fbpx

Mike Horn

Sail from Ireland towards Iceland

 

Entrée 2 du blog d’Annika (naviguer d’Irlande vers l’Islande)
11 – 13 juillet

 

Nous avons quitté l’Irlande sur un coup de tête : bien reposés après une bonne nuit de sommeil et avec le goût du poisson et des frites qui s’attarde sur nos lèvres et le bout de nos doigts.

La nouvelle qu’un navire étranger avait dormi dans la baie de Skull s’est rapidement répandue… comme c’est généralement le cas dans les petites villes. Alors que le soleil se levait pour révéler une fois de plus le décor saisissant qui nous avait accueillis, un défilé permanent de curieux locaux flottant sur leurs divers navires se sont succédés pour découvrir le nouveau venu bizarre de la baie. Des canots pneumatiques, des bateaux de pêche, des voiliers… nous avons été salués par des visages enjoués, des appareils photo et des vagues de main amicales. “Les bateaux sont tout à fait opportuns pour pratiquer la distanciation sociale”, me suis-je dit. “On pourrait faire le tour du monde et peu importe d’où l’on vient, tant que l’on reste sur sa maison flottante, on est reçu, oui avec de la distance, mais avec un sourire accueillant !…Peut-être que cela deviendra la nouvelle méthode de voyage d’un futur proche ?”. Alors que ce genre de pensées amusantes mais distrayantes me trottent dans la tête et m’empêchent de travailler, par la fenêtre, je vois un canot qui ralentit et trois hommes échangent quelques mots avec celui qui est sur le pont. Quelques minutes plus tard, Etienne redescend dans la salle de conférence où j’essaie de me concentrer avec un regard satisfait : “Mike ces gars te connaissent” dit-il, “ils reviendront dans une heure environ avec une caisse pleine de fish and chips pour nous !”

Chapeaux aux hommes sympathiques qui nous ont donné les plus délicieux fish and chips et à L’Escale pour les avoir préparés avec tant d’amour.

Nous pourrions maintenant quitter l’Irlande en paix et poursuivre notre voyage vers le nord !

Il s’avère que l’Irlande est un grand pays. Nous avons quitté Skull le vendredi 10 juillet et plus de 24 heures plus tard, nous naviguions toujours vers le nord le long de ses côtes occidentales. Je préfère assez souvent la navigation côtière à la navigation en haute mer. C’est rassurant d’avoir la terre comme point de référence et d’admirer les panoramas qui se déroulent devant vous alors que vous progressez dans les eaux littorales plus calmes. Mais il est inutile de partager ce genre d’informations à voix haute car je pourrais déjà répondre à Paps : “Oui ! mais la navigation côtière n’est pas un défi suffisant ! Pourquoi sommes-nous ici ? La navigation de plaisance ou une VRAIE aventure ?! Il est tellement prévisible… passez assez de temps à ses côtés et vous ne perdrez jamais votre temps à vous plaindre ou à souhaiter autre chose que ce que nous avons ici et maintenant dans le moment présent, je l’aime pour cela… et alors que nous avons lentement mais sûrement perdu de vue le dernier petit bout de terre derrière nous et que nous nous sommes frayé un chemin tout droit dans les étendues ouvertes de l’Atlantique, je pourrais jurer que c’est un sourire malicieux que j’ai repéré sur son visage.

C’est dans des cas comme celui-ci, lorsque l’on voyage avec Paps, que tout a un sens. Des choses aussi simples que de perdre de vue le rivage, de réveiller quelque chose en lui et il faudrait être aveugle pour ne pas le remarquer. C’est une personne complètement différente quand il met sa casquette d’aventurier. C’est comme si la flamme de l’explorateur passionné s’allumait soudain en lui. Il s’agite et se laisse envahir par l’excitation ; il est évident qu’il ne peut pas attendre tout ce qui est encore à venir. Il serait impossible de tuer ses vibrations, même si l’on voulait vraiment essayer. C’est quelque chose de plus fort que lui, une force intérieure, ou peut-être un 6ème sens. À bien y penser, c’est en fait une véritable bénédiction d’être témoin du véritable bonheur d’un être cher, et d’en faire partie, peu importe à quel point on voudrait essayer ! Et chaque jour, je me rappelle la chance que j’ai de partager l’amour de Paps pour l’inconnu et de me lancer dans des aventures incroyables avec lui et Jess, avec notre mère ange qui nous suit de près.

 

Mais assez parlé des philosophies de notre famille et du déversement de mon abondante gratitude… du moins pour l’instant, car je suis sûr que j’y reviendrai tout au long de notre voyage dans le nord. Maintenant, laissez-moi vous parler un peu des précieuses personnes qui travaillent à bord… Vous avez peut-être déjà entendu parler de Bernard, Jacek et Laure par le biais de précédents articles de blog ou de vidéos YouTube, mais ils méritent certainement une autre introduction.

Bernard Stamm, alias le capitaine de Pangaea. L’amitié de Bernard avec Paps a commencé il y a de nombreuses années, vers 1998 selon eux. Ils commencent tous deux à vieillir et semblent avoir perdu le compte des années… Ils se sont rencontrés par l’intermédiaire d’un ami commun, mais pas n’importe lequel. Un homme avec une poche profonde, mais au-delà de cela, un cœur énorme. Il s’appelait Marco. C’est grâce à lui, à sa générosité et à sa confiance en de jeunes intrépides aux moyens modestes comme Paps et Bernard, qu’ils ont pu réaliser leurs rêves les plus fous… et c’est par Marco que les chemins de Paps et de Bernard se sont croisés pour la première fois et depuis lors, leurs chemins intrépides ne se sont jamais éloignés l’un de l’autre.

Un des événements qui a renforcé les liens de leur amitié a eu lieu en 2003 lors de l’expédition Arktos de Paps autour du monde en suivant le cercle arctique. Paps avait demandé à Bernard une énorme faveur… le genre de faveur à laquelle on ne peut pas vraiment dire non car le succès de l’expédition de son copain en dépendait. Il avait besoin de quelqu’un de bien expérimenté, mais assez fou pour faire naviguer son trimaran de Kirkenes en Norvège à travers la mer de Barents et la mer Blanche, passer les frégates russes et atteindre Topseda en Sibérie. Cela permettrait à Paps de poursuivre son aventure autour du globe sans autres contretemps ou interruptions. De toute évidence, Bernard n’a même pas eu besoin de temps pour réfléchir. Il a sauté sur l’occasion, comme je saute sur une fournée de biscuits aux pépites de chocolat frais. Je me demande s’il savait vraiment pour quoi il s’engageait, mais quand je les entends parler de cette aventure et que je vois leurs visages s’illuminer en racontant les histoires, cela a dû être une sacrée aventure épique.

Et puis il y a Jacek, alias l’ingénieur de Pangaea. Pour présenter Jacek, c’est aussi simple que cela : sans Jacek, le bateau ne bouge pas. Il fait partie du mobilier depuis plus de 10 ans et connaît les tenants et aboutissants de Pangaea comme personne d’autre. La salle des machines est sans aucun doute l’endroit où il passe le plus de temps. Je ne pourrais pas vous dire exactement ce qu’il y fait, mais il refait toujours surface avec d’épaisses traces noires maculées partout (à la grande consternation de Laure d’ailleurs, vous comprendrez pourquoi dans un instant). Jacek ne parle pas beaucoup, c’est un polonais tranquille, la cinquantaine, qui aime beaucoup fumer ses cigarettes. Son parcours de vie est loin d’être banal. Il avait l’habitude de skier pour son pays avant d’échapper au service militaire polonais en désertant vers la Hollande. Plus tard, il s’est retrouvé dans le commerce d’antiquités à Hambourg, en Allemagne, et a finalement trouvé un emploi sur un chantier dans les Alpes suisses… et vous l’avez deviné, c’est là qu’il a rencontré Paps, en 1997. Ils sont devenus copains instantanément et ont rarement passé du temps séparés depuis. On peut dire que Paps fait confiance à Jacek pour sa vie.

Et enfin, il y a Laure, alias l’aide-soignante de Pangaea. La meilleure façon de la présenter serait : sans elle, le bateau serait un désastre total! Le réfrigérateur serait toujours vide, les ventres toujours vides et les taches sombres de Jacek s’étendraient non seulement à son visage et à ses vêtements, mais aussi au reste du bateau. Vous voyez ce que je veux dire maintenant ? C’est une poche pleine de soleil, une Frenchie pétillante dans la trentaine. Jacek l’a attirée en 2013 après leur rencontre dans un pub alpin, elle était gérante de restaurant à la recherche d’une aventure et depuis, elle est une véritable bénédiction pour le bateau.

 

13 juillet, 23:50

Je viens de me réveiller pour ma garde de minuit. “C’était un réveil facile” ca a été la première pensée qui m’est venue à l’esprit lorsque j’ai ouvert les yeux. “…pour une fois ! Peut-être que je me mets lentement dans le rythme des choses et que je m’adapte aux courtes heures de sommeil du marin !” Je saute de ma couchette du haut et comme d’habitude, je fais de mon mieux pour ne pas tomber sur le joli visage de Jess en descendant. Succès de la mission ! J’ai mis une polaire chaude, pris mon téléphone, mes écouteurs et ma bouteille d’eau… l’essentiel que j’ai toujours avec moi, moins mon livre – parce qu’il n’est pas facile de lire dans le noir pendant mon quart de nuit. L’obscurité… attendez, où est l’obscurité ? Je monte les deux marches qui mènent de notre chambre à la salle de conférence et je regarde autour de moi dans la confusion… quelque chose ne va pas. Je passe devant les ronfleurs de la salle de conférence (oui, Etienne et Lisa ont fait de notre espace commun leur lit et c’est compréhensible, donc… j’y reviendrai plus tard). Je passe la symphonie de ronflements dans la partie arrière du bateau, je monte encore quelques marches et j’arrive à la destination finale de mon trajet quotidien : la maison du pilote. Je sors sur le pont pour prendre une bouffée d’air frais afin d’aider au processus de réveil, et c’est là que ça me frappe ! Le soleil ne s’est pas encore couché, ou alors il se lève déjà ! Alors que je profite de la fraîcheur de l’air, je ne peux m’empêcher d’admirer les tons du coucher de soleil qui illuminent le ciel à l’horizon. L’océan est lisse, plus lisse que je ne l’ai jamais vu au cours de ce voyage. Il ressemble presque à la nappe de pétrole. “C’est pourquoi le réveil a été si facile”, je me suis dit, “la lumière du jour était là pour m’aider !” Excité par cette nouvelle découverte, je rentre dans la maison pilote pour relever Paps de ses fonctions de veille. Alors que je commence à remplir le journal de bord de 00:00, Paps me dit “regarde un dauphin !”. En effet, un couple d’entre eux dansait de façon ludique autour de la coque du bateau sous le soleil de minuit… quel spectacle à voir ! Collé à la fenêtre, je regardais l’eau dorée et lisse et j’admirais le spectacle. “Bon, je vais me coucher” a dit Paps, et en quittant la maison pilote, il a ajouté “Et au fait, bonne nouvelle ! Nous devrions arriver en Islande à 6 heures du matin”.

 

Annika Horn

 


 

Annika’s Blog Entry 2 (sail from Ireland towards Iceland)
11th – 13th of July

 

We left Ireland on an absolute high: well rested after a good night’s sleep and with the taste of fish and chips lingering on our lips and fingertips.

News that a foreign vessel had slept in the bay of Skull spread quickly…as things usually do in small towns. As the sun rose to reveal yet again the striking decor we had been greeted with, an ongoing parade of curious locals floating about on their diverse vessels each took their turn at checking out the bay’s bizarre newcomer. Dinghies, fishing boats, sailing yachts…we were saluted with cheerful faces, snapping cameras and friendly hand waves. “Boats are quite opportune to practice social distancing” I remember thinking to myself. “One could voyage around the globe and no matter where you’d come from, so long as you remain on your floating home, you will be received, yes with distance, but with a welcoming smile!…Maybe this will become the near future’s new traveling method?”. As these types of amusing yet distracting thoughts run around my head and prevent me from getting any work done, through the window, I spot a dinghy slow down and three men exchange a couple words with whoever’s out on deck. Minutes later, Etienne comes back down into the conference room where I’m trying to focus with a satisfied look on his face: “Mike those guys know you” he said, “they’ll be coming back in an hour or so with a crate full of fish and chips for us!”

Big shout out to the friendly men that fed us the most delicious fish and chips and to L’Escale for preparing them with so much love.

We could now leave Ireland in peace and pursue our journey up north!

Turns out, Ireland is a large country. We left Skull on Friday 10th of July and over 24 hours later we were still sailing northwards along its western shoreline. I prefer coastal sailing a fair amount more than open water sailing. It’s reassuring to have land as a reference point and to admire the panoramas unroll before you as you make progress in the calmer littoral waters. But no point sharing that type of information out loud because I could already Paps’ response: “Yes! But coastal navigation is not enough of a challenge! What are we here for? Pleasure cruising or a REAL adventure?!” He’s so predictable…spend enough time by his side and you’ll never waste your time complaining or wishing for something else than what we have here and now in the present moment, I love him for that…and as we slowly but surely lost sight of the last wee bit of land behind us and made our way straight into the open stretches of the Atlantic, I could swear that was a mischievous smile I spotted on his face.

It is instances like these, when traveling with Paps, that everything makes sense. Things as simple as losing sight of shore, awake something within him and one would have to be blind not to notice it. He’s an entirely different person when he throws on that adventure cap of his. It’s as if the flame of the passionate explorer suddenly lights up inside him. He becomes restless and overcome with excitement; he clearly can’t wait for all that’s yet to come. It would be impossible to kill his vibe, no matter how hard one would want to try. It’s something stronger than him, an inner force, or perhaps a 6th sense. Come to think of it, it’s actually a true blessing to witness a loved one’s genuine happiness, and to be a part no matter how hard one would want to try, of it! And every day I remind myself of how lucky I am to share Paps’ love for the unknown and to embark on incredible adventures with him and Jess, with our angel mother following us closely.

But enough of our family’s philosophies and the spilling out of my abundant gratitude…at least for now, as I’m sure I’ll get back to it throughout our northern voyage. Now let me tell you a little about the precious people who work onboard…You might have already heard of Bernard, Jacek and Laure from previous blog posts or YouTube videos, but they definitely deserve another intro.

Bernard Stamm, aka Pangaea’s Captain. Bernard’s friendship with Paps started many years ago, sometime around 1998 they believe. They’re both starting to get old and seem to have lost count of the years…They met through a friend a common, but not just any friend. A man with a deep pocket, but above that, an enormous heart. His name was Marco. It was thanks to him, his generosity and belief in young intrepid fellows with modest means like Paps and Bernard, that they got a decent shot at chasing their wildest dreams…and it was via Marco that Paps and Bernard’s paths first crossed and since then their intrepid paths never moved very far apart.

One of the events that strengthened the bonds of their friendship took place in 2003 during Paps’ Arktos expedition around the world following the Arctic circle. Paps had asked Bernard for a massive favour…the type of favour you can’t really say no to because the success of his buddy’s expedition depended on it. He needed someone well experienced, yet crazy enough to sail his trimaran from Kirkenes in Norway across the Barents and White seas, passed the Russian frigates and into Topseda in Siberia. This would allow Paps to pursue his venture around the globe without further hiccups or interruptions. Obviously, Bernard didn’t even need time to think. He jumped on the occasion, the way I jump on a fresh batch of chocolate chip cookies. I wonder if he really knew what he was signing up for, but when I hear the pair of them talk of this adventure and watch their faces light up as they recount the stories, it must have been one heck of an epic ride.

Then there’s Jacek, aka Pangaea’s Engineer. To introduce Jacek, it’s as simple as this: without Jacek, the boat doesn’t move. He’s been a part of the furniture for over 10 years and knows the ins and outs of Pangaea like no other. The engine room is undoubtably where he spends most of his time. I couldn’t tell you exactly what he does in there, but he always resurfaces with thick black traces smudged all over him (much to Laure’s dismay by the way, you’ll understand why in a bit). Jacek doesn’t speak much, he’s a quiet polish guy in his mid-50s that thoroughly enjoys smoking his cigarettes. His lifepath is far from banal. He used to ski for his country before escaping the Polish military service by deserting to Holland. Later, he ended up in the antique’s business Hamburg, Germany and eventually got a job on a construction site in the Swiss Alps…and you guessed it, that’s where he met Paps, back in 1997. They became buddies instantly and have rarely spent time apart since. You can tell Paps’ trusts Jacek with his life.

And last but not least, there’s Laure, aka Pangaea’s Caregiver. The best way to introduce her would be: without her, the boat would be a complete and utter mess! The fridge would always be empty, bellies always empty and Jacek’s dark smudges would extend not only to his face and clothing, but to the rest of the boat. You see what I mean now? She’s a pocket full of sunshine, a bubbly Frenchie in her mid-30s. Jacek lured her in 2013 after they met in an Alpine pub, she was a restaurant manager in search for an adventure and she’s been a true blessing to the boat ever since.

 

13th of July, 23:50

I just woke up for my midnight watch. “That was an easy wake up” was the first thought that popped into my mind as I opened my eyes. “…for once! Maybe I’m slowly getting in the swing of things and adapting to the sailor’s short sleeps!” I hop out of my top bunk and as usual try my best not to fall on Jess’ pretty face on the way down. Mission success! I put on a warm fleece, grab my phone, earphones and water bottle…the essentials I always carry around with me, minus my book – because it isn’t easy to read in the dark during my midnight shift. The dark…wait, where is the dark? I climb up the couple of steps that lead from our room to the conference room and look around in confusion…something’s off. I pass the conference room snorers (yes, Etienne and Lisa have made our common space their beds and understandably so…I’ll get back to this later). I pass the snoring symphony into the back part of the boat, climb another couple of stairs and arrive at my daily commute’s final destination: the pilot house. I step outside on deck to take a breath of fresh air to help with the wake-up process, and that’s when hits me! The sun hasn’t set, or is it already rising?! As I take in the freshness of the air, I can’t help but admire the sunset tones lighting up the sky on the horizon. The ocean is smooth, smoother than I’ve ever seen it on this trip. It almost resembles the slickness of oil. “That’s why the wake up was so easy” I thought, “the day light was there to help me!” Excited by this new discovery, I make my way back in the pilot house to relieve Paps from his watch duties. Just as I start filling in the 00:00 logbook, Paps says “look a dolphin!”. Indeed, a couple of them were playfully dancing around the hull of the boat in the midnight sun…what a sight to see! Glued to the window, I stared out at the smooth golden water and admired the show. “Okay well I’m off to bed!” said Paps, and as he left the pilot house he added “And by the way, good news! We should be arriving in Iceland by 6am.”

Annika Horn