fbpx

Mike Horn

#NorthPoleCrossing : 1st day

The beginning of an expedition is always exciting! It’s the moment everyone gets together, and the anticipation starts building up because we all know, something epic is about to come up.

Shortly after arriving in Alaska, our whole expedition team gathered up in Anchorage, Alaska and flew in together to meet up with me on the boat in the small Alaskan fishing town of Nome.

I waited impatiently at the tiny airport to welcome them all. As I stood there, I remembered the last time I waited for a flight to land in this very airport. It was over 15 years ago during my Arktos expedition, when my wife Cathy and two girls Annika and Jessica flew in to spend a couple weeks with me here because I hadn’t seen them in over 3 months.

I see the small plane land in the distance. The team’s imminent arrival means one thing to me: The sooner they arrive, the sooner we can get this expedition started! I already can’t wait to be on the ice and to start walking. I’m no good at waiting. Once I have a goal set in mind, I got to get going as soon as possible, otherwise I start getting impatient and restless. It’s stronger than me, I live for adventure and it’s what drives me!

First person I see walk into the room is my daughter Annika. She will be joining the expedition to help me prepare the final details of the expedition as well as make sure the photos and videos we create are sent out to our team back in Switzerland so we can keep our website and social media platforms updated with content. I love sharing my adventures with my daughters, we always have so much fun together and I know I can rely on them to help me prepare and communicate my expeditions.

Next person to walk in is Borge, my friend and expedition partner. Seeing him here in person finally makes this expedition feel real! In a matter of weeks, the two of us will be dropped off onto the ice and our traverse will begin. Last time we embarked on an adventure together was in 2006 when we rallied the North Pole by night during the polar winter season. Over a decade has passed but our flame for pushing the limits of the human body and mind still burns strong. It’s great to realize that very little has changed since we proudly planted our Norwegian and Swiss/South African flags on the Pole on that unforgettable 23rdof March 2006. That achievement bonded us for life, we risked our lives together and relied on each other to stay alive and make it safely back home to our families. Experiences like these are not easily forgotten, on the contrary, they are deeply marking…embarking on a new expedition together was bound to happen at some point in time. And today, here we are!

As we wait for all the luggage to arrive, the rest of the team walks in. Our Russian photographer Dmitry whom we’ve been working with for many years now. Four young content creators from Switzerland and the United States. Bernard Stamm, a friend and famous Swiss sailor who will be captaining the boat once I’m undertaking my expedition. And finally, Felix, a young Chinese and German guy who accompanied me to the North Pole in 2011 as part of the Young Explorers Program during my Pangaea expedition. What is extra special about having Felix back onboard is not only because I’ve taken him to the North Pole as a kid, but also because he was part of Pangaea’s crew during expedition to Antarctica in 2016. It is great to have him back on the boat, this time for the Arctic expedition because he knows all the ins and outs of Pangaea, super reliable and dynamic, and a real asset to the team.

Once the luggage is collected and the concern of any missing bags cleared, we load the trucks and off we go to introduce the team to their new home for the next month! Given the small size of this town, it takes us less than 10 minutes to make our way from the airport to the port where the boat is docked. We make one last turn and we see Pangaea’s mast in the distance, the team points towards it, you can feel the excitement building up! As we arrive, Jacek, Laure and Sebastian, the boat’s long-term crew greet the newcomers with open arms. We are going be a total of 13 people sailing up towards the North Pole for the drop-off. Pangaea is big enough to sleep up to 30 people, but 13 people living in a confined space with no sight of land for up to a month can at times be quite challenging. So, before anyone jumps onboard, I give a small welcome talk and lay down the boat’s basic rules: no shoes, respect each other’s spaces, and above all, stay clean and organized. We load the luggage on deck, I give a quick tour of their new home, allocate everyone’s sleeping bunks and off to work we go. Everyone knows what they are here to do, and no one wastes a second. I like this energetic approach, when everyone has a role to play and is confident in that role.

I take extra time to introduce Bernard to the boat. I need to make sure he knows Pangaea almost as well as I do for him to feel comfortable navigating her once I leave. Being able to trust a dear friend with my boat is essential, it gives me peace of mind during my expedition and it guarantees Pangaea’s safe sail through the Northeast passage for them to pick us up on the other side. There is a lot to know about this vessel, so the extra days we have here in Nome will come in handy for Bernard to familiarize himself with the boat and his new crew, as well as fix up the last details before departure.

To celebrate everyone’s arrival, we get invited over for dinner by an old friend of mine, Jeff Darling and his wife Peggy whom I met back when I was here in 2003. It’s great to come back somewhere and to meet up with the same people you met over 15 years ago. Their kindness and generosity haven’t changed a bit, only the years have passed. They cook us up a delicious barbecue to fatten us up a little before we head up in the colder temperatures. We have a good catch up and decent laughs. What a perfect way to start this journey!

 


Le début d’une expédition est toujours excitant ! C’est le moment où tout le monde se rassemble, et l’anticipation commence à s’accumuler parce que nous savons tous que quelque chose d’épique est sur le point de se produire… Peu après notre arrivée en Alaska, toute notre équipe d’expédition s’est rassemblée à Anchorage, en Alaska, pour venir me rejoindre sur le bateau à Nome, la petite ville de pêcheurs d’Alaska… J’ai attendu avec impatience au petit aéroport pour les accueillir tous. Alors que je me tenais là, je me suis souvenu de la dernière fois que j’ai attendu un vol pour atterrir dans cet aéroport. C’était il y a plus de 15 ans lors de mon expédition Arktos, quand ma femme Cathy et deux filles, Annika et Jessica, sont venues passer quelques semaines avec moi ici parce que je ne les avais pas vus depuis plus de 3 mois. Je vois le petit avion atterrir au loin. L’arrivée imminente de l’équipe signifie une chose pour moi : Plus vite ils arriveront, plus vite nous pourrons commencer cette expédition !

J’ai déjà hâte d’être sur la glace et de commencer à marcher. Je ne suis pas doué pour attendre. Une fois que j’ai un objectif en tête, je dois partir le plus tôt possible, sinon je commence à être impatient et agité. C’est plus fort que moi, je vis pour l’aventure et c’est ce qui me motive ! la première personne que je vois entrer dans la pièce est ma fille Annika. Elle se joindra à l’expédition pour m’aider à préparer les derniers détails de l’expédition et s’assurer que les photos et les vidéos que nous créons sont envoyées à notre équipe en Suisse afin que nous puissions maintenir notre site Web et nos plateformes de médias sociaux à jour avec le contenu. J’adore partager mes aventures avec mes filles, nous avons toujours beaucoup de plaisir ensemble et je sais que je peux compter sur elles pour m’aider à préparer et à communiquer mes expéditions, avec Borge, mon ami et partenaire. Le voir ici en personne donne enfin l’impression que l’expédition est réelle !

Dans quelques semaines, nous serons tous les deux déposés sur la glace et notre traversée commencera. La dernière fois que nous nous sommes lancés dans une aventure ensemble, c’était en 2006, lorsque nous avons rallié le pôle Nord la nuit pendant la saison d’hiver polaire. Plus d’une décennie s’est écoulée, mais notre flamme pour repousser les limites du corps et de l’esprit humains brûle encore fort.

C’est formidable de constater que très peu de choses ont changé depuis que nous avons fièrement planté nos drapeaux norvégien, suisse et sud-africain sur le Pôle ce 23 mars 2006 inoubliable. Cette réalisation nous a unis pour la vie, nous avons risqué notre vie ensemble et nous avons compté les uns sur les autres pour rester en vie et revenir sains et saufs à la maison pour nos familles. De telles expériences ne s’oublient pas facilement, au contraire, elles marquent profondément….s’embarquer ensemble pour une nouvelle expédition devait arriver à un moment donné. Et aujourd’hui, nous y voilà ! alors que nous attendons l’arrivée de tous les bagages, le reste de l’équipe entre : notre photographe russe Dmitry avec qui nous travaillons depuis de nombreuses années. Quatre jeunes créateurs de contenu de Suisse et des Etats-Unis. Bernard Stamm, un ami et célèbre marin suisse qui sera le capitaine du bateau lorsque j’entreprendrai mon expédition. Et enfin, Felix, un jeune Chinois et Allemand qui m’a accompagné au pôle Nord en 2011 dans le cadre du programme Jeunes explorateurs lors de mon expédition Pangaea. Ce qu’il y a de spécial dans le fait que Felix soit de retour à bord, ce n’est pas seulement parce que je l’ai emmené au pôle Nord étant enfant, mais aussi parce qu’il faisait partie de l’équipage de Pangaea pendant son expédition en Antarctique en 2016. C’est génial de l’avoir à nouveau sur le bateau, cette fois pour l’expédition en Arctique car il connaît tous les tenants et aboutissants de Pangaea, super fiable et dynamique, et un réel atout pour l’équipe.

Une fois les bagages ramassés et le problème des sacs manquants réglé, nous chargeons les camions et nous partons présenter l’équipe à leur nouveau domicile pour le mois suivant ! Vu la petite taille de cette ville, il nous faut moins de 10 minutes pour nous rendre de l’aéroport au port où le bateau est amarré. On fait un dernier virage et on voit le mât de Pangaea au loin, l’équipe pointe vers lui, on sent l’excitation monter ! A notre arrivée, Jacek, Laure et Sebastian, l’équipage de longue date du bateau accueille les nouveaux venus à bras ouverts. Nous serons 13 personnes au total à remonter vers le pôle Nord pour le débarquement. Pangaea est assez grande pour accueillir jusqu’à 30 personnes, mais 13 personnes vivant dans un espace confiné sans vue sur la terre ferme pendant un mois peuvent parfois s’avérer très difficiles. Donc, avant que quelqu’un ne saute à bord, je fais un petit discours de bienvenue et j’énonce les règles de base du bateau : pas de chaussures, respecter les espaces des uns et des autres, et surtout, rester propre et organisé. Nous chargeons les bagages sur le pont, je fais un tour rapide de leur nouvelle maison, je répartis les couchettes de chacun et nous partons au travail. Tout le monde sait ce qu’il doit faire ici, et personne ne perd une seconde. J’aime cette approche énergique, où chacun a un rôle à jouer et a confiance en ce rôle, je prends le temps de présenter Bernard au bateau.

Je dois m’assurer qu’il connaisse Pangaea presque aussi bien que moi pour qu’il se sente à l’aise avec elle lorsque je partirai. Pouvoir confier mon bateau à un ami cher est essentiel, cela me donne la tranquillité d’esprit pendant mon expédition et cela garantit la sécurité de Pangaea dans le passage du Nord-Est pour qu’ils puissent venir nous chercher de l’autre côté. Il y a beaucoup de choses à savoir sur ce bateau, donc les jours supplémentaires que nous avons ici à Nome seront très utiles pour Bernard pour se familiariser avec le bateau et son nouvel équipage, ainsi que pour régler les derniers détails avant le départ. pour célébrer l’arrivée de tous, nous sommes invités à dîner par un vieil ami, Jeff Darling et sa femme Peggy que j’ai rencontrés lorsque je suis arrivé ici en 2003. C’est formidable de revenir quelque part et de rencontrer les mêmes personnes que vous avez rencontrées il y a plus de 15 ans. Leur gentillesse et leur générosité n’ont pas changé, seules les années ont passé. Ils nous préparent un délicieux barbecue pour nous engraisser un peu avant que nous nous dirigions vers le haut dans les températures plus froides. Nous avons un bon rattrapage et des rires décents. Quelle belle façon de commencer ce voyage !