice Survey – sur lesquelles différents schémas de couleurs représentent différentes épaisseurs de glace – nous mettons ensemble ce qui semble être le parcours le plus accessible en identifiant les points de cheminement GPS progressifs afin d’atteindre un point de départ qui nous convient à Borge et à moi-même.

Ce processus doit être répété et recalculé quotidiennement en raison de la dérive de la glace de mer. Ce qui signifie que chaque jour de nouvelles images satellites arrivent et que de nouveaux points de cheminement GPS doivent être localisés pour définir notre nouvel itinéraire de la journée. Un tel processus serait impossible sans le nouveau système de connexion par satellite que mon nouveau partenaire Speedcast a installé sur le bateau. Sans connexion par satellite, nous aurions dû naviguer dans les glaces uniquement par des moyens visuels, tout comme les explorateurs qui nous ont inspirés quand nous étions enfants, comme Nansen et Amundsen.

Bien que les communications par satellite soient un avantage certain, naviguer dans les glaces sur un voilier demande encore beaucoup d’efforts et d’attention. Quelqu’un doit constamment manœuvrer manuellement le bateau depuis la barre pendant que nous sommes en mouvement. Afin de manœuvrer de façon régulière et efficace, nous hissons quelqu’un en haut du mât pour avoir une meilleure vue d’ensemble de la glace et de ses passages. La personne en haut du mât calcule l’itinéraire le plus beau tout en gardant à l’esprit notre parcours désiré. Il crie ensuite des indications et des directions à la personne qui dirige le bateau. L’astuce consiste à naviguer d’une étendue d’eau libre à l’autre en suivant les chenaux d’eau libre ou en se frayant un chemin à travers la glace mince. Bien que la Pangaea soit conçue pour briser la glace, sa petite taille, son poids et la puissance de son moteur ne nous permettent pas de briser la glace épaisse. Souvent, dans les situations où le pourcentage de couverture de glace est élevé, il est difficile de juger où le bateau peut et doit s’aventurer ou non. En conséquence, nous arrivons parfois à des impasses, des endroits où le bateau ne peut pas aller plus loin, ce qui nous oblige à faire marche arrière dans nos traces (parfois sur de très grandes distances), afin de prendre un autre chemin plus loin en arrière.

Il y a une très petite marge d’erreur lorsqu’il s’agit de trouver le point de départ idéal. Nous devons naviguer le plus au nord possible sans risquer de coincer le bateau dans les glaces, mais nous devons aussi naviguer assez au nord pour trouver suffisamment de glace pour que Borge et moi-même puissions commencer notre expédition en toute sécurité. C’est pourquoi chaque degré compte dans ces conditions. Si nous n’arrivons pas à atteindre (ou assez près de) 85 degrés Nord, Borge et moi n’aurons d’autre choix que d’abandonner notre expédition. Les raisons en sont très simples, mais peuvent être difficiles à concevoir pour ceux qui lisent ces lignes dans la chaleur de leur foyer. 

Je vais t’expliquer :

  • Le point de départ du 85° Nord a été calculé avec précision par Borge et moi-même pour nous assurer que nous pourrons faire la traversée à temps avant le début de l’hiver arctique.

 

  •  Si l’hiver arctique commence, cela signifie deux choses : Si l’hiver arctique commence,
    • Pangaea ne pourra pas naviguer aussi loin au nord que prévu pour arriver à temps au point de ramassage du côté norvégien avant que la glace sur l’océan Arctique ne commence à s’étendre et à épaissir en novembre/décembre.
    • Borge et moi serons à court de rations alimentaires plus rapidement car nous aurons une distance à parcourir pour rejoindre le bateau plus tard. De plus, en raison des températures plus fraîches en hiver, nous devrons consommer davantage de calories pour avoir assez d’énergie pour progresser. En même temps, nous ne pouvons pas nous permettre d’emballer trop de portions supplémentaires, car cela signifierait un surpoids, ce qui ralentirait les progrès.

 

  • Les conditions glacielles sous la marque de 85 degrés nord (ou assez près) ne sont pas assez stables pour nous permettre de progresser sans risquer de tomber dans les ouvertures d’eau situées entre les floes de glace.
  • Tant que Pangaea peut progresser à travers la glace, nous ne devrions pas marcher dessus, mais si nous n’arrivons pas jusqu’à 85 degrés nord mais que nous trouvons un point de départ au-dessus de 84 degrés nord où la glace semble assez solide pour que nous puissions marcher dessus, nous serions prêts à commencer notre expédition depuis ce point.

 

  • Borge et moi avons néanmoins anticipé des retards potentiels et avons donc emporté suffisamment de nourriture pour passer un maximum de 3 mois sur la glace au cas où nous partirions d’un point plus au sud OU si la prochaine saison d’hiver ralentissait notre progression.

 

  • Il faut aussi garder à l’esprit la dérive des glaces. Étant donné que l’Arctique est un océan et non un continent, la glace et l’eau qui l’entoure sont en mouvement constant. Borge et moi-même avons étudié attentivement les modèles de dérive afin de choisir un point de départ et un itinéraire adaptable aux modèles de dérive.

Compte tenu de toutes les variables inconnues et imprévisibles qui entrent en jeu, c’est un pari assez difficile à faire, ainsi qu’un pari difficile dont il faut avoir pleinement confiance. Mais c’est aussi ce qui rend cette expédition particulièrement passionnante. Tout comme K2, la nature a le premier mot ici. Soit les conditions sont en notre faveur et le moment est bien choisi, soit elles ne le sont tout simplement pas. 

Le changement climatique a également un effet sur le succès de cette expédition. La glace qui recouvre l’océan Arctique fond à une vitesse vertigineuse. Par le passé, il n’aurait jamais été possible d’atteindre la latitude de 85 degrés nord à bord d’un voilier. Ce qui signifie que Pangaea aussi, sera en première mission mondiale. Aucun voilier n’a jamais franchi la barre des 85 degrés nord, car la glace de mer les aurait empêchés d’atteindre cette latitude plus tôt. Si nous parvenons à mener à bien cette quête avec Pangaea, elle ne sera pas tant perçue comme une réussite, mais plutôt comme une preuve indéniable que nos régions polaires sont en train de subir des changements radicaux. Ironiquement, le succès de cette expédition est en corrélation avec la fonte des neiges et devrait par conséquent également servir d’avertissement face aux problèmes croissants du changement climatique, et nous avons décidé en équipe de ne pas nous fixer trop de limites et d’attentes.

Étant donné le caractère unique de ce voyage, nous avons accepté d’y aller avec un esprit ouvert et observateur. Je peux prédire que les deux prochains jours seront difficiles, mais ils seront aussi extrêmement intéressants. Il y a beaucoup à apprendre sur la nature lorsque vous vous aventurez dans certains de ses coins les plus reculés. C’est aussi pour cela qu’il me semble important de partager ce voyage avec le plus de gens possible par des mots, des photos et des vidéos, parce que cette partie du monde mérite d’être connue et soignée.

 

 

BLOG 4 – 05.09.2019 – Through the Bering Strait and into the Arctic Ocean

BLOG 4 – 05.09.2019 – Through the Bering Strait and into the Arctic Ocean

Just when we thought Pangaea’s issues were over and we could finally focus on our goal, the next problem came knocking on the door. As we left Teller and adjusted our course towards the Pole, our automatic piloting system gave in on us.

Pangaea’s never had so many unexpected issues. As always, I keep my positive attitude and don’t interpret these challenges as signals that the quest we have decided to undertake, might be a bad idea. On the contrary, I take these knocks on the door as small blessings in disguise. They serve to keep us alert and to develop a problem-solving attitude from the very start.

Too often, I see people give up on their dreams or even on their simple daily tasks because complications occur. “Things didn’t play out as I expected them to…now what do I do?!” It is exactly in this very instant that you have to put your head down and get to work. Because nothing in life that deserves to be achieved, will ever come easy. We’ve all become so used to things coming easy. I’m not sure what’s the cause of this…Maybe it’s due to the fast paced world we live in. Today’s world of abundant options has made it too simple for us to give up or look elsewhere, and in some ways even I have become a victim of this. It isn’t quite fair blaming our developing world for our increasing laziness. I’m all for a world of more opportunities, it certainly would have saved me quite some troubles in the past, but I’m not for a world where we forget what it feels like to invest genuine effort to achieve something we truly believe in. It’s not because things have become more accessible that we should take them for granted. Because at the end of the day, there is nothing more fulfilling than that feeling of achievement after having fought for something you believed was worth the sweat and tears.

I realise I have just gone deeper in my reflection than initially intended. But that’s what I tend to do. Minor issues remind me of the more significant problems our world is facing, or that we face as humans. All of this to say that Pangaea is putting us in yet another uncomfortable situation but I have decided to take it as a blessing rather than a curse.

With my problem-solving cap now on, I check the map for the next villages we could potentially stop in to get our autopilot back on track. It looks like the next town is a bit of a detour and would thus cause further delays. So I gather the crew and we make a vote. The options are the following: Either we make this detour, stop in a coastal village called Point Hope, with hopes of resolving the issue. OR we pursue our course towards the Pole, and navigate the same way as the explorers that inspired us, that is manually, at the helm 24/7. I immediately admit that I’m not against traveling the old-school way, making a point that automatic systems always fail, but manual systems never do! This decision is out of my hands however, as on this trip, I am no longer the boat’s captain my friend Bernard Stamm is. If all goes according to plan, Borge and myself will be jumping off the boat in a matter of days, whereas Bernard and the rest of the boat and media crew will still undergo another two-week’s sail through the Northeast Passage before reaching the island of Svalbard in Norway.

Votes in, we decide to make the detour and stop in Point Hope. After all, one day less or one day more shouldn’t really impact our expedition. Or at least, I try to convince myself that it won’t. By precaution, Borge informs me that he will still make the most of this premeditated stop to purchase extra expedition snacks to prepare spare portions in case we were to spend more time on the ice as initially planned (70 days).

Just like the Teller, the previous town we stopped in, I am quite familiar with Point Hope. It was another one of the stops during my Arktos expedition. Cathy, the girls and a bunch of friends had flown in to meet me there in 2003. I remember spending a great time with my loved ones there. We had visited parts of Alaska very few had ever traveled to. We had been guided by a local Inuit, Steve Umaktuk, who kept on reminding us that “two bones made one whale”, and he also introduced us to the local traditions such as the Inuit music, the dancing that goes along with it and made us discover a taste and a texture many of us could have lived without, whale and seal blabber. Just the thought of these fond memories, make me look forward to revisiting the small town, and hopefully similarly to what happened with Joe Garnie, I might end up finding my old buddy Steve Umaktuk somewhere!

Steve didn’t recognise me at first. When I told him I was from South African and Switzerland spent quite some time here over 15 years ago, he had even told me: “I have an old friend called Mike Horn who has a similar story”. It didn’t take him very long after that to put two and two together and to realise that it was me he was talking about. Just like Joe in Teller, Steve couldn’t believe I had just showed up out of nowhere with no forewarning. He invited us in his little home for coffee. Shirt off, he was busy chopping up caribou meat on the kitchen table. He was thrilled to see me, and so was I.

In the meantime, Jacek, the engineer, had solved the autopilot issue, which meant we could finally set sail again! Everyone onboard was out on deck and an excited energy was lingering around us, or maybe it was the delicious smell of freshly baked cake coming from the galley. Not that Laure needs a reason to bake cake, but today, was Sebastian’s birthday. Sebas, is the latest addition to Pangaea’s sailing crew. A young finance professional from South Africa, an old family friend, an intrepid who chose to celebrate his 27th birthday on a boat in the middle of nowhere. We never miss out on an opportunity to sing, smile and eat cake on this boat, and birthdays are always the perfect excuse. We made the most of having everyone out on deck to snap a quick group photo, first a civil one, which quickly turned into something more fun, truly portraying the dynamic ambience going on on Pangaea. Once our bellies were full of delicious cinnamon and apple cake, we finally made our way. A beautiful scenery bid us farewell. Rocky chunks of land fell into the open water. The cliffs shined in the afternoon sunlight. We were leaving the coast, this time for good…As we leave the coast behind us, I run inside and grab a bottle of wine and tell the crew to follow me. I go back on deck and pour some wine in the water to ask for Neptune’s blessing on this journey. Hopefully the God of water will appreciate this offering and send good currents our way.

Life onboard is lot more lively than one would imagine. There is no time to get bored when you’re 12 people on a 30m boat sailing in uncharted parts of the globe. We all have different roles here and we all work hard to fulfil them without getting in each other’s ways. It’s all about finding the perfect balance. Figuring out a way to live in synch in spite of the confined space. Because of the watch system we put in place, we each end up living at different times of the day. While some sleep, others are on duty, looking out for any obstacles along our course, or system blips. Then there’s Laure, in charge of the kitchen; Borge fully focused on prepping every detail of the expedition; Mike and Bernard, navigating Pangaea, with a little expedition prep when the conditions are calm; Jacek, head in the engine room; and the rest, juggle between watches and their media or deckhand tasks.

I’m happy with the team we’ve put together. Everyone gets on well and adds something unique to the group’s dynamic. With six youngsters under the age of 28, I sense a strong pull towards wanting to learn and contribute onboard, and that’s something that inspires me and gives me hope for future generations. This is a one-of-a-king experience for them to live and they’re all cherishing it to the fullest and learning valuable lessons along the way. I’d even say the same applies to the oldies onboard. Every adventure is entirely different and special in its on way. That’s what I love about exploration, no today will ever be the same as any yesterday! And as for what’s in store for tomorrow? Well, that is completely up to the unknown!

 


 

Juste au moment où nous pensions que les problèmes de Pangaea étaient terminés et que nous pouvions enfin nous concentrer sur notre objectif, le problème suivant est venu frapper à la porte. Alors que nous quittions Teller et ajustions notre route vers le Pôle, notre système de pilotage automatique a cédé sur nous.

Pangaea n’a jamais eu autant de problèmes inattendus. Comme toujours, je garde mon attitude positive et n’interprète pas ces défis comme des signaux que la quête que nous avons décidé d’entreprendre, pourrait être une mauvaise idée. Au contraire, je prends ces coups à la porte comme de petites bénédictions déguisées. Ils nous permettent de rester vigilants et de développer une attitude de résolution de problèmes dès le début.

Trop souvent, je vois des gens renoncer à leurs rêves ou même à leurs simples tâches quotidiennes parce que des complications surviennent. “Les choses ne se sont pas déroulées comme je m’y attendais… qu’est-ce que je fais maintenant ?!” C’est exactement à ce moment précis que vous devez baisser la tête et vous mettre au travail. Parce que rien dans la vie qui mérite d’être accompli, ne sera jamais facile. On s’est tellement habitués à ce que les choses deviennent faciles. Je ne suis pas sûr de la cause de tout cela… C’est peut-être dû au rythme effréné du monde dans lequel nous vivons. Le monde d’aujourd’hui, où les options abondent, nous a rendu trop simple pour abandonner ou regarder ailleurs, et d’une certaine façon, je suis même devenu une victime de cette situation. Ce n’est pas tout à fait juste de blâmer notre monde en développement pour notre paresse croissante. Je suis tout à fait pour un monde de plus d’opportunités, cela m’aurait certainement évité bien des ennuis dans le passé, mais je ne suis pas pour un monde où nous oublions ce que c’est que d’investir de véritables efforts pour réaliser quelque chose en quoi nous croyons vraiment. Ce n’est pas parce que les choses sont devenues plus accessibles que nous devrions les tenir pour acquises. Parce qu’en fin de compte, il n’y a rien de plus satisfaisant que ce sentiment d’accomplissement après s’être battu pour quelque chose qui, selon vous, valait la peine d’être transpiré et pleuré.

Je me rends compte que je viens d’aller plus loin dans ma réflexion qu’initialement prévu. Mais c’est ce que j’ai tendance à faire. Les problèmes mineurs me rappellent les problèmes les plus importants auxquels notre monde est confronté, ou auxquels nous sommes confrontés en tant qu’êtres humains. Tout cela pour dire que Pangaea nous met dans une autre situation inconfortable, mais j’ai décidé de prendre cela comme une bénédiction plutôt que comme une malédiction.

Maintenant que ma casquette de résolution de problèmes est en place, je vérifie la carte des prochains villages où nous pourrions éventuellement faire escale pour remettre notre pilote automatique sur les rails. Il semble que la prochaine ville est un peu un détour et causerait donc des retards supplémentaires. J’ai donc rassemblé l’équipe et nous avons fait un vote. Les options sont les suivantes : Soit nous faisons ce détour, soit nous nous arrêtons dans un village côtier appelé Point Hope, avec l’espoir de résoudre le problème. OU nous poursuivons notre route vers le pôle, et naviguons de la même manière que les explorateurs qui nous ont inspirés, c’est-à-dire manuellement, à la barre 24h/24 et 7j/7. J’avoue tout de suite que je ne suis pas contre les voyages à l’ancienne, faisant remarquer que les systèmes automatiques échouent toujours, mais que les systèmes manuels ne le font jamais ! Mais cette décision ne dépend pas de moi, car sur ce voyage, je ne suis plus le capitaine du bateau, mon ami Bernard Stamm. Si tout se passe comme prévu, Borge et moi sauterons du bateau dans quelques jours, tandis que Bernard et le reste de l’équipage du bateau et des médias passeront encore deux semaines dans le passage du Nord-Est avant de rejoindre l’île de Svalbard en Norvège.

Votes, nous décidons de faire le détour et de nous arrêter à Point Hope. Après tout, un jour de moins ou un jour de plus ne devrait pas vraiment affecter notre expédition. Ou du moins, j’essaie de me convaincre que non. Par précaution, Borge m’informe qu’il profitera toujours de cet arrêt prémédité pour acheter des collations d’expédition supplémentaires pour préparer des portions de rechange au cas où nous devrions passer plus de temps sur la glace comme prévu initialement (70 jours).

Tout comme le Teller, la ville précédente où nous nous sommes arrêtés, je connais bien Point Hope. C’était une autre étape de mon expédition à Arktos. Cathy, les filles et une bande d’amies étaient venues me rejoindre en 2003. Je me souviens avoir passé un bon moment avec mes proches là-bas. Nous avions visité des parties de l’Alaska où très peu de gens s’étaient jamais rendus. Nous avions été guidés par un Inuit de la région, Steve Umaktuk, qui n’arrêtait pas de nous rappeler que ” deux os ne faisaient qu’une seule baleine “, et il nous a également fait connaître les traditions locales telles que la musique inuite, la danse qui l’accompagne et nous a fait découvrir un goût et une texture dont beaucoup d’entre nous auraient pu se passer, la baleine et le blabber de phoque. Rien que de penser à ces bons souvenirs, j’ai hâte de revisiter la petite ville et, espérons-le, de la même façon que Joe Garnie, je finirai peut-être par trouver mon vieux pote Steve Umaktuk quelque part !

Steve ne m’a pas reconnu au début. Quand je lui ai dit que j’étais sud-africain et que la Suisse avait passé pas mal de temps ici il y a plus de 15 ans, il me l’avait même dit : “J’ai un vieil ami, Mike Horn, qui a une histoire similaire.” Il n’a pas mis beaucoup de temps à faire le rapprochement et à réaliser que c’était de moi qu’il parlait. Tout comme Joe dans Teller, Steve n’arrivait pas à croire que je venais d’apprendre

 

Pictures : Dmitry Sharomov

BLOG 3 – 31.09.2019 – LEAVING NOME AND STOPPING IN TELLER

After a full week of repairs and preparations, it was finally time for us to leave Nome. We were so warmly welcomed and helped by my old friends and local community that we all only hold fond memories of our short stay here. But now, it’s time for us to change horizons and head north.

Bernard has been in contact with a weather professional based in Norway, who has been sending us daily sea ice updates. We have thus been able to observe the ice conditions quite closely and so far they seem to be in our favour. We cannot waste time however, winter will be coming in rapidly. Already, the long sunny days are getting shorter, and the temperatures are getting cooler, the end of summer is definitely on its way.

After two days in Nome, we were all impatient to start sailing. Initially our plan had only been to stay a couple days, but Jacek, the boat’s engineer, discovered an issue with the engine, forcing us to wait for a spare part to be flown in from Anchorage. Once the engine was repaired, Bernard the boat’s skipper, told us there was no point leaving now because bad weather was coming in. We then had no choice but to wait for the rain to stop and the seas to calm down, and with only 4 days behind schedule we could set finally sail.

I love sailing out of ports! It is always an exciting moment. When you finally leave somewhere and head towards your next destination. As we sailed out of Nome, the whole crew was on deck, some were waiving goodbye to our dear friends at the dock, others were capturing the intensity of the moment on camera and I was at the helm, sight set on my goal and enjoying the sea breeze I had been longing for.

We hoisted the sails and headed straight towards our goal: the Pole. Our itinerary would see us sail the Bering sea along the Alaskan coast before making our way through the Bering Strait. The Bering Strait is a strait of the Pacific, which separates Russia and Alaska slightly south of the Arctic Circle at the latitude of about 65 degrees North. The strait is named after Vitus Bering, one of the many explorers I admired as a kid, who served for the Russian Empire. Back in the times of the Earth’s historic ice ages, present-day eastern Siberia and the United States’ state of Alaska were connected by a land bridge, known as the Bering Land Bridge, now fully submerged by the sea making it possible for boats to sail through.

I love traveling to parts of the world that have evolved over time. Sailing the Bering Strait and telling myself that long ago one could have walked from the contient of Eurasia to the Americas or vice versa in a matter of days fills me with intrigue and puts things into perspective. Our time here as visitors on this planet is truly minute in the grand scheme of things. We think a lifetime is long, but when we think about the planet’s lifetime, we realise that we’re just a tiny fraction of piece of a huge and very complex puzzle.

As these thoughts cross my mind, I suddenly hear Jacek yell from the Engine room, telling us to stop the engines. The pump used for the starboard engine’s cooling system just broke….This has never happened on Pangaea before. This is an issue we need to find a solution for quickly, as we will be needing both of Pangaea’s engines to be fully functional if we want to sail in sea ice. I therefore grab the phone and call my friend Jeff Darling whom we just had just waved goodbye to in Nome. He responds immediately asking me “what’s the problem?” in his strong Alaskan accent. He knew he wouldn’t be hearing from me so soon unless there was an issue. Jeff and his wife Peggy hold an auto parts shop in Nome, and I know I can count on them to find a replacement pump in no time. He doesn’t waste a second, locates one in Homer and informs me to stop along the coast in a small town called Teller,  to where he will send the part on the next flight in. We thus forget about the North Pole for a bit, change our course and head towards Teller. 

I know Teller well. I spent a lot of time there during my Arktos expedition around the Arctic Circle between 2002 and 2004. During my stay there I had made a very good friend, a guy called Joe Garnie. Although this pump situation is inconvenient and will cause some delay, a stop in Teller is the perfect opportunity to see if Joe’s still around and doing well!

[edgtf_separator class_name=”” type=”normal” position=”center” color=”” border_style=”” width=”” thickness=”” top_margin=”” bottom_margin=””]

Après une semaine complète de réparations et de préparations, il était enfin temps pour nous de quitter Nome. Nous avons été si chaleureusement accueillis et aidés par mes vieux amis et la communauté locale que nous ne gardons tous que de bons souvenirs de notre court séjour ici. Mais maintenant, il est temps pour nous de changer d’horizon et de nous diriger vers le nord.

Bernard a été en contact avec un professionnel de la météo basé en Norvège, qui nous a envoyé des mises à jour quotidiennes sur la glace de mer. Nous avons ainsi pu observer de très près l’état des glaces et, jusqu’à présent, elles semblent être en notre faveur. Nous ne pouvons pas perdre de temps, cependant, l’hiver arrivera rapidement. Déjà, les longues journées ensoleillées sont de plus en plus courtes et les températures de plus en plus fraîches, la fin de l’été est définitivement en route.

Après deux jours à Nome, nous étions tous impatients de commencer à naviguer. Au départ, nous avions prévu de rester quelques jours, mais Jacek, l’ingénieur du bateau, a découvert un problème avec le moteur, nous obligeant à attendre qu’une pièce de rechange arrive d’Anchorage. Une fois le moteur réparé, Bernard, le skipper du bateau, nous a dit qu’il ne servait à rien de partir maintenant car le mauvais temps arrivait. Nous n’avons alors eu d’autre choix que d’attendre que la pluie s’arrête et que la mer se calme, et avec seulement 4 jours de retard, nous avons pu enfin prendre la mer.

J’adore naviguer hors des ports ! C’est toujours un moment passionnant. Quand vous partez enfin quelque part et vous dirigez vers votre prochaine destination. Alors que nous quittions Nome, tout l’équipage était sur le pont, certains faisaient leurs adieux à nos chers amis sur le quai, d’autres capturaient l’intensité du moment devant la caméra et j’étais à la barre, la vue fixée sur mon objectif et la brise de mer que je désirais.

Nous avons hissé les voiles et nous nous sommes dirigés tout droit vers notre objectif : le Pôle. Notre itinéraire nous fera naviguer le long de la mer de Béring, le long de la côte de l’Alaska, avant de traverser le détroit de Béring. Le détroit de Béring est un détroit du Pacifique qui sépare la Russie et l’Alaska légèrement au sud du cercle polaire arctique, à environ 65 degrés de latitude nord. Le détroit porte le nom de Vitus Bering, l’un des nombreux explorateurs que j’admirais quand j’étais enfant, qui a servi pour l’Empire russe. À l’époque des glaciations historiques de la Terre, la Sibérie orientale actuelle et l’État américain de l’Alaska étaient reliés par un pont terrestre, connu sous le nom de pont terrestre de Béring, maintenant entièrement submergé par la mer, qui permettait aux bateaux de passer.

J’adore voyager dans des régions du monde qui ont évolué avec le temps. Naviguer dans le détroit de Béring et me dire qu’il y a bien longtemps, on aurait pu passer du contenu de l’Eurasie aux Amériques ou vice versa en quelques jours, cela me remplit d’intrigue et met les choses en perspective. Le temps que nous passons ici en tant que visiteurs sur cette planète est vraiment infime dans le grand ordre des choses. Nous pensons qu’une vie est longue, mais quand nous pensons à la vie de la planète, nous nous rendons compte que nous ne sommes qu’une infime partie d’un puzzle énorme et très complexe.

Comme ces pensées me traversent l’esprit, j’entends soudain Jacek crier de la salle des machines, nous disant d’arrêter les moteurs. La pompe utilisée pour le système de refroidissement du moteur tribord vient de se briser….. Cela ne s’est jamais produit auparavant sur Pangaea. C’est une question à laquelle nous devons trouver rapidement une solution, car nous aurons besoin des deux moteurs de Pangaea pour être pleinement fonctionnels si nous voulons naviguer dans la glace de mer. Je prends donc le téléphone et j’appelle mon ami Jeff Darling que nous venons de saluer à Nome. Il me répond immédiatement en me demandant “quel est le problème” avec son fort accent alaskien. Il savait qu’il n’aurait pas de mes nouvelles si tôt, à moins qu’il y ait un problème. Jeff et sa femme Peggy tiennent un atelier de pièces automobiles à Nome, et je sais que je peux compter sur eux pour trouver une pompe de remplacement en un rien de temps. Il ne perd pas une seconde, en trouve un à Homère et m’informe de m’arrêter le long de la côte dans une petite ville appelée Teller, où il enverra la pièce sur le prochain vol. On oublie donc un peu le pôle Nord, on change de cap et on se dirige vers Teller.

Je connais bien Teller. J’y ai passé beaucoup de temps pendant mon expédition Arktos autour du cercle polaire arctique entre 2002 et 2004. Pendant mon séjour là-bas, je m’étais fait un très bon ami, un certain Joe Garnie. Bien que cette situation de pompe ne soit pas pratique et cause un certain retard, un arrêt à Teller est l’occasion parfaite pour voir si Joe est toujours là et va bien !

#NorthPoleCrossing day 2-4

BLOG 2 – 23.–26.08.2019
Nome, Alaska: Every morning since we all got here, the sun barely rises, and everyone is already up and tackling their different tasks. We have two main priorities: getting the boat ready and our expedition gear prepared before we set off.

Although I tend to favor solo expeditions, I am happy to be embarking on the crossing of the Arctic Ocean with Borge. Our past polar experience together means we know each other well enough to count on one another. At times, some things don’t even need to be said or discussed, it is almost as if we know what the other thinks. I trust him with our equipment and our food rationing. This time, contrarily to our past expedition where we each brought our own equipment, we will be packing the same gear. This will allow us to minimize the weight we will have to pull in our sledges during the expedition. We are estimating our loads to weigh up to 170kgs per person, which we will split out in two sledges per person.

During my crossing of Antarctica in 2016/2017, I put all my food and equipment in one sledge that weighed over 200kg. I think back at how difficult the first couple of weeks were, pulling such a heavy load uphill onto the Antarctic plateau. The thing with weight is that you don’t want to take too much food and equipment because this will have a negative impact on how fast you make progress. But at the same time, it is essential to anticipate and pack everything one might need for the next 3 months. We cannot afford to pack less food and equipment because if we end up spending more time on the ice as initially planned, there will be no way out. It is a tough bet to make, to pack enough, yet to make sure the weight doesn’t slow us down. Fortunately, with our combined years of experience up until today, Borge and I can confidently make these bets and estimations.

As Borge fully focuses on the expedition preparation, I continue to help Bernard and the rest of the crew to fix up the boat’s withstanding issues. Before we embark on any long adventure in a remote part of the globe, we always need to make sure every single detail is double-checked, adjusted and secured. On top of that, during our sail up from Japan, we realized that our masts needed readjusting, some bolts tightening, cleaning here, polishing there, and so on.

As we get all of that sorted, Laure our French chef onboard starts working on her food provisions. Cooking for 13 people for a month is no easy task. With the help of a couple of friendly locals, she goes to one of the two supermarkets in town and empties the shelves. She starts by purchasing our stocks of protein. Followed by dry staples, fresh fruit and vegetables, canned goods, snacks and so forth. With 11 guys onboard and only 2 girls, big portions need to be planned to make sure everyone has enough energy and manages to keep warm in the cooler temperatures that are awaiting us as we head up north.

Food delivered, chopped, divided in rations, and stored. On the boat we tend to have heavier lunches, lighter dinners, and lots of sweet and salty snacks in between…We never go hungry with this talented chef onboard! Laure is so essential to the wellbeing of our team. Shas been a part of the crew since 2013, and ever since she’s been onboard, the boat is always clean and organized and our stomachs happier than ever.

We’ve been very lucky to have the local’s support and help since we’ve arrived. They have been assisting with everything from grocery shopping, to welding, to finding missing pieces and important items we might need. It is very heartwarming to arrive somewhere new and to be treated like friends from the get-go. These are the type of interactions that renew my hope in human relations and dynamics. To be able to help and count on a stranger is becoming a rare phenomenon in today’s fast-paced and ever-changing world. People have become more skeptical than trustworthy nowadays, which I can’t blame them for, but it is always a pleasant surprise to be reminded that we can still count on a stranger.

The days have been going by so fast since we’ve all arrived. Everyone’s been working hard, so much has been done, and finally it looks like we’re pretty much set to go. Tomorrow we plan on waving goodbye to our Alaskan friends and make our way through the Bering Strait to venture into the Arctic Ocean. The seas might be a little rough at first, which might be a little challenging for our newcomers onboard. But there’s nothing like rough seas to toughen a man up!

[edgtf_separator class_name=”” type=”normal” position=”center” color=”” border_style=”” width=”” thickness=”” top_margin=”” bottom_margin=””]

 

Nome, Alaska : Tous les matins depuis notre arrivée, le soleil se lève à peine, et tout le monde est déjà levé et s’attaque à ses différentes tâches. Nous avons deux priorités principales : préparer le bateau et notre matériel d’expédition avant le départ, et bien que j’aie tendance à privilégier les expéditions en solitaire, je suis heureux d’entreprendre la traversée de l’océan Arctique avec Borge. Notre expérience polaire passée ensemble signifie que nous nous connaissons assez bien pour compter les uns sur les autres. Parfois, certaines choses n’ont même pas besoin d’être dites ou discutées, c’est presque comme si on savait ce que pense l’autre. Je lui confie notre équipement et notre rationnement alimentaire.

Cette fois-ci, contrairement à notre expédition précédente où nous avions chacun apporté notre propre équipement, nous emballerons le même matériel. Cela nous permettra de minimiser le poids que nous aurons à tirer dans nos traîneaux pendant l’expédition. Lors de ma traversée de l’Antarctique en 2016/2017, j’ai mis toute ma nourriture et tout mon équipement dans un traîneau de plus de 200 kg, qui pèse environ 170 kg par personne. Je me rappelle à quel point les deux premières semaines ont été difficiles, en tirant une charge aussi lourde vers le haut sur le plateau antarctique. Le problème avec le poids, c’est que vous ne voulez pas prendre trop de nourriture et d’équipement parce que cela aura un impact négatif sur la vitesse à laquelle vous progresserez. Mais en même temps, il est essentiel d’anticiper et d’emballer tout ce dont on pourrait avoir besoin pour les 3 prochains mois. Nous ne pouvons pas nous permettre d’emballer moins de nourriture et d’équipement parce que si nous passons plus de temps sur la glace comme prévu initialement, il n’y aura pas d’échappatoire.

C’est un pari difficile à faire, à emballer suffisamment, tout en s’assurant que le poids ne nous ralentit pas. Heureusement, avec nos années d’expérience combinées jusqu’à aujourd’hui, Borge et moi pouvons faire ces paris et ces estimations en toute confiance, et comme Borge se concentre entièrement sur la préparation de l’expédition, je continue à aider Bernard et le reste de l’équipage à résoudre les problèmes de résistance du bateau.

Avant de nous lancer dans une longue aventure dans une région reculée du globe, nous devons toujours nous assurer que chaque détail est vérifié, ajusté et sécurisé. De plus, lors de notre remontée du Japon, nous avons réalisé que nos mâts avaient besoin d’être réajustés, que nos boulons devaient être serrés, nettoyés ici, polis là, et ainsi de suite. Cuisiner pour 13 personnes pendant un mois n’est pas chose facile. Avec l’aide de quelques amis locaux, elle se rend dans l’un des deux supermarchés de la ville et vide les étagères. Elle commence par acheter nos stocks de protéines. Suivent les aliments de base secs, les fruits et légumes frais, les conserves, les collations, etc. Avec 11 gars à bord et seulement 2 filles, de grosses portions doivent être planifiées pour s’assurer que tout le monde a assez d’énergie et parvient à se réchauffer dans les températures plus fraîches qui nous attendent alors que nous allons vers le nord. Sur le bateau, nous avons tendance à avoir des déjeuners plus lourds, des dîners plus légers et beaucoup de collations sucrées et salées entre les deux… Nous n’avons jamais faim avec ce chef de talent à bord ! Laure est essentielle au bien-être de notre équipe. Il fait partie de l’équipage depuis 2013, et depuis qu’il est à bord, le bateau est toujours propre et organisé et nos estomacs sont plus heureux que jamais…

Nous avons eu beaucoup de chance d’avoir le soutien et l’aide du local depuis notre arrivée. Ils nous ont aidés à tout, de l’épicerie à la soudure, en passant par la recherche de pièces manquantes et d’articles importants dont nous pourrions avoir besoin. C’est très réconfortant d’arriver dans un nouvel endroit et d’être traité comme des amis dès le départ. C’est ce type d’interactions qui renouvellent mon espoir dans les relations et les dynamiques humaines. Pouvoir aider et compter sur un étranger devient un phénomène rare dans le monde d’aujourd’hui, qui évolue à un rythme effréné.

Les gens sont devenus plus sceptiques que dignes de confiance de nos jours, ce dont je ne peux pas leur en vouloir, mais c’est toujours une agréable surprise qu’on nous rappelle que nous pouvons encore compter sur un étranger. Tout le monde a travaillé dur, tant de choses ont été faites, et finalement, il semble que nous soyons prêts à partir. Demain, nous ferons nos adieux à nos amis de l’Alaska et traverserons le détroit de Béring pour nous aventurer dans l’océan Arctique. La mer pourrait être un peu agitée au début, ce qui pourrait être un peu difficile pour nos nouveaux arrivants à bord. Mais il n’y a rien de mieux qu’une mer agitée pour endurcir un homme !

 

 

#NorthPoleCrossing : 1st day

The beginning of an expedition is always exciting! It’s the moment everyone gets together, and the anticipation starts building up because we all know, something epic is about to come up.

Shortly after arriving in Alaska, our whole expedition team gathered up in Anchorage, Alaska and flew in together to meet up with me on the boat in the small Alaskan fishing town of Nome.

I waited impatiently at the tiny airport to welcome them all. As I stood there, I remembered the last time I waited for a flight to land in this very airport. It was over 15 years ago during my Arktos expedition, when my wife Cathy and two girls Annika and Jessica flew in to spend a couple weeks with me here because I hadn’t seen them in over 3 months.

I see the small plane land in the distance. The team’s imminent arrival means one thing to me: The sooner they arrive, the sooner we can get this expedition started! I already can’t wait to be on the ice and to start walking. I’m no good at waiting. Once I have a goal set in mind, I got to get going as soon as possible, otherwise I start getting impatient and restless. It’s stronger than me, I live for adventure and it’s what drives me!

First person I see walk into the room is my daughter Annika. She will be joining the expedition to help me prepare the final details of the expedition as well as make sure the photos and videos we create are sent out to our team back in Switzerland so we can keep our website and social media platforms updated with content. I love sharing my adventures with my daughters, we always have so much fun together and I know I can rely on them to help me prepare and communicate my expeditions.

Next person to walk in is Borge, my friend and expedition partner. Seeing him here in person finally makes this expedition feel real! In a matter of weeks, the two of us will be dropped off onto the ice and our traverse will begin. Last time we embarked on an adventure together was in 2006 when we rallied the North Pole by night during the polar winter season. Over a decade has passed but our flame for pushing the limits of the human body and mind still burns strong. It’s great to realize that very little has changed since we proudly planted our Norwegian and Swiss/South African flags on the Pole on that unforgettable 23rdof March 2006. That achievement bonded us for life, we risked our lives together and relied on each other to stay alive and make it safely back home to our families. Experiences like these are not easily forgotten, on the contrary, they are deeply marking…embarking on a new expedition together was bound to happen at some point in time. And today, here we are!

As we wait for all the luggage to arrive, the rest of the team walks in. Our Russian photographer Dmitry whom we’ve been working with for many years now. Four young content creators from Switzerland and the United States. Bernard Stamm, a friend and famous Swiss sailor who will be captaining the boat once I’m undertaking my expedition. And finally, Felix, a young Chinese and German guy who accompanied me to the North Pole in 2011 as part of the Young Explorers Program during my Pangaea expedition. What is extra special about having Felix back onboard is not only because I’ve taken him to the North Pole as a kid, but also because he was part of Pangaea’s crew during expedition to Antarctica in 2016. It is great to have him back on the boat, this time for the Arctic expedition because he knows all the ins and outs of Pangaea, super reliable and dynamic, and a real asset to the team.

Once the luggage is collected and the concern of any missing bags cleared, we load the trucks and off we go to introduce the team to their new home for the next month! Given the small size of this town, it takes us less than 10 minutes to make our way from the airport to the port where the boat is docked. We make one last turn and we see Pangaea’s mast in the distance, the team points towards it, you can feel the excitement building up! As we arrive, Jacek, Laure and Sebastian, the boat’s long-term crew greet the newcomers with open arms. We are going be a total of 13 people sailing up towards the North Pole for the drop-off. Pangaea is big enough to sleep up to 30 people, but 13 people living in a confined space with no sight of land for up to a month can at times be quite challenging. So, before anyone jumps onboard, I give a small welcome talk and lay down the boat’s basic rules: no shoes, respect each other’s spaces, and above all, stay clean and organized. We load the luggage on deck, I give a quick tour of their new home, allocate everyone’s sleeping bunks and off to work we go. Everyone knows what they are here to do, and no one wastes a second. I like this energetic approach, when everyone has a role to play and is confident in that role.

I take extra time to introduce Bernard to the boat. I need to make sure he knows Pangaea almost as well as I do for him to feel comfortable navigating her once I leave. Being able to trust a dear friend with my boat is essential, it gives me peace of mind during my expedition and it guarantees Pangaea’s safe sail through the Northeast passage for them to pick us up on the other side. There is a lot to know about this vessel, so the extra days we have here in Nome will come in handy for Bernard to familiarize himself with the boat and his new crew, as well as fix up the last details before departure.

To celebrate everyone’s arrival, we get invited over for dinner by an old friend of mine, Jeff Darling and his wife Peggy whom I met back when I was here in 2003. It’s great to come back somewhere and to meet up with the same people you met over 15 years ago. Their kindness and generosity haven’t changed a bit, only the years have passed. They cook us up a delicious barbecue to fatten us up a little before we head up in the colder temperatures. We have a good catch up and decent laughs. What a perfect way to start this journey!

 


Le début d’une expédition est toujours excitant ! C’est le moment où tout le monde se rassemble, et l’anticipation commence à s’accumuler parce que nous savons tous que quelque chose d’épique est sur le point de se produire… Peu après notre arrivée en Alaska, toute notre équipe d’expédition s’est rassemblée à Anchorage, en Alaska, pour venir me rejoindre sur le bateau à Nome, la petite ville de pêcheurs d’Alaska… J’ai attendu avec impatience au petit aéroport pour les accueillir tous. Alors que je me tenais là, je me suis souvenu de la dernière fois que j’ai attendu un vol pour atterrir dans cet aéroport. C’était il y a plus de 15 ans lors de mon expédition Arktos, quand ma femme Cathy et deux filles, Annika et Jessica, sont venues passer quelques semaines avec moi ici parce que je ne les avais pas vus depuis plus de 3 mois. Je vois le petit avion atterrir au loin. L’arrivée imminente de l’équipe signifie une chose pour moi : Plus vite ils arriveront, plus vite nous pourrons commencer cette expédition !

J’ai déjà hâte d’être sur la glace et de commencer à marcher. Je ne suis pas doué pour attendre. Une fois que j’ai un objectif en tête, je dois partir le plus tôt possible, sinon je commence à être impatient et agité. C’est plus fort que moi, je vis pour l’aventure et c’est ce qui me motive ! la première personne que je vois entrer dans la pièce est ma fille Annika. Elle se joindra à l’expédition pour m’aider à préparer les derniers détails de l’expédition et s’assurer que les photos et les vidéos que nous créons sont envoyées à notre équipe en Suisse afin que nous puissions maintenir notre site Web et nos plateformes de médias sociaux à jour avec le contenu. J’adore partager mes aventures avec mes filles, nous avons toujours beaucoup de plaisir ensemble et je sais que je peux compter sur elles pour m’aider à préparer et à communiquer mes expéditions, avec Borge, mon ami et partenaire. Le voir ici en personne donne enfin l’impression que l’expédition est réelle !

Dans quelques semaines, nous serons tous les deux déposés sur la glace et notre traversée commencera. La dernière fois que nous nous sommes lancés dans une aventure ensemble, c’était en 2006, lorsque nous avons rallié le pôle Nord la nuit pendant la saison d’hiver polaire. Plus d’une décennie s’est écoulée, mais notre flamme pour repousser les limites du corps et de l’esprit humains brûle encore fort.

C’est formidable de constater que très peu de choses ont changé depuis que nous avons fièrement planté nos drapeaux norvégien, suisse et sud-africain sur le Pôle ce 23 mars 2006 inoubliable. Cette réalisation nous a unis pour la vie, nous avons risqué notre vie ensemble et nous avons compté les uns sur les autres pour rester en vie et revenir sains et saufs à la maison pour nos familles. De telles expériences ne s’oublient pas facilement, au contraire, elles marquent profondément….s’embarquer ensemble pour une nouvelle expédition devait arriver à un moment donné. Et aujourd’hui, nous y voilà ! alors que nous attendons l’arrivée de tous les bagages, le reste de l’équipe entre : notre photographe russe Dmitry avec qui nous travaillons depuis de nombreuses années. Quatre jeunes créateurs de contenu de Suisse et des Etats-Unis. Bernard Stamm, un ami et célèbre marin suisse qui sera le capitaine du bateau lorsque j’entreprendrai mon expédition. Et enfin, Felix, un jeune Chinois et Allemand qui m’a accompagné au pôle Nord en 2011 dans le cadre du programme Jeunes explorateurs lors de mon expédition Pangaea. Ce qu’il y a de spécial dans le fait que Felix soit de retour à bord, ce n’est pas seulement parce que je l’ai emmené au pôle Nord étant enfant, mais aussi parce qu’il faisait partie de l’équipage de Pangaea pendant son expédition en Antarctique en 2016. C’est génial de l’avoir à nouveau sur le bateau, cette fois pour l’expédition en Arctique car il connaît tous les tenants et aboutissants de Pangaea, super fiable et dynamique, et un réel atout pour l’équipe.

Une fois les bagages ramassés et le problème des sacs manquants réglé, nous chargeons les camions et nous partons présenter l’équipe à leur nouveau domicile pour le mois suivant ! Vu la petite taille de cette ville, il nous faut moins de 10 minutes pour nous rendre de l’aéroport au port où le bateau est amarré. On fait un dernier virage et on voit le mât de Pangaea au loin, l’équipe pointe vers lui, on sent l’excitation monter ! A notre arrivée, Jacek, Laure et Sebastian, l’équipage de longue date du bateau accueille les nouveaux venus à bras ouverts. Nous serons 13 personnes au total à remonter vers le pôle Nord pour le débarquement. Pangaea est assez grande pour accueillir jusqu’à 30 personnes, mais 13 personnes vivant dans un espace confiné sans vue sur la terre ferme pendant un mois peuvent parfois s’avérer très difficiles. Donc, avant que quelqu’un ne saute à bord, je fais un petit discours de bienvenue et j’énonce les règles de base du bateau : pas de chaussures, respecter les espaces des uns et des autres, et surtout, rester propre et organisé. Nous chargeons les bagages sur le pont, je fais un tour rapide de leur nouvelle maison, je répartis les couchettes de chacun et nous partons au travail. Tout le monde sait ce qu’il doit faire ici, et personne ne perd une seconde. J’aime cette approche énergique, où chacun a un rôle à jouer et a confiance en ce rôle, je prends le temps de présenter Bernard au bateau.

Je dois m’assurer qu’il connaisse Pangaea presque aussi bien que moi pour qu’il se sente à l’aise avec elle lorsque je partirai. Pouvoir confier mon bateau à un ami cher est essentiel, cela me donne la tranquillité d’esprit pendant mon expédition et cela garantit la sécurité de Pangaea dans le passage du Nord-Est pour qu’ils puissent venir nous chercher de l’autre côté. Il y a beaucoup de choses à savoir sur ce bateau, donc les jours supplémentaires que nous avons ici à Nome seront très utiles pour Bernard pour se familiariser avec le bateau et son nouvel équipage, ainsi que pour régler les derniers détails avant le départ. pour célébrer l’arrivée de tous, nous sommes invités à dîner par un vieil ami, Jeff Darling et sa femme Peggy que j’ai rencontrés lorsque je suis arrivé ici en 2003. C’est formidable de revenir quelque part et de rencontrer les mêmes personnes que vous avez rencontrées il y a plus de 15 ans. Leur gentillesse et leur générosité n’ont pas changé, seules les années ont passé. Ils nous préparent un délicieux barbecue pour nous engraisser un peu avant que nous nous dirigions vers le haut dans les températures plus froides. Nous avons un bon rattrapage et des rires décents. Quelle belle façon de commencer ce voyage !

#K2Calling – La route vers le K2

Blog écrit par Charles Audier

Arrivés à Islamabad le 6 juin dernier, on se confronte aux premières réalités de l’expédition, les douanes ont bloqués les antennes speedcast nécessaires à la communication lors de l’expédition. Pas de temps à perdre, on file à l’enregistrement pour notre vol vers Skardu. Nous scotchons les bagages les uns aux autres pour passer les contrôles et Mike joue de son charme avec l’hôtesse de bord pour faire passer nos 50 kilos en trop dans la soute de l’avion. Première mission réussie. On s’installe dans l’avion et découvrons le paysage fascinant des montagnes du Karakoram à travers le hublot. L’avion se pose et le cirque des bagages recommencent. On entasse le matériel sur des 4×4 et filons vers l’hôtel Concordia de Skardu. Ce sera notre camp de base pour les 48 prochaines heures. Après, nous dirons adieu à la civilisation. Mike et Fred nous préparent à l’aventure, on regarde le parcours avec excitation et appréhension. Dès le premier souper, le binôme d’explorateurs nous fait rêver et peur avec des histoires rocambolesques. Au matin une horde de Toyota Land Cruiser d’un autre temps – aux peintures folkloriques et aux pilotes expérimentés aussi hauts en couleurs – nous retrouve à l’hôtel.

On file à la hâte a travers des paysages montagneux sublimes. Fin du macadam, on avale les kilomètres au rythme des postes militaires égrainés sur le parcours de 240 km à effectuer en 8 heures. Nous nous enfonçons dans un paysage de plus en plus lunaire. On ne sait pas trop si nous traversons Mars ou parcourons la lune en plein soleil. Les ravins abrupts et les sentiers étriqués ne nous laisse pas le temps de rêvasser. Cramponnés aux sièges on se surprend de vertiges en passant la tête par la fenêtre comme coincés entre les surplombs infinis en contre bas et l’imposante domination des montagnes alentours. Le soleil tombe derrière les cimes, nous arrivons à Askole. Dès lors tout se fera à pied. On passe notre première nuit sous la tente et au petit matin le village s’est attroupé autour de nous pour participer à l’aventure. Les Serdar – guide de locaux de l’expédition – recrute à tour de bras. Le soleil grimpe et nous filons vers Juhla, première halte après 8 heures de marche dans le canyon. Le soleil tape et cette mise en jambe annonce la couleur du périple : 20km pour cette première journée et les premiers coups de soleil pour l’équipe.

A demain pour la rencontre avec le glacier de Baltoro !

#K2Calling – Mike’s K2 Diary

Hello everyone, this is Mike reporting from K2 base camp. It has been an intense week trekking up to K2 base camp. Heavy snows started falling from day 1 and didn’t stop until we reached base camp. This is quite a change from our last K2 expedition in 2015, when it only started snowing on our last day before reaching K2 base camp. Occasional snowfalls are to be expected around 5000m and upwards, however I was surprised to witness snow on the second day of our trek.
These conditions have unfortunately made it impossible for us to use our various devices and the lack of sun meant we were unable to use our solar panels to charge our batteries. For this reason, we haven’t been able to provide our team back home with updates and content, as well as tune in to live Q&A’s. But now that we have all arrived at base camp, we hope to be able to catch up on the content and updates you have been missing out on.
To start off with, here are a couple lines from my daily diary:

Wednesday 12th of June
Snowing here this morning, we decided to set out a little later so that the porters don’t have to walk in the fresh snow. We are all well rested and ready to hike higher. The only problem we have is that we have no power to send content because we haven’t had any sun for the past 3 days – impossible to charge the batteries of our communication devices.

Thursday 13th of June
Still snowing nonstop here. We managed to hike up to 4000m today in fresh snow. The porters decided to stay lower in altitude and wait for the bad weather to pass. Our solar system has not been very efficient on the move in bad weather so no live content can be sent at this stage until the weather improves a little. The whole team is doing well and adapting to the altitude.

Friday 14th of June
Arrived in camp “Goro2” for the night. So much snow around the mules might not be able to make it to Concordia tomorrow due to the snow. They will go as far as they can and leave the equipment there to be picked up by porters on foot. It was an amazing day with no clouds in the sky. It feels nice to have good weather for a day. A lot of great content created so far; everyone is working hard when we reach base camp, I hope we will be able to start sending.

Saturday 15th of June
Arrived in Concordia. The fresh snow is knee deep. Tomorrow morning Fred and I will scout a route through the glacier covered with snow that will lead us to K2 base camp. It is still cloudy. K2 and Broad Peak stay hidden behind a curtain of clouds. We can feel the power of the mountains without seeing them at the end of the valley. Tomorrow night we will finally sleep at the foot of K2.

Sunday 16th of June
Fred and I had to make the tracks in heavy snow. The rest of the team and porters stayed behind in Concordia. Tonight, the track will freeze, and we hope the porters and the rest of the team will be able to use the frozen tracks to join us in K2 base camp tomorrow. Some of our climbing equipment had to stay in camp “Goro2” because the mules could not get through the snow. We are feeling strong and are extremely happy to be at BC sharing a tent with friendly Pakistani.

Tuesday 18th of June
The whole team arrived at base camp today! Still snowing though, and we are still waiting for some our climbing equipment. Our power situation is not very easy due to the lack of sun, but I will try to send some photos and short videos, and perhaps find enough power and connection to try and do a live tomorrow.

Mike is in a constant state of travel and adventure , so keep up to date on all his expeditions !