fbpx

BLOG 5 – 06 – 10.09.2019 : SAILING ICE

BLOG 5 – 06 – 10.09.2019
September 6th, 2am: We finally started sailing through ice today! We all had impatiently been waiting for this moment. Once we had passed the mark of 81 degrees North, the guys on watch shouted: “Ice! I can see Ice!”. I immediately jumped out on deck to see it for myself. They were right, we could spot small pieces floating in the distance. “Finally” I thought to myself…This meant we were getting closer. Excitement started building up inside me, I could feel it…I bet the others could have guessed it by the massive smile on my face.
Although we were all longing to set sight on the first bits and pieces of floating ice, I knew this also meant that the more challenging part of our sailing itinerary would finally begin: navigating through ice.
Ice navigation is a lot more complex than one can imagine. So far we have been talking about the drop-off at 85 degrees North, as if it was an easy point to achieve. Whereas in fact, the expedition will only be possible if we first manage to get to the drop-off point with Pangaea. By carefully studying daily satellite images sent to us by the Norwegian Ice Survey – on which different colour schemes represent varying ice thicknesses – we put together what seems like the most accessible  course by pinpointing progressive GPS waypoints in order for us to reach a point of departure that suits both Borge and myself. This process needs to be repeated and recalculated on a daily basis because of the drifting of the sea ice. Meaning that every day new satellite images come in and new GPS waypoints need to be pinpointed to define our new itinerary for the day. A process like this would be impossible without the new satellite connection system my new partner Speedcast installed on the boat. Without satellite connection, we would have had to navigate through the ice solely by visual means, similarly to what had been done by the explorers that inspired us when we were kids, such as Nansen and Amundsen.
Although satellite communications is a definite plus, navigating through ice on a sailing vessel still. requires a lot of effort and attention. Someone constantly needs to manually manoeuvre the boat from the helm while we are in movement. In order to manoeuvre steadily and efficiently, we hoist someone to the top of the mast to get a better overall view of the ice and its passageways. The person on top of the mast calculates the best looking itinerary while keeping in mind our desired course. He then yells indications and directions to the person steering the boat. The trick is to sail from one stretch of open water to the next by following open-water leads or by breaking our way through thin ice. Although Pangaea is designed to break ice, its small size, weight and engine power does not allow us to break through thick ice. Often, in situations with a high percentage of ice coverage, it is difficult to judge where the boat can and should venture or not. As a result, we occasionally reach dead-ends; spots where the boat cannot go any further, requiring us to reverse in our tracks (sometimes for very large distances), in order to take an alternative lead further back. 
There is a very small margin for error when it comes to finding that ideal departure spot. We need to sail as far north as possible without risking to get the boat stuck in the ice, but we also have to sail far enough north to find thick enough ice for Borge and myself to safely start our expedition on. Which is why every degree counts in these conditions. If we do not manage to make it to (or close enough to) 85 degrees North, Borge and I have will have no choice but to give up on our expedition. The reasons for this are quite simple, but can be difficult to conceive for those reading these lines in the warmths of their homes. 
I’ll explain: 
  • The departure point of 85 degrees North has been precisely calculated by Borge and myself to ensure that we can make the crossing in time before the Arctic winter begins.
  • If the Arctic winter begins, this means two things:
    • Pangaea will not be able to sail as far north as planned to make it in time to the pickup location on the Norwegian side before the ice over the Arctic Ocean starts expanding and thickening in November/December.
    • Borge and I will run out of food rations faster because we will have a longer distance to cover to meet up with the boat. In addition to that, due to the cooler temperatures during winter, we will have to consume a larger amounts of calories in order to have enough energy to make progress. And at the same time, we cannot afford to pack too much extra portions because that would mean extra weight, which in turn means slower progress.

 

  • The ice conditions below the mark of (or close enough to) 85 degrees North are not stable enough to allow us to make progress without risking falling in the water openings found between ice floes. So long as Pangaea can make progress through the ice, we shouldn’t be walking on it.
  • However if we do not make it to 85 degrees North but find a departure point above 84 degrees North where the ice seems solid enough for us to walk on, we would be willing to start our expedition from that point. 
  • Borge and myself have nevertheless anticipated potential delays and have as a result packed sufficient food to spend a maximum of 3 months on the ice in case we start from a more southern point OR if the upcoming winter season slows down our progress. 
  • One thing to also keep in mind is the drifting ice. Given that the Arctic is an ocean and not a continent, the ice and the water below it is in constant movement. Borge and myself have been studying the drift patterns carefully in order to pick a departure point and an itinerary adaptable to drift patterns. These can be affected by tide cycles, wind, water temperatures, amongst other factors.
Given all the unknown and unpredictable variables that come into play, it is a pretty tough gamble to make, as well as a tough one to be fully confident about. But that’s also what makes this expedition particularly exciting. Similarly to K2, nature has the first word here. Either the conditions are in our favour and the timing is right, or they’re simply not. 
Climate change also has an effect on the success of this expedition. The ice covering the Arctic Ocean has been melting at a staggering speed. The quest to achieve the latitude of 85 degrees degree North in a sailing vessel would have never been possible in the past. Which means that Pangaea too, will be on a world first mission. No sailing vessel has ever passed the mark of 85 degrees North because of the sea ice would have prevented them from reaching that latitude sooner. If we manage to completed this quest with Pangaea, it will not so much be seen as an achievement, but rather as undeniable evidence that our polar regions are undergoing drastic changes. Ironically, the success of this expedition is in correlation to the melting sea and should as a consequence also serve as a warning of the increasing issues of climate change.
As a team we have decided not to set ourselves too many limitations and expectations. Given the uniqueness of this trip, we agreed to head into it with an open and observing mind. I can predict that the next couple of days are going to be challenging, but they will also be extremely interesting. There is a lot to learn about nature when you venture into some of its more remote corners. That is also why I find it important to share this journey with as many people as possible through words, photos and videos, because this part of the world deserves to be spoken about and cared for.
[edgtf_separator class_name=”” type=”normal” position=”center” color=”” border_style=”” width=”” thickness=”” top_margin=”” bottom_margin=””]

[edgtf_separator class_name=”” type=”normal” position=”center” color=”” border_style=”” width=”” thickness=”” top_margin=”” bottom_margin=””]

Le 6 septembre à 2h du matin : Nous avons enfin commencé à naviguer sur la glace aujourd’hui ! Nous attendions tous ce moment avec impatience. Une fois que nous avons passé la marque du 81° Nord, les gars de quart ont crié : “Glace ! Je vois Ice !”. J’ai immédiatement sauté sur le pont pour m’en rendre compte par moi-même. Ils avaient raison, nous pouvions voir de petits morceaux flotter au loin. “Enfin”, me suis-je dit… Ça voulait dire qu’on se rapprochait. L’excitation a commencé à s’accumuler en moi, je l’ai sentie… Je parie que les autres l’ont deviné par le sourire massif sur mon visage… Bien que nous souhaitions tous voir les premiers morceaux de glace flottante, je savais aussi que la partie la plus difficile de notre itinéraire de navigation allait enfin commencer : la navigation sur la glace.la navigation dans la glace est beaucoup plus complexe que je peux imaginer. Jusqu’à présent, nous avons parlé du déclin à 85 degrés nord, comme si c’était un point facile à atteindre. Alors qu’en fait, l’expédition ne sera possible que si nous arrivons d’abord au point de débarquement avec Pangaea. En étudiant attentivement les images satellites quotidiennes qui nous sont envoyées par le Norwegian Ice Survey – sur lesquelles différents schémas de couleurs représentent différentes épaisseurs de glace – nous mettons ensemble ce qui semble être le parcours le plus accessible en identifiant les points de cheminement GPS progressifs afin d’atteindre un point de départ qui nous convient à Borge et à moi-même.

Ce processus doit être répété et recalculé quotidiennement en raison de la dérive de la glace de mer. Ce qui signifie que chaque jour de nouvelles images satellites arrivent et que de nouveaux points de cheminement GPS doivent être localisés pour définir notre nouvel itinéraire de la journée. Un tel processus serait impossible sans le nouveau système de connexion par satellite que mon nouveau partenaire Speedcast a installé sur le bateau. Sans connexion par satellite, nous aurions dû naviguer dans les glaces uniquement par des moyens visuels, tout comme les explorateurs qui nous ont inspirés quand nous étions enfants, comme Nansen et Amundsen.

Bien que les communications par satellite soient un avantage certain, naviguer dans les glaces sur un voilier demande encore beaucoup d’efforts et d’attention. Quelqu’un doit constamment manœuvrer manuellement le bateau depuis la barre pendant que nous sommes en mouvement. Afin de manœuvrer de façon régulière et efficace, nous hissons quelqu’un en haut du mât pour avoir une meilleure vue d’ensemble de la glace et de ses passages. La personne en haut du mât calcule l’itinéraire le plus beau tout en gardant à l’esprit notre parcours désiré. Il crie ensuite des indications et des directions à la personne qui dirige le bateau. L’astuce consiste à naviguer d’une étendue d’eau libre à l’autre en suivant les chenaux d’eau libre ou en se frayant un chemin à travers la glace mince. Bien que la Pangaea soit conçue pour briser la glace, sa petite taille, son poids et la puissance de son moteur ne nous permettent pas de briser la glace épaisse. Souvent, dans les situations où le pourcentage de couverture de glace est élevé, il est difficile de juger où le bateau peut et doit s’aventurer ou non. En conséquence, nous arrivons parfois à des impasses, des endroits où le bateau ne peut pas aller plus loin, ce qui nous oblige à faire marche arrière dans nos traces (parfois sur de très grandes distances), afin de prendre un autre chemin plus loin en arrière.

Il y a une très petite marge d’erreur lorsqu’il s’agit de trouver le point de départ idéal. Nous devons naviguer le plus au nord possible sans risquer de coincer le bateau dans les glaces, mais nous devons aussi naviguer assez au nord pour trouver suffisamment de glace pour que Borge et moi-même puissions commencer notre expédition en toute sécurité. C’est pourquoi chaque degré compte dans ces conditions. Si nous n’arrivons pas à atteindre (ou assez près de) 85 degrés Nord, Borge et moi n’aurons d’autre choix que d’abandonner notre expédition. Les raisons en sont très simples, mais peuvent être difficiles à concevoir pour ceux qui lisent ces lignes dans la chaleur de leur foyer. 

Je vais t’expliquer :

  • Le point de départ du 85° Nord a été calculé avec précision par Borge et moi-même pour nous assurer que nous pourrons faire la traversée à temps avant le début de l’hiver arctique.

 

  •  Si l’hiver arctique commence, cela signifie deux choses : Si l’hiver arctique commence,
    • Pangaea ne pourra pas naviguer aussi loin au nord que prévu pour arriver à temps au point de ramassage du côté norvégien avant que la glace sur l’océan Arctique ne commence à s’étendre et à épaissir en novembre/décembre.
    • Borge et moi serons à court de rations alimentaires plus rapidement car nous aurons une distance à parcourir pour rejoindre le bateau plus tard. De plus, en raison des températures plus fraîches en hiver, nous devrons consommer davantage de calories pour avoir assez d’énergie pour progresser. En même temps, nous ne pouvons pas nous permettre d’emballer trop de portions supplémentaires, car cela signifierait un surpoids, ce qui ralentirait les progrès.

 

  • Les conditions glacielles sous la marque de 85 degrés nord (ou assez près) ne sont pas assez stables pour nous permettre de progresser sans risquer de tomber dans les ouvertures d’eau situées entre les floes de glace.
  • Tant que Pangaea peut progresser à travers la glace, nous ne devrions pas marcher dessus, mais si nous n’arrivons pas jusqu’à 85 degrés nord mais que nous trouvons un point de départ au-dessus de 84 degrés nord où la glace semble assez solide pour que nous puissions marcher dessus, nous serions prêts à commencer notre expédition depuis ce point.

 

  • Borge et moi avons néanmoins anticipé des retards potentiels et avons donc emporté suffisamment de nourriture pour passer un maximum de 3 mois sur la glace au cas où nous partirions d’un point plus au sud OU si la prochaine saison d’hiver ralentissait notre progression.

 

  • Il faut aussi garder à l’esprit la dérive des glaces. Étant donné que l’Arctique est un océan et non un continent, la glace et l’eau qui l’entoure sont en mouvement constant. Borge et moi-même avons étudié attentivement les modèles de dérive afin de choisir un point de départ et un itinéraire adaptable aux modèles de dérive.

Compte tenu de toutes les variables inconnues et imprévisibles qui entrent en jeu, c’est un pari assez difficile à faire, ainsi qu’un pari difficile dont il faut avoir pleinement confiance. Mais c’est aussi ce qui rend cette expédition particulièrement passionnante. Tout comme K2, la nature a le premier mot ici. Soit les conditions sont en notre faveur et le moment est bien choisi, soit elles ne le sont tout simplement pas. 

Le changement climatique a également un effet sur le succès de cette expédition. La glace qui recouvre l’océan Arctique fond à une vitesse vertigineuse. Par le passé, il n’aurait jamais été possible d’atteindre la latitude de 85 degrés nord à bord d’un voilier. Ce qui signifie que Pangaea aussi, sera en première mission mondiale. Aucun voilier n’a jamais franchi la barre des 85 degrés nord, car la glace de mer les aurait empêchés d’atteindre cette latitude plus tôt. Si nous parvenons à mener à bien cette quête avec Pangaea, elle ne sera pas tant perçue comme une réussite, mais plutôt comme une preuve indéniable que nos régions polaires sont en train de subir des changements radicaux. Ironiquement, le succès de cette expédition est en corrélation avec la fonte des neiges et devrait par conséquent également servir d’avertissement face aux problèmes croissants du changement climatique, et nous avons décidé en équipe de ne pas nous fixer trop de limites et d’attentes.

Étant donné le caractère unique de ce voyage, nous avons accepté d’y aller avec un esprit ouvert et observateur. Je peux prédire que les deux prochains jours seront difficiles, mais ils seront aussi extrêmement intéressants. Il y a beaucoup à apprendre sur la nature lorsque vous vous aventurez dans certains de ses coins les plus reculés. C’est aussi pour cela qu’il me semble important de partager ce voyage avec le plus de gens possible par des mots, des photos et des vidéos, parce que cette partie du monde mérite d’être connue et soignée.

 

 

BLOG 4 – 05.09.2019 – Through the Bering Strait and into the Arctic Ocean

BLOG 4 – 05.09.2019 – Through the Bering Strait and into the Arctic Ocean

Just when we thought Pangaea’s issues were over and we could finally focus on our goal, the next problem came knocking on the door. As we left Teller and adjusted our course towards the Pole, our automatic piloting system gave in on us.

Pangaea’s never had so many unexpected issues. As always, I keep my positive attitude and don’t interpret these challenges as signals that the quest we have decided to undertake, might be a bad idea. On the contrary, I take these knocks on the door as small blessings in disguise. They serve to keep us alert and to develop a problem-solving attitude from the very start.

Too often, I see people give up on their dreams or even on their simple daily tasks because complications occur. “Things didn’t play out as I expected them to…now what do I do?!” It is exactly in this very instant that you have to put your head down and get to work. Because nothing in life that deserves to be achieved, will ever come easy. We’ve all become so used to things coming easy. I’m not sure what’s the cause of this…Maybe it’s due to the fast paced world we live in. Today’s world of abundant options has made it too simple for us to give up or look elsewhere, and in some ways even I have become a victim of this. It isn’t quite fair blaming our developing world for our increasing laziness. I’m all for a world of more opportunities, it certainly would have saved me quite some troubles in the past, but I’m not for a world where we forget what it feels like to invest genuine effort to achieve something we truly believe in. It’s not because things have become more accessible that we should take them for granted. Because at the end of the day, there is nothing more fulfilling than that feeling of achievement after having fought for something you believed was worth the sweat and tears.

I realise I have just gone deeper in my reflection than initially intended. But that’s what I tend to do. Minor issues remind me of the more significant problems our world is facing, or that we face as humans. All of this to say that Pangaea is putting us in yet another uncomfortable situation but I have decided to take it as a blessing rather than a curse.

With my problem-solving cap now on, I check the map for the next villages we could potentially stop in to get our autopilot back on track. It looks like the next town is a bit of a detour and would thus cause further delays. So I gather the crew and we make a vote. The options are the following: Either we make this detour, stop in a coastal village called Point Hope, with hopes of resolving the issue. OR we pursue our course towards the Pole, and navigate the same way as the explorers that inspired us, that is manually, at the helm 24/7. I immediately admit that I’m not against traveling the old-school way, making a point that automatic systems always fail, but manual systems never do! This decision is out of my hands however, as on this trip, I am no longer the boat’s captain my friend Bernard Stamm is. If all goes according to plan, Borge and myself will be jumping off the boat in a matter of days, whereas Bernard and the rest of the boat and media crew will still undergo another two-week’s sail through the Northeast Passage before reaching the island of Svalbard in Norway.

Votes in, we decide to make the detour and stop in Point Hope. After all, one day less or one day more shouldn’t really impact our expedition. Or at least, I try to convince myself that it won’t. By precaution, Borge informs me that he will still make the most of this premeditated stop to purchase extra expedition snacks to prepare spare portions in case we were to spend more time on the ice as initially planned (70 days).

Just like the Teller, the previous town we stopped in, I am quite familiar with Point Hope. It was another one of the stops during my Arktos expedition. Cathy, the girls and a bunch of friends had flown in to meet me there in 2003. I remember spending a great time with my loved ones there. We had visited parts of Alaska very few had ever traveled to. We had been guided by a local Inuit, Steve Umaktuk, who kept on reminding us that “two bones made one whale”, and he also introduced us to the local traditions such as the Inuit music, the dancing that goes along with it and made us discover a taste and a texture many of us could have lived without, whale and seal blabber. Just the thought of these fond memories, make me look forward to revisiting the small town, and hopefully similarly to what happened with Joe Garnie, I might end up finding my old buddy Steve Umaktuk somewhere!

Steve didn’t recognise me at first. When I told him I was from South African and Switzerland spent quite some time here over 15 years ago, he had even told me: “I have an old friend called Mike Horn who has a similar story”. It didn’t take him very long after that to put two and two together and to realise that it was me he was talking about. Just like Joe in Teller, Steve couldn’t believe I had just showed up out of nowhere with no forewarning. He invited us in his little home for coffee. Shirt off, he was busy chopping up caribou meat on the kitchen table. He was thrilled to see me, and so was I.

In the meantime, Jacek, the engineer, had solved the autopilot issue, which meant we could finally set sail again! Everyone onboard was out on deck and an excited energy was lingering around us, or maybe it was the delicious smell of freshly baked cake coming from the galley. Not that Laure needs a reason to bake cake, but today, was Sebastian’s birthday. Sebas, is the latest addition to Pangaea’s sailing crew. A young finance professional from South Africa, an old family friend, an intrepid who chose to celebrate his 27th birthday on a boat in the middle of nowhere. We never miss out on an opportunity to sing, smile and eat cake on this boat, and birthdays are always the perfect excuse. We made the most of having everyone out on deck to snap a quick group photo, first a civil one, which quickly turned into something more fun, truly portraying the dynamic ambience going on on Pangaea. Once our bellies were full of delicious cinnamon and apple cake, we finally made our way. A beautiful scenery bid us farewell. Rocky chunks of land fell into the open water. The cliffs shined in the afternoon sunlight. We were leaving the coast, this time for good…As we leave the coast behind us, I run inside and grab a bottle of wine and tell the crew to follow me. I go back on deck and pour some wine in the water to ask for Neptune’s blessing on this journey. Hopefully the God of water will appreciate this offering and send good currents our way.

Life onboard is lot more lively than one would imagine. There is no time to get bored when you’re 12 people on a 30m boat sailing in uncharted parts of the globe. We all have different roles here and we all work hard to fulfil them without getting in each other’s ways. It’s all about finding the perfect balance. Figuring out a way to live in synch in spite of the confined space. Because of the watch system we put in place, we each end up living at different times of the day. While some sleep, others are on duty, looking out for any obstacles along our course, or system blips. Then there’s Laure, in charge of the kitchen; Borge fully focused on prepping every detail of the expedition; Mike and Bernard, navigating Pangaea, with a little expedition prep when the conditions are calm; Jacek, head in the engine room; and the rest, juggle between watches and their media or deckhand tasks.

I’m happy with the team we’ve put together. Everyone gets on well and adds something unique to the group’s dynamic. With six youngsters under the age of 28, I sense a strong pull towards wanting to learn and contribute onboard, and that’s something that inspires me and gives me hope for future generations. This is a one-of-a-king experience for them to live and they’re all cherishing it to the fullest and learning valuable lessons along the way. I’d even say the same applies to the oldies onboard. Every adventure is entirely different and special in its on way. That’s what I love about exploration, no today will ever be the same as any yesterday! And as for what’s in store for tomorrow? Well, that is completely up to the unknown!

 


 

Juste au moment où nous pensions que les problèmes de Pangaea étaient terminés et que nous pouvions enfin nous concentrer sur notre objectif, le problème suivant est venu frapper à la porte. Alors que nous quittions Teller et ajustions notre route vers le Pôle, notre système de pilotage automatique a cédé sur nous.

Pangaea n’a jamais eu autant de problèmes inattendus. Comme toujours, je garde mon attitude positive et n’interprète pas ces défis comme des signaux que la quête que nous avons décidé d’entreprendre, pourrait être une mauvaise idée. Au contraire, je prends ces coups à la porte comme de petites bénédictions déguisées. Ils nous permettent de rester vigilants et de développer une attitude de résolution de problèmes dès le début.

Trop souvent, je vois des gens renoncer à leurs rêves ou même à leurs simples tâches quotidiennes parce que des complications surviennent. “Les choses ne se sont pas déroulées comme je m’y attendais… qu’est-ce que je fais maintenant ?!” C’est exactement à ce moment précis que vous devez baisser la tête et vous mettre au travail. Parce que rien dans la vie qui mérite d’être accompli, ne sera jamais facile. On s’est tellement habitués à ce que les choses deviennent faciles. Je ne suis pas sûr de la cause de tout cela… C’est peut-être dû au rythme effréné du monde dans lequel nous vivons. Le monde d’aujourd’hui, où les options abondent, nous a rendu trop simple pour abandonner ou regarder ailleurs, et d’une certaine façon, je suis même devenu une victime de cette situation. Ce n’est pas tout à fait juste de blâmer notre monde en développement pour notre paresse croissante. Je suis tout à fait pour un monde de plus d’opportunités, cela m’aurait certainement évité bien des ennuis dans le passé, mais je ne suis pas pour un monde où nous oublions ce que c’est que d’investir de véritables efforts pour réaliser quelque chose en quoi nous croyons vraiment. Ce n’est pas parce que les choses sont devenues plus accessibles que nous devrions les tenir pour acquises. Parce qu’en fin de compte, il n’y a rien de plus satisfaisant que ce sentiment d’accomplissement après s’être battu pour quelque chose qui, selon vous, valait la peine d’être transpiré et pleuré.

Je me rends compte que je viens d’aller plus loin dans ma réflexion qu’initialement prévu. Mais c’est ce que j’ai tendance à faire. Les problèmes mineurs me rappellent les problèmes les plus importants auxquels notre monde est confronté, ou auxquels nous sommes confrontés en tant qu’êtres humains. Tout cela pour dire que Pangaea nous met dans une autre situation inconfortable, mais j’ai décidé de prendre cela comme une bénédiction plutôt que comme une malédiction.

Maintenant que ma casquette de résolution de problèmes est en place, je vérifie la carte des prochains villages où nous pourrions éventuellement faire escale pour remettre notre pilote automatique sur les rails. Il semble que la prochaine ville est un peu un détour et causerait donc des retards supplémentaires. J’ai donc rassemblé l’équipe et nous avons fait un vote. Les options sont les suivantes : Soit nous faisons ce détour, soit nous nous arrêtons dans un village côtier appelé Point Hope, avec l’espoir de résoudre le problème. OU nous poursuivons notre route vers le pôle, et naviguons de la même manière que les explorateurs qui nous ont inspirés, c’est-à-dire manuellement, à la barre 24h/24 et 7j/7. J’avoue tout de suite que je ne suis pas contre les voyages à l’ancienne, faisant remarquer que les systèmes automatiques échouent toujours, mais que les systèmes manuels ne le font jamais ! Mais cette décision ne dépend pas de moi, car sur ce voyage, je ne suis plus le capitaine du bateau, mon ami Bernard Stamm. Si tout se passe comme prévu, Borge et moi sauterons du bateau dans quelques jours, tandis que Bernard et le reste de l’équipage du bateau et des médias passeront encore deux semaines dans le passage du Nord-Est avant de rejoindre l’île de Svalbard en Norvège.

Votes, nous décidons de faire le détour et de nous arrêter à Point Hope. Après tout, un jour de moins ou un jour de plus ne devrait pas vraiment affecter notre expédition. Ou du moins, j’essaie de me convaincre que non. Par précaution, Borge m’informe qu’il profitera toujours de cet arrêt prémédité pour acheter des collations d’expédition supplémentaires pour préparer des portions de rechange au cas où nous devrions passer plus de temps sur la glace comme prévu initialement (70 jours).

Tout comme le Teller, la ville précédente où nous nous sommes arrêtés, je connais bien Point Hope. C’était une autre étape de mon expédition à Arktos. Cathy, les filles et une bande d’amies étaient venues me rejoindre en 2003. Je me souviens avoir passé un bon moment avec mes proches là-bas. Nous avions visité des parties de l’Alaska où très peu de gens s’étaient jamais rendus. Nous avions été guidés par un Inuit de la région, Steve Umaktuk, qui n’arrêtait pas de nous rappeler que ” deux os ne faisaient qu’une seule baleine “, et il nous a également fait connaître les traditions locales telles que la musique inuite, la danse qui l’accompagne et nous a fait découvrir un goût et une texture dont beaucoup d’entre nous auraient pu se passer, la baleine et le blabber de phoque. Rien que de penser à ces bons souvenirs, j’ai hâte de revisiter la petite ville et, espérons-le, de la même façon que Joe Garnie, je finirai peut-être par trouver mon vieux pote Steve Umaktuk quelque part !

Steve ne m’a pas reconnu au début. Quand je lui ai dit que j’étais sud-africain et que la Suisse avait passé pas mal de temps ici il y a plus de 15 ans, il me l’avait même dit : “J’ai un vieil ami, Mike Horn, qui a une histoire similaire.” Il n’a pas mis beaucoup de temps à faire le rapprochement et à réaliser que c’était de moi qu’il parlait. Tout comme Joe dans Teller, Steve n’arrivait pas à croire que je venais d’apprendre

 

Pictures : Dmitry Sharomov

BLOG 3 – 31.09.2019 – LEAVING NOME AND STOPPING IN TELLER

After a full week of repairs and preparations, it was finally time for us to leave Nome. We were so warmly welcomed and helped by my old friends and local community that we all only hold fond memories of our short stay here. But now, it’s time for us to change horizons and head north.

Bernard has been in contact with a weather professional based in Norway, who has been sending us daily sea ice updates. We have thus been able to observe the ice conditions quite closely and so far they seem to be in our favour. We cannot waste time however, winter will be coming in rapidly. Already, the long sunny days are getting shorter, and the temperatures are getting cooler, the end of summer is definitely on its way.

After two days in Nome, we were all impatient to start sailing. Initially our plan had only been to stay a couple days, but Jacek, the boat’s engineer, discovered an issue with the engine, forcing us to wait for a spare part to be flown in from Anchorage. Once the engine was repaired, Bernard the boat’s skipper, told us there was no point leaving now because bad weather was coming in. We then had no choice but to wait for the rain to stop and the seas to calm down, and with only 4 days behind schedule we could set finally sail.

I love sailing out of ports! It is always an exciting moment. When you finally leave somewhere and head towards your next destination. As we sailed out of Nome, the whole crew was on deck, some were waiving goodbye to our dear friends at the dock, others were capturing the intensity of the moment on camera and I was at the helm, sight set on my goal and enjoying the sea breeze I had been longing for.

We hoisted the sails and headed straight towards our goal: the Pole. Our itinerary would see us sail the Bering sea along the Alaskan coast before making our way through the Bering Strait. The Bering Strait is a strait of the Pacific, which separates Russia and Alaska slightly south of the Arctic Circle at the latitude of about 65 degrees North. The strait is named after Vitus Bering, one of the many explorers I admired as a kid, who served for the Russian Empire. Back in the times of the Earth’s historic ice ages, present-day eastern Siberia and the United States’ state of Alaska were connected by a land bridge, known as the Bering Land Bridge, now fully submerged by the sea making it possible for boats to sail through.

I love traveling to parts of the world that have evolved over time. Sailing the Bering Strait and telling myself that long ago one could have walked from the contient of Eurasia to the Americas or vice versa in a matter of days fills me with intrigue and puts things into perspective. Our time here as visitors on this planet is truly minute in the grand scheme of things. We think a lifetime is long, but when we think about the planet’s lifetime, we realise that we’re just a tiny fraction of piece of a huge and very complex puzzle.

As these thoughts cross my mind, I suddenly hear Jacek yell from the Engine room, telling us to stop the engines. The pump used for the starboard engine’s cooling system just broke….This has never happened on Pangaea before. This is an issue we need to find a solution for quickly, as we will be needing both of Pangaea’s engines to be fully functional if we want to sail in sea ice. I therefore grab the phone and call my friend Jeff Darling whom we just had just waved goodbye to in Nome. He responds immediately asking me “what’s the problem?” in his strong Alaskan accent. He knew he wouldn’t be hearing from me so soon unless there was an issue. Jeff and his wife Peggy hold an auto parts shop in Nome, and I know I can count on them to find a replacement pump in no time. He doesn’t waste a second, locates one in Homer and informs me to stop along the coast in a small town called Teller,  to where he will send the part on the next flight in. We thus forget about the North Pole for a bit, change our course and head towards Teller. 

I know Teller well. I spent a lot of time there during my Arktos expedition around the Arctic Circle between 2002 and 2004. During my stay there I had made a very good friend, a guy called Joe Garnie. Although this pump situation is inconvenient and will cause some delay, a stop in Teller is the perfect opportunity to see if Joe’s still around and doing well!

[edgtf_separator class_name=”” type=”normal” position=”center” color=”” border_style=”” width=”” thickness=”” top_margin=”” bottom_margin=””]

Après une semaine complète de réparations et de préparations, il était enfin temps pour nous de quitter Nome. Nous avons été si chaleureusement accueillis et aidés par mes vieux amis et la communauté locale que nous ne gardons tous que de bons souvenirs de notre court séjour ici. Mais maintenant, il est temps pour nous de changer d’horizon et de nous diriger vers le nord.

Bernard a été en contact avec un professionnel de la météo basé en Norvège, qui nous a envoyé des mises à jour quotidiennes sur la glace de mer. Nous avons ainsi pu observer de très près l’état des glaces et, jusqu’à présent, elles semblent être en notre faveur. Nous ne pouvons pas perdre de temps, cependant, l’hiver arrivera rapidement. Déjà, les longues journées ensoleillées sont de plus en plus courtes et les températures de plus en plus fraîches, la fin de l’été est définitivement en route.

Après deux jours à Nome, nous étions tous impatients de commencer à naviguer. Au départ, nous avions prévu de rester quelques jours, mais Jacek, l’ingénieur du bateau, a découvert un problème avec le moteur, nous obligeant à attendre qu’une pièce de rechange arrive d’Anchorage. Une fois le moteur réparé, Bernard, le skipper du bateau, nous a dit qu’il ne servait à rien de partir maintenant car le mauvais temps arrivait. Nous n’avons alors eu d’autre choix que d’attendre que la pluie s’arrête et que la mer se calme, et avec seulement 4 jours de retard, nous avons pu enfin prendre la mer.

J’adore naviguer hors des ports ! C’est toujours un moment passionnant. Quand vous partez enfin quelque part et vous dirigez vers votre prochaine destination. Alors que nous quittions Nome, tout l’équipage était sur le pont, certains faisaient leurs adieux à nos chers amis sur le quai, d’autres capturaient l’intensité du moment devant la caméra et j’étais à la barre, la vue fixée sur mon objectif et la brise de mer que je désirais.

Nous avons hissé les voiles et nous nous sommes dirigés tout droit vers notre objectif : le Pôle. Notre itinéraire nous fera naviguer le long de la mer de Béring, le long de la côte de l’Alaska, avant de traverser le détroit de Béring. Le détroit de Béring est un détroit du Pacifique qui sépare la Russie et l’Alaska légèrement au sud du cercle polaire arctique, à environ 65 degrés de latitude nord. Le détroit porte le nom de Vitus Bering, l’un des nombreux explorateurs que j’admirais quand j’étais enfant, qui a servi pour l’Empire russe. À l’époque des glaciations historiques de la Terre, la Sibérie orientale actuelle et l’État américain de l’Alaska étaient reliés par un pont terrestre, connu sous le nom de pont terrestre de Béring, maintenant entièrement submergé par la mer, qui permettait aux bateaux de passer.

J’adore voyager dans des régions du monde qui ont évolué avec le temps. Naviguer dans le détroit de Béring et me dire qu’il y a bien longtemps, on aurait pu passer du contenu de l’Eurasie aux Amériques ou vice versa en quelques jours, cela me remplit d’intrigue et met les choses en perspective. Le temps que nous passons ici en tant que visiteurs sur cette planète est vraiment infime dans le grand ordre des choses. Nous pensons qu’une vie est longue, mais quand nous pensons à la vie de la planète, nous nous rendons compte que nous ne sommes qu’une infime partie d’un puzzle énorme et très complexe.

Comme ces pensées me traversent l’esprit, j’entends soudain Jacek crier de la salle des machines, nous disant d’arrêter les moteurs. La pompe utilisée pour le système de refroidissement du moteur tribord vient de se briser….. Cela ne s’est jamais produit auparavant sur Pangaea. C’est une question à laquelle nous devons trouver rapidement une solution, car nous aurons besoin des deux moteurs de Pangaea pour être pleinement fonctionnels si nous voulons naviguer dans la glace de mer. Je prends donc le téléphone et j’appelle mon ami Jeff Darling que nous venons de saluer à Nome. Il me répond immédiatement en me demandant “quel est le problème” avec son fort accent alaskien. Il savait qu’il n’aurait pas de mes nouvelles si tôt, à moins qu’il y ait un problème. Jeff et sa femme Peggy tiennent un atelier de pièces automobiles à Nome, et je sais que je peux compter sur eux pour trouver une pompe de remplacement en un rien de temps. Il ne perd pas une seconde, en trouve un à Homère et m’informe de m’arrêter le long de la côte dans une petite ville appelée Teller, où il enverra la pièce sur le prochain vol. On oublie donc un peu le pôle Nord, on change de cap et on se dirige vers Teller.

Je connais bien Teller. J’y ai passé beaucoup de temps pendant mon expédition Arktos autour du cercle polaire arctique entre 2002 et 2004. Pendant mon séjour là-bas, je m’étais fait un très bon ami, un certain Joe Garnie. Bien que cette situation de pompe ne soit pas pratique et cause un certain retard, un arrêt à Teller est l’occasion parfaite pour voir si Joe est toujours là et va bien !

#NorthPoleCrossing day 2-4

BLOG 2 – 23.–26.08.2019
Nome, Alaska: Every morning since we all got here, the sun barely rises, and everyone is already up and tackling their different tasks. We have two main priorities: getting the boat ready and our expedition gear prepared before we set off.

Although I tend to favor solo expeditions, I am happy to be embarking on the crossing of the Arctic Ocean with Borge. Our past polar experience together means we know each other well enough to count on one another. At times, some things don’t even need to be said or discussed, it is almost as if we know what the other thinks. I trust him with our equipment and our food rationing. This time, contrarily to our past expedition where we each brought our own equipment, we will be packing the same gear. This will allow us to minimize the weight we will have to pull in our sledges during the expedition. We are estimating our loads to weigh up to 170kgs per person, which we will split out in two sledges per person.

During my crossing of Antarctica in 2016/2017, I put all my food and equipment in one sledge that weighed over 200kg. I think back at how difficult the first couple of weeks were, pulling such a heavy load uphill onto the Antarctic plateau. The thing with weight is that you don’t want to take too much food and equipment because this will have a negative impact on how fast you make progress. But at the same time, it is essential to anticipate and pack everything one might need for the next 3 months. We cannot afford to pack less food and equipment because if we end up spending more time on the ice as initially planned, there will be no way out. It is a tough bet to make, to pack enough, yet to make sure the weight doesn’t slow us down. Fortunately, with our combined years of experience up until today, Borge and I can confidently make these bets and estimations.

As Borge fully focuses on the expedition preparation, I continue to help Bernard and the rest of the crew to fix up the boat’s withstanding issues. Before we embark on any long adventure in a remote part of the globe, we always need to make sure every single detail is double-checked, adjusted and secured. On top of that, during our sail up from Japan, we realized that our masts needed readjusting, some bolts tightening, cleaning here, polishing there, and so on.

As we get all of that sorted, Laure our French chef onboard starts working on her food provisions. Cooking for 13 people for a month is no easy task. With the help of a couple of friendly locals, she goes to one of the two supermarkets in town and empties the shelves. She starts by purchasing our stocks of protein. Followed by dry staples, fresh fruit and vegetables, canned goods, snacks and so forth. With 11 guys onboard and only 2 girls, big portions need to be planned to make sure everyone has enough energy and manages to keep warm in the cooler temperatures that are awaiting us as we head up north.

Food delivered, chopped, divided in rations, and stored. On the boat we tend to have heavier lunches, lighter dinners, and lots of sweet and salty snacks in between…We never go hungry with this talented chef onboard! Laure is so essential to the wellbeing of our team. Shas been a part of the crew since 2013, and ever since she’s been onboard, the boat is always clean and organized and our stomachs happier than ever.

We’ve been very lucky to have the local’s support and help since we’ve arrived. They have been assisting with everything from grocery shopping, to welding, to finding missing pieces and important items we might need. It is very heartwarming to arrive somewhere new and to be treated like friends from the get-go. These are the type of interactions that renew my hope in human relations and dynamics. To be able to help and count on a stranger is becoming a rare phenomenon in today’s fast-paced and ever-changing world. People have become more skeptical than trustworthy nowadays, which I can’t blame them for, but it is always a pleasant surprise to be reminded that we can still count on a stranger.

The days have been going by so fast since we’ve all arrived. Everyone’s been working hard, so much has been done, and finally it looks like we’re pretty much set to go. Tomorrow we plan on waving goodbye to our Alaskan friends and make our way through the Bering Strait to venture into the Arctic Ocean. The seas might be a little rough at first, which might be a little challenging for our newcomers onboard. But there’s nothing like rough seas to toughen a man up!

[edgtf_separator class_name=”” type=”normal” position=”center” color=”” border_style=”” width=”” thickness=”” top_margin=”” bottom_margin=””]

 

Nome, Alaska : Tous les matins depuis notre arrivée, le soleil se lève à peine, et tout le monde est déjà levé et s’attaque à ses différentes tâches. Nous avons deux priorités principales : préparer le bateau et notre matériel d’expédition avant le départ, et bien que j’aie tendance à privilégier les expéditions en solitaire, je suis heureux d’entreprendre la traversée de l’océan Arctique avec Borge. Notre expérience polaire passée ensemble signifie que nous nous connaissons assez bien pour compter les uns sur les autres. Parfois, certaines choses n’ont même pas besoin d’être dites ou discutées, c’est presque comme si on savait ce que pense l’autre. Je lui confie notre équipement et notre rationnement alimentaire.

Cette fois-ci, contrairement à notre expédition précédente où nous avions chacun apporté notre propre équipement, nous emballerons le même matériel. Cela nous permettra de minimiser le poids que nous aurons à tirer dans nos traîneaux pendant l’expédition. Lors de ma traversée de l’Antarctique en 2016/2017, j’ai mis toute ma nourriture et tout mon équipement dans un traîneau de plus de 200 kg, qui pèse environ 170 kg par personne. Je me rappelle à quel point les deux premières semaines ont été difficiles, en tirant une charge aussi lourde vers le haut sur le plateau antarctique. Le problème avec le poids, c’est que vous ne voulez pas prendre trop de nourriture et d’équipement parce que cela aura un impact négatif sur la vitesse à laquelle vous progresserez. Mais en même temps, il est essentiel d’anticiper et d’emballer tout ce dont on pourrait avoir besoin pour les 3 prochains mois. Nous ne pouvons pas nous permettre d’emballer moins de nourriture et d’équipement parce que si nous passons plus de temps sur la glace comme prévu initialement, il n’y aura pas d’échappatoire.

C’est un pari difficile à faire, à emballer suffisamment, tout en s’assurant que le poids ne nous ralentit pas. Heureusement, avec nos années d’expérience combinées jusqu’à aujourd’hui, Borge et moi pouvons faire ces paris et ces estimations en toute confiance, et comme Borge se concentre entièrement sur la préparation de l’expédition, je continue à aider Bernard et le reste de l’équipage à résoudre les problèmes de résistance du bateau.

Avant de nous lancer dans une longue aventure dans une région reculée du globe, nous devons toujours nous assurer que chaque détail est vérifié, ajusté et sécurisé. De plus, lors de notre remontée du Japon, nous avons réalisé que nos mâts avaient besoin d’être réajustés, que nos boulons devaient être serrés, nettoyés ici, polis là, et ainsi de suite. Cuisiner pour 13 personnes pendant un mois n’est pas chose facile. Avec l’aide de quelques amis locaux, elle se rend dans l’un des deux supermarchés de la ville et vide les étagères. Elle commence par acheter nos stocks de protéines. Suivent les aliments de base secs, les fruits et légumes frais, les conserves, les collations, etc. Avec 11 gars à bord et seulement 2 filles, de grosses portions doivent être planifiées pour s’assurer que tout le monde a assez d’énergie et parvient à se réchauffer dans les températures plus fraîches qui nous attendent alors que nous allons vers le nord. Sur le bateau, nous avons tendance à avoir des déjeuners plus lourds, des dîners plus légers et beaucoup de collations sucrées et salées entre les deux… Nous n’avons jamais faim avec ce chef de talent à bord ! Laure est essentielle au bien-être de notre équipe. Il fait partie de l’équipage depuis 2013, et depuis qu’il est à bord, le bateau est toujours propre et organisé et nos estomacs sont plus heureux que jamais…

Nous avons eu beaucoup de chance d’avoir le soutien et l’aide du local depuis notre arrivée. Ils nous ont aidés à tout, de l’épicerie à la soudure, en passant par la recherche de pièces manquantes et d’articles importants dont nous pourrions avoir besoin. C’est très réconfortant d’arriver dans un nouvel endroit et d’être traité comme des amis dès le départ. C’est ce type d’interactions qui renouvellent mon espoir dans les relations et les dynamiques humaines. Pouvoir aider et compter sur un étranger devient un phénomène rare dans le monde d’aujourd’hui, qui évolue à un rythme effréné.

Les gens sont devenus plus sceptiques que dignes de confiance de nos jours, ce dont je ne peux pas leur en vouloir, mais c’est toujours une agréable surprise qu’on nous rappelle que nous pouvons encore compter sur un étranger. Tout le monde a travaillé dur, tant de choses ont été faites, et finalement, il semble que nous soyons prêts à partir. Demain, nous ferons nos adieux à nos amis de l’Alaska et traverserons le détroit de Béring pour nous aventurer dans l’océan Arctique. La mer pourrait être un peu agitée au début, ce qui pourrait être un peu difficile pour nos nouveaux arrivants à bord. Mais il n’y a rien de mieux qu’une mer agitée pour endurcir un homme !

 

 

#NorthPoleCrossing : 1st day

The beginning of an expedition is always exciting! It’s the moment everyone gets together, and the anticipation starts building up because we all know, something epic is about to come up.

Shortly after arriving in Alaska, our whole expedition team gathered up in Anchorage, Alaska and flew in together to meet up with me on the boat in the small Alaskan fishing town of Nome.

I waited impatiently at the tiny airport to welcome them all. As I stood there, I remembered the last time I waited for a flight to land in this very airport. It was over 15 years ago during my Arktos expedition, when my wife Cathy and two girls Annika and Jessica flew in to spend a couple weeks with me here because I hadn’t seen them in over 3 months.

I see the small plane land in the distance. The team’s imminent arrival means one thing to me: The sooner they arrive, the sooner we can get this expedition started! I already can’t wait to be on the ice and to start walking. I’m no good at waiting. Once I have a goal set in mind, I got to get going as soon as possible, otherwise I start getting impatient and restless. It’s stronger than me, I live for adventure and it’s what drives me!

First person I see walk into the room is my daughter Annika. She will be joining the expedition to help me prepare the final details of the expedition as well as make sure the photos and videos we create are sent out to our team back in Switzerland so we can keep our website and social media platforms updated with content. I love sharing my adventures with my daughters, we always have so much fun together and I know I can rely on them to help me prepare and communicate my expeditions.

Next person to walk in is Borge, my friend and expedition partner. Seeing him here in person finally makes this expedition feel real! In a matter of weeks, the two of us will be dropped off onto the ice and our traverse will begin. Last time we embarked on an adventure together was in 2006 when we rallied the North Pole by night during the polar winter season. Over a decade has passed but our flame for pushing the limits of the human body and mind still burns strong. It’s great to realize that very little has changed since we proudly planted our Norwegian and Swiss/South African flags on the Pole on that unforgettable 23rdof March 2006. That achievement bonded us for life, we risked our lives together and relied on each other to stay alive and make it safely back home to our families. Experiences like these are not easily forgotten, on the contrary, they are deeply marking…embarking on a new expedition together was bound to happen at some point in time. And today, here we are!

As we wait for all the luggage to arrive, the rest of the team walks in. Our Russian photographer Dmitry whom we’ve been working with for many years now. Four young content creators from Switzerland and the United States. Bernard Stamm, a friend and famous Swiss sailor who will be captaining the boat once I’m undertaking my expedition. And finally, Felix, a young Chinese and German guy who accompanied me to the North Pole in 2011 as part of the Young Explorers Program during my Pangaea expedition. What is extra special about having Felix back onboard is not only because I’ve taken him to the North Pole as a kid, but also because he was part of Pangaea’s crew during expedition to Antarctica in 2016. It is great to have him back on the boat, this time for the Arctic expedition because he knows all the ins and outs of Pangaea, super reliable and dynamic, and a real asset to the team.

Once the luggage is collected and the concern of any missing bags cleared, we load the trucks and off we go to introduce the team to their new home for the next month! Given the small size of this town, it takes us less than 10 minutes to make our way from the airport to the port where the boat is docked. We make one last turn and we see Pangaea’s mast in the distance, the team points towards it, you can feel the excitement building up! As we arrive, Jacek, Laure and Sebastian, the boat’s long-term crew greet the newcomers with open arms. We are going be a total of 13 people sailing up towards the North Pole for the drop-off. Pangaea is big enough to sleep up to 30 people, but 13 people living in a confined space with no sight of land for up to a month can at times be quite challenging. So, before anyone jumps onboard, I give a small welcome talk and lay down the boat’s basic rules: no shoes, respect each other’s spaces, and above all, stay clean and organized. We load the luggage on deck, I give a quick tour of their new home, allocate everyone’s sleeping bunks and off to work we go. Everyone knows what they are here to do, and no one wastes a second. I like this energetic approach, when everyone has a role to play and is confident in that role.

I take extra time to introduce Bernard to the boat. I need to make sure he knows Pangaea almost as well as I do for him to feel comfortable navigating her once I leave. Being able to trust a dear friend with my boat is essential, it gives me peace of mind during my expedition and it guarantees Pangaea’s safe sail through the Northeast passage for them to pick us up on the other side. There is a lot to know about this vessel, so the extra days we have here in Nome will come in handy for Bernard to familiarize himself with the boat and his new crew, as well as fix up the last details before departure.

To celebrate everyone’s arrival, we get invited over for dinner by an old friend of mine, Jeff Darling and his wife Peggy whom I met back when I was here in 2003. It’s great to come back somewhere and to meet up with the same people you met over 15 years ago. Their kindness and generosity haven’t changed a bit, only the years have passed. They cook us up a delicious barbecue to fatten us up a little before we head up in the colder temperatures. We have a good catch up and decent laughs. What a perfect way to start this journey!

 


Le début d’une expédition est toujours excitant ! C’est le moment où tout le monde se rassemble, et l’anticipation commence à s’accumuler parce que nous savons tous que quelque chose d’épique est sur le point de se produire… Peu après notre arrivée en Alaska, toute notre équipe d’expédition s’est rassemblée à Anchorage, en Alaska, pour venir me rejoindre sur le bateau à Nome, la petite ville de pêcheurs d’Alaska… J’ai attendu avec impatience au petit aéroport pour les accueillir tous. Alors que je me tenais là, je me suis souvenu de la dernière fois que j’ai attendu un vol pour atterrir dans cet aéroport. C’était il y a plus de 15 ans lors de mon expédition Arktos, quand ma femme Cathy et deux filles, Annika et Jessica, sont venues passer quelques semaines avec moi ici parce que je ne les avais pas vus depuis plus de 3 mois. Je vois le petit avion atterrir au loin. L’arrivée imminente de l’équipe signifie une chose pour moi : Plus vite ils arriveront, plus vite nous pourrons commencer cette expédition !

J’ai déjà hâte d’être sur la glace et de commencer à marcher. Je ne suis pas doué pour attendre. Une fois que j’ai un objectif en tête, je dois partir le plus tôt possible, sinon je commence à être impatient et agité. C’est plus fort que moi, je vis pour l’aventure et c’est ce qui me motive ! la première personne que je vois entrer dans la pièce est ma fille Annika. Elle se joindra à l’expédition pour m’aider à préparer les derniers détails de l’expédition et s’assurer que les photos et les vidéos que nous créons sont envoyées à notre équipe en Suisse afin que nous puissions maintenir notre site Web et nos plateformes de médias sociaux à jour avec le contenu. J’adore partager mes aventures avec mes filles, nous avons toujours beaucoup de plaisir ensemble et je sais que je peux compter sur elles pour m’aider à préparer et à communiquer mes expéditions, avec Borge, mon ami et partenaire. Le voir ici en personne donne enfin l’impression que l’expédition est réelle !

Dans quelques semaines, nous serons tous les deux déposés sur la glace et notre traversée commencera. La dernière fois que nous nous sommes lancés dans une aventure ensemble, c’était en 2006, lorsque nous avons rallié le pôle Nord la nuit pendant la saison d’hiver polaire. Plus d’une décennie s’est écoulée, mais notre flamme pour repousser les limites du corps et de l’esprit humains brûle encore fort.

C’est formidable de constater que très peu de choses ont changé depuis que nous avons fièrement planté nos drapeaux norvégien, suisse et sud-africain sur le Pôle ce 23 mars 2006 inoubliable. Cette réalisation nous a unis pour la vie, nous avons risqué notre vie ensemble et nous avons compté les uns sur les autres pour rester en vie et revenir sains et saufs à la maison pour nos familles. De telles expériences ne s’oublient pas facilement, au contraire, elles marquent profondément….s’embarquer ensemble pour une nouvelle expédition devait arriver à un moment donné. Et aujourd’hui, nous y voilà ! alors que nous attendons l’arrivée de tous les bagages, le reste de l’équipe entre : notre photographe russe Dmitry avec qui nous travaillons depuis de nombreuses années. Quatre jeunes créateurs de contenu de Suisse et des Etats-Unis. Bernard Stamm, un ami et célèbre marin suisse qui sera le capitaine du bateau lorsque j’entreprendrai mon expédition. Et enfin, Felix, un jeune Chinois et Allemand qui m’a accompagné au pôle Nord en 2011 dans le cadre du programme Jeunes explorateurs lors de mon expédition Pangaea. Ce qu’il y a de spécial dans le fait que Felix soit de retour à bord, ce n’est pas seulement parce que je l’ai emmené au pôle Nord étant enfant, mais aussi parce qu’il faisait partie de l’équipage de Pangaea pendant son expédition en Antarctique en 2016. C’est génial de l’avoir à nouveau sur le bateau, cette fois pour l’expédition en Arctique car il connaît tous les tenants et aboutissants de Pangaea, super fiable et dynamique, et un réel atout pour l’équipe.

Une fois les bagages ramassés et le problème des sacs manquants réglé, nous chargeons les camions et nous partons présenter l’équipe à leur nouveau domicile pour le mois suivant ! Vu la petite taille de cette ville, il nous faut moins de 10 minutes pour nous rendre de l’aéroport au port où le bateau est amarré. On fait un dernier virage et on voit le mât de Pangaea au loin, l’équipe pointe vers lui, on sent l’excitation monter ! A notre arrivée, Jacek, Laure et Sebastian, l’équipage de longue date du bateau accueille les nouveaux venus à bras ouverts. Nous serons 13 personnes au total à remonter vers le pôle Nord pour le débarquement. Pangaea est assez grande pour accueillir jusqu’à 30 personnes, mais 13 personnes vivant dans un espace confiné sans vue sur la terre ferme pendant un mois peuvent parfois s’avérer très difficiles. Donc, avant que quelqu’un ne saute à bord, je fais un petit discours de bienvenue et j’énonce les règles de base du bateau : pas de chaussures, respecter les espaces des uns et des autres, et surtout, rester propre et organisé. Nous chargeons les bagages sur le pont, je fais un tour rapide de leur nouvelle maison, je répartis les couchettes de chacun et nous partons au travail. Tout le monde sait ce qu’il doit faire ici, et personne ne perd une seconde. J’aime cette approche énergique, où chacun a un rôle à jouer et a confiance en ce rôle, je prends le temps de présenter Bernard au bateau.

Je dois m’assurer qu’il connaisse Pangaea presque aussi bien que moi pour qu’il se sente à l’aise avec elle lorsque je partirai. Pouvoir confier mon bateau à un ami cher est essentiel, cela me donne la tranquillité d’esprit pendant mon expédition et cela garantit la sécurité de Pangaea dans le passage du Nord-Est pour qu’ils puissent venir nous chercher de l’autre côté. Il y a beaucoup de choses à savoir sur ce bateau, donc les jours supplémentaires que nous avons ici à Nome seront très utiles pour Bernard pour se familiariser avec le bateau et son nouvel équipage, ainsi que pour régler les derniers détails avant le départ. pour célébrer l’arrivée de tous, nous sommes invités à dîner par un vieil ami, Jeff Darling et sa femme Peggy que j’ai rencontrés lorsque je suis arrivé ici en 2003. C’est formidable de revenir quelque part et de rencontrer les mêmes personnes que vous avez rencontrées il y a plus de 15 ans. Leur gentillesse et leur générosité n’ont pas changé, seules les années ont passé. Ils nous préparent un délicieux barbecue pour nous engraisser un peu avant que nous nous dirigions vers le haut dans les températures plus froides. Nous avons un bon rattrapage et des rires décents. Quelle belle façon de commencer ce voyage !

Mike is in a constant state of travel and adventure , so keep up to date on all his expeditions !