fbpx

Mike Horn

#K2Calling – La route vers le K2

Blog écrit par Charles Audier

Arrivés à Islamabad le 6 juin dernier, on se confronte aux premières réalités de l’expédition, les douanes ont bloqués les antennes speedcast nécessaires à la communication lors de l’expédition. Pas de temps à perdre, on file à l’enregistrement pour notre vol vers Skardu. Nous scotchons les bagages les uns aux autres pour passer les contrôles et Mike joue de son charme avec l’hôtesse de bord pour faire passer nos 50 kilos en trop dans la soute de l’avion. Première mission réussie. On s’installe dans l’avion et découvrons le paysage fascinant des montagnes du Karakoram à travers le hublot. L’avion se pose et le cirque des bagages recommencent. On entasse le matériel sur des 4×4 et filons vers l’hôtel Concordia de Skardu. Ce sera notre camp de base pour les 48 prochaines heures. Après, nous dirons adieu à la civilisation. Mike et Fred nous préparent à l’aventure, on regarde le parcours avec excitation et appréhension. Dès le premier souper, le binôme d’explorateurs nous fait rêver et peur avec des histoires rocambolesques. Au matin une horde de Toyota Land Cruiser d’un autre temps – aux peintures folkloriques et aux pilotes expérimentés aussi hauts en couleurs – nous retrouve à l’hôtel.

On file à la hâte a travers des paysages montagneux sublimes. Fin du macadam, on avale les kilomètres au rythme des postes militaires égrainés sur le parcours de 240 km à effectuer en 8 heures. Nous nous enfonçons dans un paysage de plus en plus lunaire. On ne sait pas trop si nous traversons Mars ou parcourons la lune en plein soleil. Les ravins abrupts et les sentiers étriqués ne nous laisse pas le temps de rêvasser. Cramponnés aux sièges on se surprend de vertiges en passant la tête par la fenêtre comme coincés entre les surplombs infinis en contre bas et l’imposante domination des montagnes alentours. Le soleil tombe derrière les cimes, nous arrivons à Askole. Dès lors tout se fera à pied. On passe notre première nuit sous la tente et au petit matin le village s’est attroupé autour de nous pour participer à l’aventure. Les Serdar – guide de locaux de l’expédition – recrute à tour de bras. Le soleil grimpe et nous filons vers Juhla, première halte après 8 heures de marche dans le canyon. Le soleil tape et cette mise en jambe annonce la couleur du périple : 20km pour cette première journée et les premiers coups de soleil pour l’équipe.

A demain pour la rencontre avec le glacier de Baltoro !